Des oeuvres d’art faites de matières recyclées et même de… personnalités

Par -

Pour une quatrième édition, la galerie Le repaire des 100 talents propose une exposition sur le thème du recyclage. Certaines personnalités y sont aussi récupérées…

En fait, plus qu’une thématique à explorer, le concept du recyclage est intrinsèque à chaque œuvre, car celles-ci sont bel et bien réalisées à partir de matériaux réutilisés et réinterprétés.

La galerie rassemble le travail de plus de vingt artistes qui pigent dans les déchets afin de proposer une exposition hétéroclite et riche en idées tout autant qu’en approches artistiques. Par les manipulations créatives de ce collectif, leur regard et leur esprit innovant, les rebuts retrouvent une beauté, proposent une analyse sur notre société de consommation, deviennent joueurs ou poétiques.

Homme assis, Branimir Misic, matériaux recyclés

Homme assis, Branimir Misic, matériaux recyclés

Parmi les artistes présents, on découvre Jean-Paul Labelle qui agence des déchets industriels, tels qu’un résidu de pneu, un gant de caoutchouc, des clous ou des parcelles de pavé, au travers une épaisse couche de polyuréthane transparent, octroyant un aspect étonnement pictural à ces objets délaissés. Eroded pavement crée ainsi un monochrome noir tridimensionnel.

D’une esthétique qui n’est pas sans rappeler celle de Labelle, récupération d’objets collés devant un fond blanc, Patrick Keroulas s’intéresse à la puissance de la technologie numérique, de l’image, de la mémoire virtuelle dans Flush Memory. On y voit une caméra, brisée sur un côté duquel se déverse une multitude de fragments métalliques formant une vague. La mémoire numérique peut être immense, dépassant largement celle humaine, mais à tout jamais perdue si l’objet qui la contient est abîmé.

Un caractère ludique transparaît dans certaines œuvres comme Call me de Ralph A. Maingrette présentant, sur une table décorative de bois, une lampe allumée avec une base ronde à laquelle est adjointe un tourniquet de vieux téléphone dénaturant l’objet.

D’un contenu plus critique, le travail de Guylaine Renière associe des emballages de produits alimentaires à des images de personnalités médiatiques controversées. Par exemple, on y voit Lucien Bouchard émergeant d’une canne de fèves au lard dans Tradition canadienne, la tristement célèbre Stéfanie Trudeau, mieux connue sous son surnom de « matricule 728 », dans un emballage de nourriture pour chien ou le maire Jean Tremblay trônant dans une cannette de bière Eau bénite, vêtu en ecclésiastique devant une architecture baroque.

Certains artistes s’inscrivent davantage au cœur d’une recherche formelle, où le matériau réutilisé appuie la démarche artistique plutôt que servir le propos. Par exemple, les vitraux de Sylvie Plante aux visages totémiques ou ceux de Ghyslaine Couture regroupant une infinité de fragments de verre, recréant parfois des paysagés chauds et désolés comme dans L’autre rive. Plante propose également une série de tondos, œuvres à forme circulaire puisant son origine dans la Renaissance italienne.

Afin de voir nos rebuts différemment, dans une nouvelle beauté ou noblesse artistique, passez voir cette exposition à la galerie Le repaire des 100 talents.

Le repaire des 100 talents, 5867, rue St-Hubert, Montréal

Rehaucyclé IV:exposition collective sur les œuvres faites de matières recyclées

Du 6 août au 13 septembre 2015

Pour voir des photos de quelques oeuvres présentées dans cette exposition

La photo de Une est une oeuvre de Guylaine Renière

 

1 commentaire à Des oeuvres d’art faites de matières recyclées et même de… personnalités

  1. C’était vraiment intéressant – les bonne réussites dans plusieurs media. Des fois avec beaucoup du humour, avec un clin d’oeuil, et des choses exceptionnellement beaux. En plus, il y a des œuvres abordable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>