Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 11 juin
HomePolitiqueLa CDEC Rosemont–Petite-Patrie menacée de disparition?
Publicité

La CDEC Rosemont–Petite-Patrie menacée de disparition?

La corporation de développement économique et communautaire (CDEC) de Rosemont–Petite-Patrie, qui accompagne et finance des entreprises de l’Arrondissement depuis 1990, pourrait être menacée de disparition avec le nouveau pacte fiscal annoncé hier par le gouvernement du Québec et qui prive Montréal de 75 millions de dollars.

À lire sur le même sujet : 100 000 $ de moins pour la CDEC Rosemont-Petite-Patrie

Un pacte qui sème la zizanie entre les villes du Québec au sein de l’Union des municipalités du Québec. Les deux plus grandes villes, Montréal et Québec ont signé le pacte, plusieurs autres, dont Gatineau, Saguenay, Laval, sont en désaccord.

Mais le réseau de développement économique de Montréal (CDEC et CLD) « apprécie le fait que le maire de Montréal ait confirmé sa volonté de collaborer avec les CDEC et les CLD de Montréal afin de mettre à profit le modèle montréalais de développement économique local » déclare Ninette Piou, présidente de la CDEC Rosemont–Petite-Patrie dans un communiqué de presse.

« Je n’ai pas vu le projet final du pacte. Si ça n’a pas changé, les CLD sont abolis en région, ce qui est triste, mais Montréal a un statut particulier qui permettrait de continuer de collaborer avec les CDEC et les CLD. Le maire de Montréal se demande si ça en prend 18, mais il donne une impression d’ouverture et il retweete notre communiqué de presse. On verra à la fin de la discussion dans quelques mois ce qu’il va rester », souligne Jean-François Lalonde, directeur général de la CDEC Rosemont–Petite-Patrie.

Selon lui, le plus important n’est pas de sauvegarder les emplois de la CDEC, mais de ne pas perdre le mode de gouvernance et la prise en charge par le milieu local. « Même s’il y a des changements, il faut le maintien des organisations locales et le maintien de l’implication de la société civile, c’est-à-dire les partenaires locaux, les citoyens, les entrepreneurs qui s’impliquent bénévolement, sur le conseil d’administration, les mentors », ajoute-t-il.

Actuellement, la CDEC organise le concours Entrepreneurs en action qui permet à des entreprises en démarrage du quartier d’obtenir des bourses. L’inscription au concours se termine le 28 novembre et il n’est pas menacé. « Nous avons un mandat jusqu’au 31 mars 2015 pour le moment », rappelle monsieur Lalonde.

À lire aussi Neuf entreprises primées par la CDEC

Jean-François Lalonde s’inquiète aussi du soutien pour les commerçants et le développement des artères commerciales ainsi que tout le démarrage d’entreprises au niveau local. « Toute cette capacité de souplesse et d’accompagnement personnalisé pourrait disparaitre. Rappelons que le cinéma Beaubien a été sauvé grâce au milieu local. Ce n’est pas dans les façons de faire des fonctionnaires de répondre à un appel de citoyen pour une mobilisation pour sauver le cinéma de quartier ».

Motion d’appui de l’Arrondissement

D’ailleurs, l’Arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie a adopté une motion lors du conseil du 3 novembre pour soutenir la pérennité des CLD et CDEC.

Cette motion souligne l’importances des CLD et CDEC et dit que le conseil d’arrondissement demande à la Ville de Montréal de préserver la structure décentralisée des CLD et des CDEC sur son territoire et que le conseil d’arrondissement demande au gouvernement du Québec de préserver l’intégrité des budgets des CLD et CDEC.

Les commissaires économiques rapatriés au central?

Par ailleurs, le nouveau pacte fiscal prévoit le rapatriement des commissaires économiques qui travaillent actuellement dans les arrondissements seraient rapatriés à la ville centre. Rosemont-La Petite-Patrie en a 2 qui travaillent au développement économique local.

Des chiffres fournis par la CDEC de Rosemont–Petite-Patrie

  • Réalisé des investissements totalisant 15 millions de dollars (prêts et subventions)
  • Dans 401 entreprises
  • Contribué à la création ou au maintien de 2 223 emplois
  • Entraîné 70 millions de dollars d’investissements dans Rosemont–La Petite-Patrie

Le taux de survie des entreprises financées par le Fonds local d’investissement lors 8 dernières années est de 94 %

  • Le taux de survie de l’ensemble des entreprises soutenues par la CDEC tous fonds confondus (FLI, FLS, Jeunes Promoteurs et Économie sociale) est de 80 % alors qu’au Québec, seulement 34 % des entreprises passent le cap des 5 ans d’existence)
  • Au cours de la dernière année, le gouvernement a déboursé 640 000 $ pour les frais de fonctionnement CLD de la CDEC
  • Ce même gouvernement, au cours de la même année, a reçu plus de 10 millions $ de revenus sous forme d’impôts et taxes par les entreprises que la CDEC a soutenues financièrement depuis le début de son mandat CLD
  • En confiant le mandat CLD à la CDEC, le gouvernement lui a prêté 2,2 M$ pour créer le fonds FLI destiné à investir dans les entreprises. La CDEC a si bien géré ce fonds qu’elle a pu à ce jour investir  7 M$ dans les entreprises.

No comments

leave a comment

Publicité