Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
vendredi le 21 juin
HomeMémoires de RosemontM. Dandurand, un pionnier de l’automobile à Montréal
Publicité

M. Dandurand, un pionnier de l’automobile à Montréal

Ucal-Henri Dandurand était un geek du 19e siècle. Celui qui a contribué à l’urbanisation de Rosemont aimait posséder tous les derniers gadgets et à l’époque, le gadget de l’heure était une automobile. M. Dandurand est reconnu pour être le premier Montréalais, en 1899, à parader dans les rues de la ville au volant d’une voiture sans chevaux, une Waltham à vapeur.

Les journaux n’ont pas manqué de souligner cette première sortie de M. Dandurand. «La voiture sans cheval fait son apparition à Montréal» titrait La Patrie, le 22 novembre 1899.

« La machine est aussi facile à conduire qu’une bicyclette, sans que l’on ait à la maintenir en équilibre.»

«Le (sic) nouvel automobile a monté la côte de la rue Windsor, sans arrêt, et facilement, d’une grande vitesse; il a ensuite descendu la côte du Beaver Hall sans que le conducteur ait été obligé d’appliquer les freins, se servant simplement du cylindre à air», rapporte La Presse.

Cette première sortie au centre-ville « a beaucoup excité l’attention des passants et des cochers de fiacre. Il y a tout apparence que ce genre de véhicules sera bientôt d’usage général.»

M. Dandurand était aux commandes. Il avait comme copilote le maire de Montréal de l’époque, Raymond Préfontaine.

La voiture était une Waltham Horseless Steam Vehicule achetée au Massachussetts pour 600$. «La voiture fut livrée non pas avec un manuel d’instruction mais avec un mécanicien en chair et en os, pédagogue de la mécanique, lequel consacra deux mois à la formation de Dandurand…», raconte l’historienne Hélène-Andrée Bizier dans son ouvrage L’histoire du Québec en photos.

Le vrai premier automobiliste montréalais?

La revue Nos racines, l’histoire vivante des Québécois des historiens Jacques Lacoursière et Hélène-Andrée Bizier, remet en question l’exploit d’Ucal-Henri Dandurand. Est-il vraiment le premier automobiliste montréalais?

Dandurand était un homme excentrique et visionnaire qui avait le sens du spectacle. « Il fit un tel tapage qu’on a cru et qu’on croit encore, qu’il est le premier Montréalais à avoir possédé et conduit une voiture automobile. C’est faux et, à ce chapitre, l’honneur revient à messieurs L.-C. Rivard et E. Giullet» écrit-on dans un article consacré aux premières automobiles au pays (no 119, juillet 1982).

Les premiers propriétaires auraient roulé dans les rues boueuses de Montréal au printemps 1898 alors que Dandurand a fait sa première promenade l’automne de l’année suivante, en novembre 1899.

Dandurand et ses automobiles dans Rosemont

Ce n’est pas dans Rosemont qu’il a conduit sa Waltham à vapeur pour la première fois. Mais le promoteur immobilier n’a pas hésité à utiliser l’automobile quelques années plus tard pour attirer des acheteurs pour ses 5000 terrains qu’il vendait tout près des nouvelles usines Angus.

Dans le journal La Patrie du 25 avril 1903, il annonce «[… ] trois automobiles et autres voitures disponibles pour aller voir les lots».  Les terrains coûtaient 150 $, 10 $ en mise de fond puis 4 $ par mois.

Il investit dans sa passion

En plus de l’immobilier, Ucal-Henri Dandurand fait des affaires dans l’industrie automobile. Avec son associé J.-A. Corriveau, il avait acheté les droits de production de l’engin pour tout le Canada. Il est aussi, entre autres, le fondateur du Royal Canadian Automobile Club et du U.H. Dandurand Gazoline, Electric & Steam et de Cornet Motor, entreprise spécialisée dans la construction automobile.

L’intérêt pour les automobiles s’est rapidement propagé au grand public. Le premier salon de l’auto de Montréal s’est tenu en avril 1906. Le prix d’entrée était de 25 sous.

Pour en savoir plus sur Ucal-Henri Dandurand

Photo de la une : Ucal-Henri Dandurand et sa voiture De Dion-Bouton, entre 1903 et 1912, Archives de Montréal, VM94-P220, sous licence Creative Commons

Latest comments

  • Il ne devait sûrement pas y avoir autant de vendeurs de cossins qu’aujourd’hui, lors du premier salon de l’auto !!!

  • Le ShamWow n’était en effet pas encore inventé 😉

  • Un fait à noter, en 1904, son associé, Albert J. Corriveau, vice-président du Montreal Auto Club, s’est tué dans un accident d’automobile avec un tramway… Le choc avait été si grand que Corriveau a fait un vol plané de 10 verges avant de se fracasser le crâne sur le trottoir. Il n’est pas mort instantanément , mais quelques jours plus tard à l’hôpital… Un suicide ou un accident? Mystère.

leave a comment

Publicité