L’équipe de Projet Montréal en selle pour un autre 4 ans dans RPP

Par -

Les 4 membres de Projet Montréal réélus et le petit nouveau dans Marie-Victorin, Guillaume Lavoie, profitent de la semaine pour souffler un peu après une campagne électorale éreintante et l’annonce du départ de Richard Bergeron d’ici 12 à 24 mois. Ils reprennent les rênes la semaine prochaine. Leur principal objectif : continuer le travail entamé en 2009. 

L'équipe de Rosemont-La Petite-Patrie lors de l'annonce de la candidature de Guillaume Lavoie. Photo : Projet Montréal.

L’équipe de Rosemont-La Petite-Patrie lors de l’annonce de la candidature de Guillaume Lavoie. Photo : Projet Montréal.

Pour voir tous les résultats des élections

D’ici là, le maire François Croteau, dont le nom circule comme un potentiel successeur de Richard Bergeron sera de l’émission La soirée est encore jeune à Ici Radio-Canada première ce vendredi à 19 h.

Pour lire tous les articles de la campagne

Le maire ne commente pas

Entre le départ de Richard Bergeron et les rumeurs qui l’envoient dans la course à la chefferie, le maire préfère s’attaquer à la gestion des dossiers de l’Arrondissement et ne commente pas. « On doit préparer l’adoption du budget, la planification des travaux de l’été prochain, l’ouverture de la bibliothèque Marc-Favreau, la réforme administrative qui me tient à cœur, la transparence, le rapatriement du travail des cols bleus à l’interne et plus. »

Le budget de l’Arrondissement doit être adopté d’ici le 31 janvier. En temps normal, il est présenté et adopté en novembre/décembre. Cette année, aucune date n’est encore choisie. « Ça va dépendre des orientations et objectifs que l’on va se fixer. Ça n’empêche pas l’arrondissement de fonctionner », explique François Croteau.

À quand les données ouvertes ?

Lors de la campagne, le maire a promis d’ouvrir les livres et que les données de l’Arrondissement seraient ouvertes. Mais ça ne se fera pas rapidement. « Les données ouvertes, ça demande un travail important. Il faut avoir une plate-forme informatique pour le soutenir, ce que ne permet pas la ville en ce moment. On devra analyser les coûts. J’espère que ça va se faire dans l’année qui vient. »

Un conseil sans opposition

Le nouveau conseil d’Arrondissement sera 100 % Projet Montréal, sans opposition. Est-ce sain pour la démocratie ? Le maire soutient que la partisanerie n’a pas sa place en arrondissement et que ça se passe en collégialité et collaboration depuis 4 ans, même lorsqu’il était avec majoritaire avec Vision Montréal et que seulement deux conseillers représentaient Projet Montréal. « Ça demeure comme avant, pas de partisanerie, tout le monde participait à la prise de décision, on a toujours eu cette philosophie, nous représentons tous les citoyens de Rosemont. On ne fera pas tout ce qu’on veut. On continue dans le même esprit et les citoyens viennent au conseil pour nous poser des questions et nous surveillent. »

Marie-Victorin passe à Projet Montréal

Marie-Victorin est devenu le district de l’ancien maire de Montréal devenu chef de l’opposition Pierre Bourque de Vision Montréal lorsqu’il a été battu par Gérald Tremblay en 2001. Après sa démission en 2006, le district passe dans le giron d’Union Montréal avec le conseiller Carle Bernier-Genest puis revient à Vision Montréal en 2009 avec la conseillère Élaine Ayotte. Autre changement en 2013 avec Projet Montréal.

Le nouveau conseiller de Marie-Victorin, Guillaume Lavoie, est souvent présenté comme un spécialiste de la politique américaine. N’est-ce pas un gros changement de sphère politique et médiatique pour lui de devenir conseiller municipal ? « Très drôle, car cet aspect de mes intérêts n’est que la pointe de l’iceberg. Le cœur de mon parcours, c’est l’administration publique et j’en suis très proche. J’ai hâte de travailler sur des sujets terre à terre. »

Le conseiller élu souligne que dans le domaine municipal, si on manque son coup sur le déneigement, les déchets et autres, on le sait immédiatement. « C’est le niveau de gouvernement qui a le plus d’impact sur nos vies. Dès qu’on sort de la maison, on s’en rend compte. Le bon fonctionnement des services municipaux est essentiel à notre vie quotidienne. »

Tristesse d’un départ annoncé

Guillaume Lavoie a vécu la victoire avec une grande joie tout en éprouvant maintenant une grande tristesse de voir que Richard Bergeron ne sera pas le prochain maire de Montréal. « S’il y avait un chef politique qui pouvait me convaincre de faire le saut en politique, c’était lui. Il a le sens de l’état. Plus longtemps il restera, mieux ça sera, c’est le meilleur capitaine pour un caucus dont la moitié sont des nouveaux élus, dont moi. »

Un district de défis

Le conseiller élu se dit très fier que les gens de Marie-Victorin l’accueillent ainsi, tout en restant réaliste. « Je ne pourrais pas faire plaisir à tout le monde, on ne peut pas, mais j’ai l’intention d’être très présent. »

