Est-ce que l’école publique se porte mieux, un an après la première chaîne humaine?

Par -

Le 1er mai 2015, plus de 200 parents de l’école Saint-Jean-de-Brébeuf manifestaient contre les compressions à leur école en entourant d’une chaîne humaine leur école. Un mouvement était né.

Un an plus tard, aucune chaîne n’a été organisée par ce qui est devenu un organisme national : Je protège mon école publique. « On voulait souligner le premier anniversaire de manière différente et on voulait faire ressortir que ça fait un an, qu’il y a quelque chose d’accompli, mais qu’en même temps la situation dans les écoles est aussi dramatique qu’elle l’était il y a un an », explique la porte-parole du mouvement Pascale Grignon.

Elle ajoute que le mouvement veut expliquer que rien n’est réglé malgré les annonces du gouvernement. « En décortiquant les crédits, on se rend compte qu’il n’y a aucun argent neuf. En fait, il y a un peu plus d’argent au niveau des écoles, c’est 700 millions au niveau des infrastructures qui ont a été investi dans les écoles au lieu des viaducs. Ça, c’est très bien. Mais dans les services aux élèves, il n’y a rien. On a eu des compressions de 350 millions et des investissements de 252 millions, donc on ne rattrape pas la situation ».

« Le travail qu’on a faire maintenant, c’est de faire comprendre aux gens que la situation ne s’est pas améliorée dans les écoles. Le danger quand le gouvernement fait de telles annonces, c’est de calmer le jeu en sortant de beaux gros chiffres impressionnants. Ce qu’on ne comprend pas, c’est combien coûte un système d’éducation publique dans la vie de tous les jours » – Pascale Grignon.

Discours lors de la célébration du premier anniversaire des chaînes autour des écoles. Photo : RueMasson.com

Discours lors de la célébration du premier anniversaire des chaînes autour des écoles. Photo : RueMasson.com

Une carte de voeux pour l’école publique

Pour célébrer cet anniversaire, le mouvement a pris un autre moyen en mettant en ligne une vidéo et une carte pour inciter les gens à émettre un voeu pour l’école publique. Pourquoi ne pas avoir célébrer ce premier anniversaire avec la marque de commerce du mouvement? « Mais que célèbre-t-on? Autant on dit bravo aux parents pour cette mobilisation et cette détermination et le fait de continuer. Mais en même temps, on ne voulait pas avoir l’air de célébrer et sabrer le champagne comme si tout était réglé alors que justement on a ce défi de faire comprendre que tout n’est pas réglé », explique Pascale Grignon.

Les chaînes autour des écoles recommenceront le 1er juin prochain.

Une rencontre avec le ministre

Par ailleurs, l’organisme Je protège mon école publique va rencontrer le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx dans les prochaines semaines à sa demande. « Ça démontre la crédibilité du mouvement qui est  maintenant un interlocuteur », souligne Pascale Grignon.

Célébrations à Saint-Jean-de-Brébeuf

Si aucune manifestation n’a été organisée au niveau national, plusieurs parents et enfants se sont retrouvés ce matin le 3 mai sur le lieu de la naissance du mouvement devant l’école Saint-Jean-de-Brébeuf.

L’objectif était de souligner ce premier anniversaire, mais aucune chaîne humaine. À signaler, la présence de François Gourd, artiste et politicien, qui y a été d’un petit discours surtout destiné aux enfants présents. La députée de Gouin, Françoise David était aussi présente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>