Le Noël de la maman mystère est réparé

Par -

La maman monoparentale de Rosemont qui avait écrit une lettre dans le groupe Les parents de Rosemont et environs pour décrire sa vie dans la pauvreté a attiré la vague de solidarité des citoyens bien au-delà du quartier et au-delà des espérances. Elle est sous un choc positif souligne-t-elle. Les dons en argent, en carte cadeaux, vêtements et plus ont afflué.

La lettre publiée sur notre site a battu des records de lecture, plus de 40 000 personnes l’ont lue en date d’aujourd’hui.

« Je n’arrive pas à croire ce qui se passe. Tout ça est au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer. Je suis touchée dans toutes mes valeurs et toutes les plus belles émotions qui nous sont données de vivre. Et je vais être honnête, des soucis tellement lourds se sont envolés », a réagi la maman mystère.

À lire aussi sur cette histoire : 

Des dons inespérés

Par la page PayPal,  1920 $ ont été recueillis, soit 77 semaines (environ 1 an et 5 mois) de paniers fruits et légumes livrés chaque semaine pour trois personnes. Marion Fitamant Diaz qui s’est occupée de la collecte avec d’autres mamans du groupe de parents souligne que le commerce Pousse l’Ananas qui livrera le panier a offert un rabais en plus. 

Les gens ont aussi donné des vêtements, de la nourriture, des cadeaux, des produits de santé, des cartes cadeaux pour environ 150 $, environ 350 $ de services d’ostéopathie et de massothérapie. Un papa photographe a aussi recueilli 600 $

Marion Fitamant Diaz souligne aussi plusieurs autres offres d’aide dont elle discutera avec elle pour voir ce qu’elle acceptera.

« Cette oeuvre est vraiment extraordinaire. Je suis touchée par la bonté des parents de Rosemont qui ont répondu à l’appel. De nombreuses personnes ne pouvaient pas offrir de l’argent, mais se sont quand même débrouillées pour donner. Maman-mystère a eu un bel impact . Et je suis particulièrement touchée d’avoir eu une si belle réponse à ma prière et une demande d’agir. J’ai ressenti à travers cela qu’elle a un Père Céleste qui se soucie d’elle et qui est toujours prêt d’elle, à lui envoyer du soutien et de la force dans ses épreuves. Je suis persuadée qu’elle accomplira de grandes choses pour aider les autres », ajoute Marion Fitamant Diaz qui est celle qui avait reçu la lettre et l’avait publié sur la page du groupe des parents de Rosemont et environs.

Car la maman mystère a toujours souligné qu’elle avait écrit cette lettre pour lever le voile sur la pauvreté et non pour être aidée. D’ailleurs, il y a quelques jours, après de nombreux messages que RueMasson.com a reçus, elle avait écrit un commentaire remerciant les gens et les encourageant à faire des dons aux organismes et à d’autres personnes dans le besoin autour d’eux.

«Toutefois, sans vouloir être ingrate ou inopportune, l’abus n’a jamais été mon fort… c’est pourquoi je souhaiterais inviter tous ces généreux gens à se tourner vers les organismes communautaires de leur quartier. Sincèrement (et je répète : sincèrement !), j’affirme du plus profond de mon cœur que cela me remplirait de joie, car pour moi, ce serait un peu comme si je partageais ma chance avec d’autres. L’on m’a répété, à plusieurs reprises, que de donner fait aussi plaisir, sinon plus, que de recevoir. Je serais véritablement remplie de joie si ma lettre pouvait générer ce genre d’entraide. Ça donnerait réellement un sens encore plus profond à toute cette vague de bonté inestimable », avait-elle écrit.

Dans le Devoir ce matin, on souligne aussi le nombre de messages et d’offre d’aide reçus après la publication de leur premier article.

La maman mystère a même reçu l’offre d’aide d’une personnalité publique qui désire garder l’anonymat.

Une maman mystère sous le choc, positif

La maman mystère est sous le choc, mais un choc positif.

Des personnes l’ont reconnue, d’autres lui ont envoyé des courriels, l’ont contacté. « Sans aucun jugement. Juste de l’amour et du soutien. Une amie en surprise a organisé une collecte de denrées à son bureau. Je n’en reviens pas. Une autre m’a offert un repas cuisiné par semaine. Puis une autre partage avec nous les surplus de nourriture », raconte-t-elle

Mais ce qui l’a aussi touché, c’est que d’autres personnes ont peu être aidées grâce à sa lettre et surtout la création de la page Facebook Spotted Austérité. Un homme cherchait des bottes d’hiver, de la nourriture pour lui, ainsi que pour son chat et de la litière.

« Je souhaitais surtout que les personnes parlent et que d’autres soient sensibilisés. Je favorise évidemment les organismes communautaires. Mais c’est un magnifique geste humain. Bref, par la page on ne souhaite pas devenir une sorte de réseau contact entre démunis et mieux nantis. On n’a pas la prétention de pouvoir faire mieux que les travailleurs du milieu communautaire et ce n’est pas notre but. Enfin, pour moi, que les gens parlent de leur situation est un élément franchement touchant. Je pense sincèrement que cela peut faire une différence », explique-t-elle.

Après que son entrevue avec RueMasson.com, la maman mystère a passé à Médium large à Radio-Canada, puis un article dans le Devoir et Coup de pouce. Sa lettre publiée sur RueMasson.com a été lue plus de 40 000 fois. Et l’article du Devoir était le plus lu durant 2 jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>