Un vélo blanc en hommage à Justine Charland St-Amour

Par -

Un vélo blanc sera installé vendredi matin à 8h coin Iberville/Rosemont pour se souvenir de la jeune cycliste de 24 ans Justine Charland St-Amour. Cette dernière est décédée après avoir été renversée par un camion à cette intersection le 22 août dernier.

C’est le vélo que la jeune femme utilisait en ce fatidique lundi après-midi qui sera installé au coin sud-est de l’intersection. « À l’endroit même où elle se tenait avant de se faire frapper », explique Laurent Deslauriers, qui s’occupe de l’organisation des vélos fantômes.

L’autorisation a été donnée par la direction de l’arrondissement de mettre un vélo à cet endroit. La famille de Justine Charland St-Amour a aussi donné son autorisation et sera présente.

RueMasson.com a rencontré sa mère, Martine Charland, à sa demande, aujourd’hui. Elle travaille dans le même édifice que les bureaux d’Arrondissement sur Iberville et sera aussi présente pour rendre hommage à sa fille. Elle aussi cycliste, elle n’a pas repris le vélo depuis l’accident de sa fille. « Je ne suis pas encore capable, je sais qu’il va falloir que je le fasse. Mais vendredi j’irai à pied ».

Vélo fantôme

Les élus invités

Marianne Giguère porte-parole de Projet Montréal pour les dossiers de transports et Marc-André Gadoury, porte-parole pour les transports actifs de l’administration Coderre et aussi conseiller municipal de l’endroit où l’accident a eu lieu, ont confirmé leur présence.

« On n’a pas de confirmation pour le responsable des Transports au Comité exécutif Aref Salem et le ministre des Transports Laurent Lessard. On invite tous les élus qui sont touchés de près ou de loin soit par l’endroit ou les dossiers qu’ils portent », explique Laurent Deslauriers.

Une marche organisée

Après l’installation du vélo blanc, les collègues du Vieux-Port de Justine Charland St-Amour vont prendre le relais et ont organisé une marche pour sensibiliser les gens aux autres intersections dangereuses pour les cyclistes.

Pourquoi la tradition du vélo fantôme?

« Un vélo fantôme – ou ghost bike – est un vélo peint en blanc, qu’on laisse à l’endroit précis où un-e cycliste est mort-e des suites d’une collision avec un véhicule routier. À la mémoire de cette personne, on souhaite ériger un symbole permettant de susciter une réflexion sur les dangers des véhicules motorisés, tout en commémorant la vie de la-le défunt-e », lit-on sur la page de l’événement. 

Un tel vélo fantôme avait aussi été installé sur les lieux du décès de Mathilde Blais sous le viaduc Saint-Denis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>