Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 9 octobre
HomeÉlections 2014La campagne aigre-douce de Françoise David
Publicité

La campagne aigre-douce de Françoise David

Françoise David s’ancre encore plus en Gouin et obtient un mandat clair : 50 % des électeurs ont voté pour elle lundi. Elle conciliait cette année encore sa campagne locale avec un campagne nationale, à titre de co-porte-parole de Québec solidaire. Ce ne sont pas les débats télévisés avec les autres chefs de partis qui ont été les plus éprouvants pour la députée. C’est dans Gouin qu’elle a été le plus déstabilisée.

Françoise David brigue un deuxième mandat. Photo : André Dumont/RueMasson.com

Françoise David Photo : André Dumont/RueMasson.com

Il n’a pas été possible de parler à Françoise David au lendemain de son élection. Elle était au lit, malade. La campagne lui a bousillé les cordes vocales, ça s »entendait lundi soir lors de son discours devant les militant-e-s de Québec solidaire à l’Olympia.

Lors de notre rencontre à son bureau de circonscription mercredi, elle parlait tout bas, mais n’avait rien perdu de son mordant. Si le contact des citoyens a été encourageant lors de sa campagne, certains échanges avec ses adversaires ont été tendus et agressifs.

Françoise David a l’habitude de débattre. Elle avoue avoir été déstabilisée par ce qui s’est passé au débat dans Gouin, organisé par la Coalition contre la pauvreté de La Petite-Patrie et Occupons le coeur de l’île le 2 avril. Des gens la huaient pendant qu’elle parlait au micro. Du jamais vu, même en 2012, alors que la lutte était chaude avec le député sortant Nicolas Girard du Parti québécois. Le débat s’était alors fait dans le respect, les spectateurs attendaient la fin des interventions avant de se manifester.

Durant le débat de la semaine dernière, Françoise David a continué à parler pendant que des gens la huaient et que d’autres applaudissaient pour contre-balancer. « Joyeuse cacophonie! C’était très clair que c’était  les supporters péquistes qui agissaient comme ça. Ce n’était pas les supporters caquistes, ce n’était pas les supporters d’Option nationale, ils étaient très respectueux», dénonce-t-elle avec son calme habituel.

La candidate péquiste Louise Mailloux a elle aussi été huées par ses détracteurs et applaudies par ses supporters. Dans ce genre d’atmosphère, « les indécis n’ont pas leur place, ça devient une bataille entre les partisans de l’une et les partisans de l’autre» se désole-t-elle.

«J’ai dit ce que j’avais à dire au micro. Ils sont très dérangeants, ils sont impolis et irrespectueux, mais tant pis pour eux. Ils ne convaincront personne comme ça», dit-elle, parlant des chahuteurs.

Collaborer avec Jean-François Lisée

Un autre qui a été virulent durant la campagne est Jean-François Lisée, candidat élu dans Rosemont, qui a multiplié les attaques contre Québec solidaire et Françoise David sur son blogue. « Je ne les ai pas lues encore. Pas mal de gens m’en parlaient. Je vais attendre d’être en forme, je suis présentement malade et fatiguée. Quand j’aurai lu, je verrai… peut-être qu’un petit café avec lui sera nécessaire pour repartir du bon pied.»

Jean-François Lisée a notamment  publié en début de campagne le billet  «La triste chute de Françoise David» et une parodie d’une publicité de Québec solidaire à la sauce péquiste intitulée «Dring dring Québec solidaire?», ainsi que des attaques contre Amir Khadir.

« On est dans le même arrondissement, bien sûr que je souhaite continuer à collaborer comme on le faisait», déclare-t-elle. L’équipe de Jean-François Lisée en tant que ministre avait donné un coup de pouce à Françoise David dans le dossier du  6839 Drolet, un édifice que veulent acheter plusieurs organismes communautaires pour se loger. Son équipe avait été très active. « Je suis convaincue qu’elle va continuer de l’être… Ce n’est pas grave d’avoir des désaccords, l’important est d’avoir bon climat.»

Dans l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie, la collaboration entre les élus de tous les paliers est excellente, soutient-elle. « Les gens de Gouin sont assez cohérents quand on y pense. Ils ont élu le NPD, ils ont élu Projet Montréal, ils m’ont élus et ils viennent de me réélire.»

Pour la suite des choses dans Gouin

Elle remercie la population de Gouin d’avoir renouveler sa confiance en elle.  « Ça veut dire que les gens sont contents de ce que je fais et ça fait toujours plaisir quand on travaille fort. Ça me donne le goût de continuer et d’être au rendez-vous.»

Françoise David attend de voir qui Philippe Couillard nommera comme ministre. Elle a hâte de savoir qui s’occupera de l’habitation et des aînés afin de poursuivre son dossier sur le logement et les moyens de contrer la spéculation immobilière dans les quartiers centraux de la ville. « J’avais de l’ouverture avec le ministre Sylvain Gaudreault. Maintenant, tout est à recommencer à zéro, il faut tout réexpliquer et voir s’il y a de l’intérêt.»

En débat national à la télévision avec les autres chefs de partis, Françoise David a obtenu des engagements des trois chefs pour un appui à son projet de loi interdisant l’éviction des aînés de leur logement. Elle a également l’appui du maire de Montréal Denis Coderre sur cette question. Elle sourit, très fière de son coup. « Je vais rappeler à M. Couillard son engagement.»

Elle suivra attentivement aussi le dossier des compressions budgétaires, le PQ et le PLQ annonçaient les mêmes note-t-elle, afin qu’elles ne touchent pas les services offerts à la population de la circonscription.

La souveraineté en mauvaise posture

Le parti de Françoise David n’est pas seulement progressiste, il est aussi souverainiste. Le résultat de lundi est un signe que la souveraineté n’est pas la préoccupation première de la population. « Cette situation ne nous réjouit pas. On se dit qu’il y a des réflexions à faire. On va continuer d’être souverainistes, c’est évident, on a plein de raisons de l’être. Il faut réfléchir à rendre cet objectif du pays encore plus intéressant et mobilisant parce que visiblement pour le moment il ne l’est pas.»

Françoise David veut reconstruire le mouvement. Elle a même lancé une invitation aux souverainistes/progressistes. « J’ai de l’ouverture. Dans mon discours de lundi soir j’ai dit aux autres souverainistes des autres partis ou dans des mouvements souverainistes et progressistes « les amis, il va falloir qu’on se parle ».»

 

 

Latest comments

  • Je partage l’avis de madame David. Cette campagne fut très vicieuse, sale et irrespectueuse. Ce qui me déçoit le plus, c’est que des gens que je considérais hautement brillants, Lisée pour ne pas le nommer, ont publié des trucs que je qualifierais de sous-Martineau. Le dring dring de Lisée en est un exemple assez édifiant. Et en plus, il censure à qui mieux mieux les propos divergents sur son blogue.

  • Merci à Framboise de s’être occupé du PQ, maintenant, mon parti s’occupe des vraies affaires.

  • Oups, correcteur automatique: Framboise=Françoise.

  • Moi, j’ai bien hâte de voir les fameuses «vraies affaires». En fait, j’en ai un peu peur. On n’a pas su ce que ça contenait pendant la campagne. Pas beaucoup de débat d’idées dans cette campagne, d’ailleurs. Aucune vision à long terme non plus. Le niveau de discussion est bien bas au Québec: on hue quand on est en désaccord??? C’est notre seul argument?

leave a comment

Publicité