Les élèves de Sainte-Bibiane relocalisés à l’école Sans-Frontières [MàJ]

Par -

Le personnel et le comité d’établissement de l’école Sainte-Bibiane ont été informés ce soir que les 300 élèves et les employés seraient relogés à l’école Sans-Frontières pour les trois prochaines années. La raison : des travaux importants et urgents pour rénover le bâtiment de Sainte-Bibiane, en piteux état. Les parents sont sous le choc et dénoncent le manque de transparence de la Commission scolaire de Montréal dans ce dossier.

« Le bâtiment est vétuste et doit être rénové de fond en comble, tout est à refaire. Il a une valeur de 8,2 millions et il y en a pour 8 millions de travaux. On ne peut pas faire les travaux en présence d’élèves et on doit donc les déménager pendant 3 ans », explique le commissaire scolaire de Rosemont Jean-Denis Dufort.

Les parents recevront une lettre demain vendredi pour les inviter à une assemblée d’information qui se tiendra le 25 novembre. Une lettre a été envoyée au ministre de l’Éducation aujourd’hui.

Le commissaire sera à l’école demain matin à 7 h 30 pour répondre aux questions des parents.

Sainte-Bibiane est située sur la 13e Avenue entre Rosemont et Dandurand. L’école Sans-Frontières est sur la 9e Avenue entre Bellechasse et Rosemont. Les deux écoles sont situées à environ 500 mètres de distance.

L’urgence d’effectuer les travaux

Plusieurs travaux ont été nécessaires à Sainte-Bibiane depuis quelques années à cause d’infiltration d’eau, qui n’ont pas été réglés à cause de problèmes de fondation. Il y a aussi toute la plomberie qui est à refaire, la maçonnerie, la décontamination des sols au complet. L’objectif est d’éviter la démolition qui demanderait beaucoup plus de temps.

« Il y a eu une enquête de santé auprès du personnel et plusieurs déclarent avoir des problèmes respiratoires. C’est nouveau. On se retrouve donc avec un risque potentiel pour la santé et l’opportunité de transférer tout le monde à Sans-Frontières. Si on ne le fait pas maintenant, on ne pourra plus transférer tous les élèves dans la même école », ajoute Jean-Denis Dufort.

L’école Sans-Frontières est à quelques rues de Sainte-Bibiane. Les travaux d’agrandissement de l’école, ajoutant 20 classes de plus, sont presque terminés, ce qui permettra d’avoir de la place pour tous les élèves de Saint-Bibiane dès janvier ou lors de la rentrée scolaire de septembre 2015. Le tout sera décidé avec les comités de parents et les directions d’école. La répartition des locaux sera organisée en collaboration avec les deux écoles », mentionne le commissaire scolaire.

S’il pense que c’est la meilleure solution possible, il est conscient de devoir annoncer à l’école Sans-Frontières qu’il sera impossible de profiter de l’agrandissement avant 3 ans.

Des parents inquiets 

Le comité de vigie de Sainte-Bibiane a envoyé un communiqué pour dénoncer le manque de transparence de la CSDM.

La présidente du comité de parents, Élise Fafard, est sous le choc et surprise de cette nouvelle. Elle se pose de nombreuses questions. « Suite à des informations diffusées à Radio Canada le 21 janvier 2014, l’école Sainte-Bibiane se situait au 3e rang du palmarès des écoles les plus vétustes de la CSDM. Suite à celles-ci, le Comité d’établissement de Sainte-Bibiane dont je suis présidente a fait plusieurs démarches auprès de la CSDM face aux travaux à faire. À nous ce sont joins des parents et du personnel de l’école afin d’appuyer les démarches sous forme d’un comité vigie. Toutes nos démarches ont été plus ou moins fructueuses et souvent sans réponses. Aujourd’hui, nous apprenons que notre école va fermer pour des investigations et des travaux majeurs. Surprise pour tous ! Après l’implication sans relâche pour avoir des réponses à nos questions, nous nous retrouvons aujourd’hui devant le fait accompli. Qu’adviendra-t-il de notre école après toutes ces expertises ? Quel sera le bilan? Trop de travaux ? Trop couteux ? Pas de réponse à l’horizon de la part de la CSDM », nous écrit-elle.

Elle ajoute que c’est tout à fait inacceptable pour les enfants que l’on doit déplacer ainsi que pour tout personnel de l’école. « Une situation déplorable qui j’espère, fera réfléchir la CSDM face à leur fonctionnement qui je pense, a besoin d’être revu ».

