Christine Gosselin : « Il est temps de s’occuper de l’Est »

Par -

Imaginez partir de la station Rosemont, remonter la piste des Carrières, rénovée et bucolique, arriver sur la rue Masson, prendre un diner dans l’un des commerces et finir sa journée au Jardin botanique, accessible depuis l’est de la rue. Tel est le rêve et engagement principal de la candidate dans Vieux-Rosemont de Projet Montréal, Christine Gosselin.

Lire les autres portraits des personnes candidates

«C’est une absurdité, comment le quartier est aménagé, qu’une rue majeure, la colonne vertébrale du district, se finisse en cul-de-sac, alors qu’elle pourrait déboucher sur ce qui est une grande attraction métropolitaine et régionale, a analysé l’actuelle conseillère d’arrondissement de Jeanne-Mance, dans Plateau-Mont-Royal. Je veux faire en sorte que la prochaine promenade urbaine de Montréal, après la Fleuve-Montagne, soit sur la rue Masson.»

L’entrée du Jardin botanique depuis la rue Masson est une arlésienne. Christine Gosselin le conçoit. Depuis huit ans, explique-t-elle, les citoyens le demandent, mais rien n’a été fait. Selon celle qui a été déjà candidate dans Vieux-Rosemont pour Projet Montréal, en 2009, le coupable vient de la personne qu’elle souhaite remplacer. «Les citoyens doivent avoir quelqu’un qui parle pour eux. Plus les conseillers sont talentueux, plus ils ont de l’expérience et plus les quartiers en profitent. Pourquoi ça n’a pas été fait? Il faut regarder qui a représenté le district dans les deux mandats précédents.»

Le développement de Masson Est

Attablée au café Maesmi, «symbole» du renouveau de l’artère, à l’est de Saint-Michel, elle mise gros sur ce projet, qui allie revitalisation de l’est de la rue commerciale, réaménagement du carrefour Iberville Masson et embellissement du secteur de la Société de développement commerciale.

«Il est temps qu’on s’occupe de l’Est, a-t-elle lancé, tout de go. Le secteur n’a pas suivi le développement qui a eu lieu dans le quartier et il y a plusieurs erreurs à corriger. L’arrondissement a déjà imposé à ce que les rez-de-chaussée soient des locaux commerciaux et avec leur nouvelle présence, on peut travailler avec la SDC pour inclure les nouveaux secteurs et faire profiter l’Est des projets de revitalisation comme les enveloppes d’embellissement ou de mobilier urbain, si caractéristiques des zones commerciales. »

Christine Gosselin est aussi porte-parole en matière de culture dans son parti. Des grandes lignes de la politique culturelle de Projet Montréal aux programmes artistiques mis en place dans l’arrondissement voisin, comme les pianos publics, elle souhaite maintenant améliorer l’accès aux arts dans le Vieux-Rosemont, en pesant dans la balance pour accueillir une nouvelle bibliothèque au sud du district.

«Rosemont-La-Petite-Patrie est ciblé par la ville-centre et le gouvernement québécois pour accueillir deux nouvelles bibliothèques dans deux dessertes pauvres du quartier, une dans Marie-Victorin et une autre pour combler les besoins de l’est du Plateau et le sud-ouest de Rosemont. Quelqu’un doit prendre en charge le projet, le pousser et le guider dans les étapes de la planification. Dans un avenir proche, on va sans doute se retrouver avec deux beaux chantiers.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>