L’ombudsman de la ville réprimande l’Arrondissement qui se défend (MàJ)

Par -

La décision de l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie de ne pas accorder l’autorisation d’installer un ascenseur pour rendre un logement accessible a été critiqué par l’ombudsman de la ville de Montréal. Le maire François Croteau l’accuse d’aller trop loin dans un article du Devoir.

MàJ du 30 mai : Le couple qui avait demandé cette installation témoigne dans un article de La Presse. « 

« L’enfer. Ils ont ouvert la machine pour nous mettre des bâtons dans les roues. »

Bien malgré eux, Gail O’Shaughnessy et Jean Hamelin sont devenus un exemple de tracasserie bureaucratique. Dans son dernier rapport, l’ombudsman de Montréal a cité le cas de ce couple de sexagénaires en perte de mobilité à qui l’arrondissement de 
Rosemont–La Petite-Patrie a refusé un permis pour installer une plateforme élévatrice à l’entrée de sa maison. La Presse les a rencontrés à Saint-Jean-sur-Richelieu, où ils ont déménagé l’automne dernier après leurs déboires.»

François Croteau répond aux critiques de l'ombudsman de la ville. Photo : Archives/RueMasson.com

François Croteau répond aux critiques de l’ombudsman de la ville. Photo : Archives/RueMasson.com

Deux citoyens handicapés se sont présentés à plusieurs reprises au conseil d’Arrondissement pour obtenir une dérogation pour installer un ascenseur en avant de leur logement pour y accéder. Le conseil a toujours refusé leur proposant de l’installer en arrière. Un problème de déneigement de la ruelle était la raison pour laquelle les résidents refusaient cette solution. On leur proposait aussi de déneiger l’accès à la cour.

L’ombudsman de la ville de Montréal Johanne Savard a été saisie du dossier et a critiqué la décision de l’Arrondissement dans son rapport (page 34) ainsi que la solution de remplacement proposée. Le maire François Croteau pense qu’elle n’aurait pas dû se prononcer dans l’article du Devoir. « M. Croteau parle même de « guerre personnelle » de la part de l’ombudsman : « Je sais qu’elle a tenu rigueur à l’arrondissement parce qu’on a remis en cause certaines de ses décisions. »

MàJ : La Presse parle aussi de cette histoire.

Les résidents concernés ont finalement déménagé sur la Rive-sud de Montréal.

3 commentaires à L’ombudsman de la ville réprimande l’Arrondissement qui se défend (MàJ)

  1. Francis

    Bonjour, le mot « leur » ne fait référence a rien dans la phrase suivante: « La décision de l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie de ne pas accorder l’autorisation d’installer un ascenseur pour rendre leur logement accessible a été critiqué par l’ombudsman de la ville de Montréal. « 

  2. Notre petit maire est pris du syndrome de Naoleon. C’est une décision totalement inutile. Il ne comprends pas le concept de propriété privé.

    Quand je vois une décision d’incompétent de la sorte, je me dis qu’on a trop d’élus à commencer pas son poste. Quand on est inutile, on tente de justifier notre poste par un surplus de décision. Un jour, il va vieillir et il devra subir des décision similaire. Probablement se dit-il que ses lois ne s’appliquent pas à lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>