Les parents de Sainte-Bibiane ont posé beaucoup de questions ces derniers mois sans avoir de réponses. Un comité de vigie avait été formé. « Je comprends les parents d’être inquiets, et ils n’avaient pas beaucoup de réponses. Ils ont raison d’être mécontents et on va leur envoyer toute l’information nécessaire et les rapports seront sur le site internet », souligne Jean-Denis Dufort.

Ce déménagement ne se fera pas à coût nul. Plusieurs mesures seront mises en place pour assurer la sécurité des enfants qui devront se rendre à Sans-Frontières et peut-être traverser les boulevards Rosemont et Saint-Michel.

Il faudra aussi avoir des discussions sur les manières dont les deux écoles vont s’organiser. Est-ce que les classes seront séparées ou mélangées ? Tous les élèves et le personnel de Sainte-Bibiane seront transférés à Sans-Frontières.

8 commentaires à Les élèves de Sainte-Bibiane relocalisés à l’école Sans-Frontières [MàJ]

  1. David Lefrançois

    Bonne nouvelle pour les enfants de Sans-Frontières dont les anciens locaux sont sous surveillance par la direction de la Santé Publique pour des problèmes de qualité de l’air!
    Voir la Presse: Qualité de l’air: 29 écoles sous surveillance à la CSDM

    C’est incroyable! Quelle solution stupide. Aucune autre école dont les locaux n’étaient pas problématiques n’est disponible? Pourquoi les enfants de St-Bibiane auraient-ils priorité sur les nouveaux locaux de SF, aux dépens des enfants déjà à Sans-Frontière?

  2. Patricia

    Apprendre cette nouvelle via Internet est vraiment déplorable pour les parents des enfants relocalisés. Je trouve aussi irrespectueux et plutôt égoïste d’affirmer que le enfants de Sainte-Bibiane auraient priorité sur les nouveaux locaux de Sans-Frontière. Il ne s’agit pas de priorité, il s’agit d’une relocalisation temporaire à moyen terme et d’enfants qui ont besoin d’un lieu d’enseignement sain.

    Une maman qui es très déçu de voir son enfant relocalisé dans une autre école, car Sainte-Bibiane est un milieu tellement chaleureux et communautaire, mais qui est aussi déçu de la réaction de lire un commentaire aussi pathétique. J’ose espérer que nos enfants auront l’acceuil qu’ils méritent, dans le respect des besoins et des droits de chacun.

  3. David Lefrançois

    Si je lis bien le texte de Mme Gladel qui cite le commissaire JD Dufort:

    « On ne peut pas faire les travaux en présence d’élèves et on doit donc les déménager pendant 3 ans »

    plus loin:

    « S’il pense que c’est la meilleure solution possible, il est conscient de devoir annoncer à l’école Sans-Frontières qu’il sera impossible de profiter de l’agrandissement avant 3 ans. »

    Je m’excuse mais on ne parle pas dans ce cas-ci de solution temporaire. Les enfants de Sans Frontière ont eux-aussi droit à un environnement sain.

    Saluations

  4. Yvan Guay

    C’est un secret de polichinelle que tout le parc immobilier de l’État est dans un état de vétusté avancé, qu’il s’agisse de nos écoles, nos hôpitaux, CLSC, CHSLD… Tout cela est dû à l’incurie des gouvernements successifs. La priorité des dirigeants de la CSDM, dans le cas qui nous occupe, a toujours été de cacher les faits et de taire cette vérité. J’en veux pour exemple le cas de Madame Harel-Bouron, qui a refusé énergiquement de collaborer avec le comité-vigie de Sainte-Bibiane, et de répondre à ses questions. Pendant les palpitantes élections scolaires, alors que certains parents se promettaient de faire du brouhaha, Madame Harel-Bourdon est enfin sortie de son mutisme obstiné pour convoquer une réunion avec le comité… après les élections!! On continue de se faire entuber par ces fonctionnaires de m…

  5. Alexandre

    Je crois que la CSDM manque effectivement de transparence dans toute cette histoire. De plus, la CSDM a déjà investi beaucoup d’argent depuis un an pour des travaux sur le toit et pour refaire les deux salles de bain au complet. Je comprends que des travaux majeurs doivent avoir lieu dans l’école. Par contre, je ne trouve pas ça correct que les parents apprennent cette nouvelle-là par les médias. Les parents auraient de l’être informé avant. C’est peut-être un hasard que 20 classes et un gymnase neuf à Sans-Frontière soient construits, mais je n’espère pas que l’école soit démolie et jamais reconstruite et vendue afin de construire des condos. Sainte-Bibiane est effectivement un milieu tellement chaleureux et communautaire comme le commentaire de Patricia le mentionne.

