100 ans d’élus dans Rosemont

Par -

Saviez-vous que Rosemont a été un des premiers quartiers à Montréal à élire une femme comme échevin? Et que jusqu’en 1962, on votait aux 2 ans? On a retracé le nom des élus des 100 dernières années dans notre quartier.

Cet article est le premier d’une série sur les élu-e-s de Rosemont à travers l’histoire.

Conseil municipal de Montréal 1912. Source : Archives de Montréal (VM6S10-D015-22-5-12)

Conseil municipal de Montréal 1912. Source : Archives de Montréal (VM6S10-D015-22-5-12)

L’arrondissement Rosemont-La Petite Patrie comme on le connait aujourd’hui a été créé en 2001. Avant cette date, comment Rosemont était-il représenté à la ville de Montréal? On commence en 1910, année de l’annexion de Rosemont à la Cité de Montréal.

L’échevin de quartier de 1910 à 1939
Un échevin, élu par la population de Rosemont, représente le quartier au Conseil municipal de la Ville de Montréal. Les élections ont lieu aux deux ans par vote secret.

À cette époque et depuis 1889, « les filles majeures et les veuves qui sont propriétaires peuvent voter … celles qui sont locataires gagnent ce privilège» en 1899, mais les femmes mariées n’ont pas le droit de vote nous apprend le site La démocratie à Montréal des Archives de Montréal. En 1934, toutes les femmes obtiennent le droit de vote au municipal.

Les classes A et B de 1940 à 1962
À partir de l’élection du 9 décembre 1940, chaque quartier est représenté par 6 élus : 3 conseillers de classe A et 3 conseillers de classe B.

Les conseillers de classe A sont élus par les citoyens qui sont propriétaires. Les échevins de classe B sont élus par les locataires et les propriétaires. On vote aux deux ans. Il existe également une classe C, élue par des organismes comme l’indique le texte Nouveau régime municipal «corporatiste» des Archives de Montréal.

3 sièges par district (de 1962 à 1978)
Dès 1962, on abolit les classes A, B et C. « Montréal est maintenant divisée en quinze districts, respectivement représentés par trois conseillers.  Lors du scrutin, les Montréalais acceptent d’octroyer des mandats de quatre ans aux élus», est-il mentionné dans le texte Jean Drapeau et les réformes des années 1960 des Archives de Montréal.

Création de 54 districts en 1978
Avec la Loi 44 en 1978, Montréal est divisé en 54 districts. Chacun doit élire un conseiller. Le district de Rosemont est le district no 11. C’est également la création des districts d’Étienne Desmarteau (no 12), de Louis-Hébert (no 13), de Marie-Victorin (no 2) et de Saint-Édouard (no 30), qui existent pour la plupart encore aujourd’hui.

Création des arrondissements en 2001
Le Québec adopte les élections à date fixe pour toutes les villes et municipalités (premier dimanche de novembre). Montréal compte 27 arrondissements. Dans Rosemont, la population doit désormais élire un maire d’arrondissement et un conseiller pour chacun des 4 districts (Vieux-Rosemont, Étienne-Desmarteau, Saint-Édouard et Marie-Victorin).

Les Archives de Montréal ont élaboré un site internet fort complet et intéressant : La démocratie à Montréal de 1830 à nos jours.

Pour voir tous les résultats des élections tenus à Montréal depuis 1833 (!), consultez ce document très complet des archives de Montréal sur les résultats électoraux de 1833 à 2005.

Articles à venir pour en savoir plus sur les élu-e-s de Rosemont
Le premier échevin de Rosemont : Newton Drummond
Henri Brien, jeune coq dans le ring de la politique municipale
– Joseph Napoléon Drapeau, le père du maire
– Lucie Bruneau, une des premières femmes élues à Montréal
– Les 3 maires de Rosemont-La Petite-Patrie

2 commentaires à 100 ans d’élus dans Rosemont

  1. gilles lacoste

    Ma mère qui a habité le quartier au milieu des années 20 nous a souvent parlé du père de Jean Drapeau qui habitait sur la 5eme avenue en face des cours d’école et du père Brien qui habitait près de chez nous dans la maison dans le triangle formé par le boulevard Rosemont, la 1ere avenue et la rue des Carrières. Je me souviens aussi qu’il possédait un caveau dans le terrain vacant derrière sa maison, qui était pour nous un endroit fort mystérieux. On y entreposait semble-t-il de la dynamite. Il tenait aussi un commerce dans sa propriété.

  2. Johng920

    I went over this site and I conceive you have a lot of wonderful information, bookmarked . dgeeebkfcaek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>