Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 18 novembre
HomeHabiter RosemontToits blancs : aucun impact sur les îlots de chaleur selon l’AMCQ
Publicité

Toits blancs : aucun impact sur les îlots de chaleur selon l’AMCQ

À l’Association des maîtres couvreurs du Québec (AMCQ), on qualifie de « farce » le lien entre la couleur des toitures et les îlots de chaleur. Les toits blancs auraient plutôt la pas très écologique conséquence d’entraîner une hausse des coûts de chauffage.

Cet article est le deuxième d’une série sur l’interdiction imminente des toitures en asphalte et gravier dans Rosemont-Petite-Patrie. Demain Emmanuel Cosgrove d’Écohabitation explique pourquoi l’asphalte est le matériau le moins écologique pour nos toits.

Lire le premier article de la série Un règlement payant pour les couvreurs!

« Même avec des toitures blanches sur tous les édifices de Montréal, on aura encore du smog et des îlots de chaleur », affirme Michel Paré, directeur technique à l’AMCQ.

D’après M. Paré, des études démontrent qu’en trois à cinq ans, les revêtements de toiture blancs, tous matériaux confondus, perdent de 30 à 60 % de leur indice de réflectance solaire (IRS). C’est simple : ils se salissent de poussière et deviennent gris.

Pour que ces toitures continuent à réfléchir au maximum la lumière du soleil, il faudrait les laver. L’élastomère peut difficilement être lavé sans l’user et en retirer les granules à sa surface. Le thermoplastique (TPO) et le PVC sont plus lisses et facilement lavables, mais ils tendent aussi à grisonner de façon irréversible.

« On parle de Rosemont et non de Westmount, dit Michel Paré. On ne peut pas imposer des types de toitures qui entraînent des coûts plus élevés. »

L’élastomère avec ses granules les plus blancs coûterait de 10 à 16 cents de plus le pied carré qu’avec des granules gris. Le TPO, le PVC et l’EDPM sont blancs d’office ; il n’y a donc pas de frais supplémentaire la couleur. Par contre, tous doivent être lavés si l’on veut tenter de conserver leur réflectance. Et pour éviter de provoquer tout dommage, il est préférable d’embaucher des professionnels.

L’autre grand coût supplémentaire est celui du chauffage. « Des études ont démontré qu’à la hauteur du 45e parallèle, comme au Québec, les toits blancs font augmenter les coûts de chauffage, soutient Michel Paré. Tu vas chauffer plus tôt l’automne et plus tard au printemps. »

Pourtant, les toits en asphalte recouverts de gravier gris contribuent très peu aux îlots de chaleur, affirme M. Paré. La masse thermique de l’asphalte d’un toit est si petite qu’une heure après le coucher du soleil, elle s’est refroidie. Rien à voir avec l’épais asphalte des routes, le béton et les briques, qui peuvent émettre leur chaleur pendant plusieurs heures la nuit.

Prioriser l’isolation

Les toitures blanches peuvent rivaliser de prix avec l’asphalte et le gravier, croit M. Paré. Par contre, selon lui, il serait beaucoup plus écologique de mettre la priorité sur l’isolation des combles que sur la couleur du revêtement. Les bâtiments résidentiels perdent 30 % de leur chaleur par le toit.

Le comble de nos vieux plex n’est généralement pas isolé. Il existe des techniques, mais il vaut mieux se faire conseiller, puisqu’il y a danger de créer de la condensation et des dégâts d’eau. Un comble isolé permet d’économiser à la fois sur le chauffage et la climatisation.

Recyclage

En Ontario, l’asphalte des vieilles toitures est recyclé dans l’asphalte des routes. Ce n’est pas encore le cas au Québec, regrette Michel Paré. Les autres membranes sont toutes recyclables. Même que l’élastomère peut être « resurfacé » après 25 ou 30 ans, une solution tout à fait écologique. Après analyse de l’état de la toiture, on peut simplement y ajouter une autre membrane d’élastomère.

André Dumont est journaliste et inspecteur en bâtiment

Latest comments

  • Isolation des combles des triplex montréalais: Il est possible que je me trompe mais j’ai lu quelque part que la perte de chaleur des combles était voulue lors de leur construction simplement pour faire fondre la neige et éviter son accumulation, susceptible de causer des dégâts. La structure des toits des plex ne seraient pas conçue pour permettre l’accumulation de la neige durant tout l’hiver. Le poids serait trop lourd et pourrait causer des dommages à la structure du toit.

  • Selon une étude……..américaine ! pour un toit blanc (le temps qu’il est blanc) pour une toiture de 20,000 pi2 au nord du 42ème parallèle, il y a une augmentation des coûts de chauffage. Il faut comprendre que les revêtements de toiture n’ont pratiquement pas de masse thermique et par conséquent n’emmagasinent pas de chaleur ce qui veut dire que moins d’une heure après le coucher du soleil, les surfaces des toits sont froides contrairement aux autre type de matériaux tel la brique, les rues et le béton qui libèrent la nuit la chaleur accumulée le jour; c’est ce qui cause les ilots de chaleur; rajoutez à ça les moteurs à combustion de nos véhicules et le monoxyde de carbone qu’ils émettent. Posez-vous cette question, pourquoi en hiver à Montréal, on a des épisodes de smog important, Pourtant nos toitures sont ………….blanches ? Il faut comprendre qu’à cause de notre positionnement géographique, les actions qui doivent être entreprises pour contrer les effets des ilots de chaleur dans les centres urbains, ne peuvent pas être les mêmes qu’au sud où il n’y a pas de neige et où la plus forte consommation d’énergie, est utilisée pour se climatiser; ici au Québec c’est pour se chauffer. Il est faut de prétendre qu’une couleur pâle ou blanche peut être substituée à un matériaux isolant ayant une valeur thermique, qui nous protège autant contre le froid et la chaleur et cela 12 mois par année ! L’empreinte écologique que nous laissons est liée à la quantité d’énergie que nous consommons.
    La certification LEED a depuis son existence accordé 3 ou 4 crédits au projet et au professionnel, pour la couleur blanche de la toiture; LEED est un organisme américain qui a établi sa règlementation environnementale en fonction de sa position géographique initiale (Seatle USA) Ils se rendent compte que cette règlementation ne peut pas s’appliquer partout de façon identique en raison des positionnements géographique où les bâtiments se trouvent et cela autant au sud qu’au nord. Bientôt, pour les bâtiments qui se trouvent au nord du 42ème parallèle, ils accorderont plus de crédit à l’isolation d’une toiture plutôt qu’à sa couleur. Tout ce qui est blanc ne le demeure pas et tout ce qui est noir ne le demeure pas non plus.

  • Il est vrai que la plupart des combles de toiture ne sont pas isoler pour prévenir une accumulation de neige trop importante, surtout lorsqu’il y a un redoux, la neige se change en glace et cela peut etre tres dangeureux en raison du poids important.

    Il serait intéressant d’avoir des études sur, combien d’isolation est sécuritaire et cela serait beaucoup plus pratique que d’interdire les toitures en asphalte.

    Je n’ai jamais vraiment compris l’utilité d’un tels reglement, il n’y a aucune toiture noir elle sont toute recouverte de gravier gris.

    F

leave a comment

Publicité