  6. Je suis une élève de 6ème année à Sans-Frontières. Je crois parler pour tout les élèves et le personnel en disant que nous avons enduré pendant deux ans et demi les marteaux piqueurs, les grues, les tracteurs et puis on ne pourra pas en profiter pendant trois ans! C’est selon moi injuste! Tout comme l’école Sainte-Bibiane nous avons appris la nouvelle via les média. C’est illogique de ne pas savoir avant les média que notre propre école déménagera dans une autre école durant trois ans ou que nous devrons prèter (pendant trois ans, ce qui est beaucoup) la moitié de notre école! Et en plus de ça, la parti que nous devrons prèter sera peut être la nouvelle parti! Oh non! Nous n’avons pas endurer tout ses bruits insupportables pendant nos examen de fin d’année deux année de suite pour rien! En plus de la chaleur qui nous enveloppais à cause des fenêtres qui devaient en tout temps rester fermé en raison du bruit dehors! Nous n’avons pas s’acrifier notre imense cour pour rien! En plus certaines personnes comme nous, les sixièmes année, les cinquième et les quatrièmes n’oront peut-être plus accès à notre propre école pour le reste de notre primaire! À l’école Sans-Frontières nous voulons déménager dans la nouvelle parti pour pouvoir en bénéficier au moins un peu. Nous passerons de 350 élèves à 650 c’est un gros changement qu’il ne faut pas prendre à la légère! Nous n’aurons par contre pas les même horaires nous aurons une heure de différence entre les écoles.

    J’espère m’être bien exprimé et que vous aurez bien compris que c’est un gros changement pour les deux écoles.

    Je fini en disant que votre école est peut-être chaleureuse et communautaire, mais la notre l’est d’autant plus. Nous avons hâte de vous acceuillir et serons d’un acceuil, je l’espère, très chaleureux, comme vous dites. Nous ferons des efforts et en retour vous devrez en faire aussi pour que l’harmonie entre nos deux écoles soit de mise.

    Donc, voilà!
    Au revoir, et à bientôt futurs amis… Du moins, je l’espère!????

  7. Caroline

    La façon de l’annoncer n’est pas adéquate effectivement mais qui n’a pas vu les choses venir pour cette école ? Les parents se tiennent depuis des années pour maintenir Ste-Bibiane ouverte. Les mégastructures sont à la mode actuellement dans tout le réseau, pourquoi garder cette petite école ouverte ? Investir 8 millions pour la rénover ? Souhaitons que non dans cet ère de coupures. Des bonnes écoles chaleureuses, il y en a d’autres. Mon hypothèse: redécoupage du territoire, rediriger les élèves graduellement vers l’école Sans-Frontières et St-François-Solano. Le taux de natalité du quartier doit être en diminution selon moi, 2 écoles seront peut-être suffisantes.

  8. Bravo a Romane pour une bonne explication des vus des élèves de l’ESF. Caroline, l’annexe a Sans-Frontieres était planifier depuis des années a cause de la croissance (grande) dans le nombre des élèves dans notre quartier, une croissance qui n’arrête-pas (c’est pourquoi il manque la place a d’autre écoles du quartier, qui a du fermer leurs biblis, perdre leur salle d’anglais, etc.).
    Pour aider cette grande agglomération des élèves de faire des bonne recrées dehors, pourquoi pas utiliser (quand ce n’est pas mouiller, pour pas le détruire) la grande terrain gazonee a cote de l’école Nesbitt? C’est clôturer, il y a une butte et une grande terrain soccer. En plus, des élèves sont sur les horaires différent. Les élèves de ESF a du voir leur piste athlétisme, leur mini-terrain soccer, leur terrain basket et un vingtaine des arbres mit a la poubelle pour la construction de cette ‘annexe’, en plus d’avoir endurer les marteaux-piquers pendant 3 ans. Ils meritent la chance de profiter de cette terrain soccer (qui n’est pas la propriété de l’école Nesbitt, mais de la ville).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>