Nadine Medawar : l’artiste qui porte le message de Justin Trudeau

Par -

Si la campagne électorale actuelle est la plus longue au Canada, c’est aussi le cas pour la candidate du parti libéral du Canada qui est en campagne depuis plus d’un an dans Rosemont-La Petite-Patrie. Elle assiste aux conseils d’Arrondissement et à plusieurs activités dans le quartier. Un parcours de longue haleine.

RueMasson.com a fait des demandes d’entrevue à toutes les personnes candidates des circonscriptions de Rosemont-La Petite-Patrie. Aujourd’hui, on vous présente Nadine Medawar, candidate du Parti libéral du Canada.

Nadine Medawar est née au Liban. Elle est arrivée au Canada, à Montréal, avec sa famille alors qu’elle avait 9 ans. Elle est la plus jeune de 3 soeurs. Elle est mère monoparentale de deux enfants de 4 et 2 ans. Artiste, elle vient de lancer son deuxième album en pleine campagne électorale.

La dernière partie de ce disque a été écrit en pleine discussion sur la charte. Elle avait le terme Laine impure, puisqu’elle est immigrante. « Mais j’ai pensé que ça pourrait insulter quelqu’un de la même manière que pure laine m’insulte. Comme j’aime rassembler, j’ai laissé faire et j’ai choisi Souveraine, car ça veut dire qu’on a le contrôle de soi », explique-t-elle pour souligner que ça n’a aucun rapport avec la souveraineté du Québec.

Lors que Nadine Medawar a décidé de s’impliquer en politique, elle a décidé de rencontrer plusieurs partis. Elle a contacté le parti vert, le NPD et le Parti libéral du Canada. Finalement c’est une rencontre et une discussion avec Justin Trudeau qui l’a convaincue de choisir ce parti.
« Sa manière de travailler est très semblable à la mienne ». – Nadine Medawar
Pourquoi Rosemont-La Petite-Patrie? « J’avais regardé plusieurs circonscriptions où il n’y avait encore aucun candidat et j’ai pensé celle-ci au parti, car je suis une sociale-démocrate. C’est une opportunité pour ouvrir les portes au parti libéral ici. Je savais que c’était un énorme défi. Pendant 18 ans, c’était le Bloc et Alexandre Boulerice a gagné avec une forte majorité en 2011. »
Il était important pour elle de commencer sa campagne pour comprendre la circonscription. « Il faut comprendre de la manière que les citoyens voient la politique pour les convaincre que c’est important de s’impliquer, car ça revient tout le temps à nous. J’ai rencontré les organismes et les personnes clefs pour comprendre l’historique du quartier. C’est sure que ma présence n’était pas toujours la bienvenue. Je le comprenais, même si c’était décevant de voir que certaines personnes étaient complètement fermées et pas intéressées. »

Le coût de la vie élevé

Lors de son porte-à-porte, les gens lui ont fait part de leurs préoccupations. « Les gens nous disent que l’emploi pour eux ou leurs enfants est le sujet qui les inquiète », souligne la candidate.
Elle ajoute que le coût élevé de la vie est le problème principal des citoyens. « Le couple travaille, enfants ou pas, ils ne comprennent pas comment ils arrivent à zéro à la fin du mois, c’est stressant et difficile et ce n’est pas normal dans un pays comme le nôtre. »
Le logement abordable est aussi un sujet de préoccupation pour Nadine Medawar.

L’importance des organismes communautaires

« Les organismes communautaires ont besoin de beaucoup plus d’appuis pour continuer à aider les gens qui en ont besoin. Ce qui est beau à Rosemont-La Petite-Patrie c’est qu’on est tellement riche en organismes qui n’existent pas ailleurs. » – Nadine Medawar
Elle cite des organismes comme CooPÈRE, Action chômage, le Comité logement de la Petite-Patrie. « Ce dernier est le plus engagé et le plus fiable. Action chômage fait un énorme travail. J’utiliserais ça comme outil de promotion de Rosemont-La Petite-Patrie. Il faut les répliquer partout », explique-t-elle.
Quand elle a eu son premier enfant, elle avait comme idée de faire des jumelages entre familles pour que les parents échangent leur expérience.
« J’aurai tellement avoir un programme national quand j’ai eu mon premier enfant. J’ai des amis et mes parents, mais j’aurais voulu avoir les trucs de parents qui réussissent dans la vie quotidienne » – Nadine Medawar

Postes Canada

Lors de son porte-à-porte, personne ne lui a parlé de la mise en place des boîtes postales, mais elle a vu le collant distribué par Alexandre Boulerice un peu partout. Ce dernier en a fait son cheval de bataille.
« Tous les partis sont d’accord (excepté les conservateurs) qu’il devrait y avoir un moratoire sur l’installation des boîtes postales. C’est la même chose pour les libéraux », souligne-t-elle.

Réinvestir dans la culture

L’une des priorités de Nadine Medawar est bien entendu de réinvestir dans la culture. Elle-même une artiste, elle pense qu’il faut les enrichir et investir.
« C’est une richesse qu’on a et il faudrait faire une sorte de Hub pour qu’ils collaborent. Il faut connecter ses artistes ensemble. Organiser une journée de conférence sur les arts, des ateliers pour arriver avec de nouvelles idées. » – Nadine Medawar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>