Il ajoute que le district représente tous les défis et toutes les réalités que l’on trouve dans une ville avec de grandes tours d’habitation, des bungalows, des duplex, des HLM, un quartier patrimonial, une population âgée importante, un mini baby-boom, une personne sur 4 qui n’est pas née au Canada, un pôle d’emploi comme l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, le parc Maisonneuve et le Jardin botanique. « C’est un défi qui oblige à penser large, ce n’est pas une photo simple avec un bout d’artère commerciale qui a besoin d’être revampé. Il est fascinant de voir que tous les aspects de la ville se reflètent dans Marie-Victorin. »

Ses priorités : l’apaisement de la circulation sur les rues résidentielles qui servent de contournement aux grandes artères nord-sud, les parcs à chien, dont celui prévu dans le parc de la Louisiane, l’état des trottoirs et le petit Beaubien. « Il y a plusieurs gestes à mettre en place pour créer un environnement propice à l’établissement de commerces de proximité : la réfection des trottoirs, l’embellissement, le mobilier urbain et le zonage qui est à vérifier. S’il n’y a pas de place réservée aux commerces, il n’y en aura pas », conclut Guillaume Lavoie.

Saint-Edouard accorde une forte majorité au conseiller sortant

Le conseiller François Limoges a été réélu confortablement dans Saint-Édouard avec plus de 60 % des votes. « C’est impressionnant. Je le prends comme une grande confiance et une reconnaissance du travail que l’on a fait dans les dernières années. Les gens apprécient le changement et nous l’ont dit. On fait ça à temps plein et on est passionné, c’est la grosse différence, on n’est pas des génies », souligne le conseiller municipal.

Le conseiller de Saint-Édouard reconnait qu’il a beaucoup de dossiers sur sa planche de travail : le parc des Gorilles, le secteur Bellechasse, Marconi et le réaménagement promis du secteur du métro Beaubien. « Mais la beauté d’un deuxième mandat, c’est de ne pas avoir à apprendre son travail.  On sait comment fonctionner, l’équipe est soudée, on sait comment manœuvrer avec l’administratif. On a ajouté 72 engagements, on va tous les faire. Je n’en ai aucun doute. »

La circulation résidentielle sous la loupe

Deux engagements très locaux sont aussi dans les plans de François Limoges : d’abord une consultation publique pour la circulation dans le secteur Saint-Denis-Saint-Laurent-Bellechasse-Marché Jean-Talon. « L’achalandage au marché Jean-Talon créé une pression sur les rues résidentielles, on va devoir se pencher sur ce dossier.’

Il entend aussi organiser une autre consultation pour le quadrilatère entre des Carrières -Christophe-Colomb et Papineau en lien avec la circulation des camions et la machinerie lourde de l’Arrondissement dans les rues résidentielles. La présence du clos de voirie sur Des Carrières à côté de l’ancien incinérateur engendre des problèmes. « Il va falloir travailler pour trouver des pistes de solutions avec les résidents des petites rues perpendiculaires qui sont à double sens dans ce quartier anciennement plus industriel et qui se transforme avec l’arrivée de résidents. »

Respect pour le chef

Sur le départ de Richard Bergeron il salue son chef. « Il a fait preuve d’un grand sens de responsabilités, il aurait pu partir tout de suite et se trouver un poste moins exigeant et plus payant. Il a fait un sacrifice personnel, c’est un geste digne. »

Sur sa succession, François Limoges reste muet. « Je commenterai à ce moment-là. »

Etienne-Desmarteau participe en force

Le district d’Étienne-Desmarteau a obtenu le plus haut taux de participation de l’Arrondissement avec plus de 55 % des électeurs qui se sont déplacés pour voter. C’est ce qui rend le plus fier le conseiller réélu Marc-André Gadoury.

Il entend continuer son travail. La priorité est l’amélioration des infrastructures comme la rue Holt,  et surtout la rue Bordeaux avec une consultation avant Noël. « Je vais aussi me concentrer sur les trottoirs, car on n’est pas obligé d’attendre la réfection complète de la rue. Aussi devant le dépanneur coin 6e et Holt, on pourrait faire une petite place selon les résultats de la consultation ».

La continuité dans la consultation

Le conseiller Gadoury entend mener le même type de consultation qu’il a utilisé lors de son premier mandat, sur les coins de rue et dans les parcs. « C’est agréable et les gens participent. Je fais aussi du porte-à-porte avant les consultations. »

L’éclosion de jardins de rue, des carrés verts sur les trottoirs, se poursuivra. L’objectif est de réduire les refoulements d’égouts et de verdir. Un projet pilote est prévu sur la rue Beaubien proche de Papineau avec l’enlèvement du béton devant un commerce pour créer un carré de verdure. « C’est un ilot de chaleur que l’on pourra transformer », explique le conseiller Gadoury.

La rénovation de la piscine Rosemont est aussi dans les priorités du district, ainsi que la collaboration avec le collège Jean-Eudes pour la mise en place d’un terrain de soccer et football synthétique au parc Etienne-Desmarteau. Écologique le synthétique ? « Cela permet de multiplier grandement l’utilisation du terrain même si ce n’est pas la meilleure solution », reconnait Marc-André Gadoury.

Le Vieux-Rosemont confirme Érika Duchesne dans son poste

Élue au printemps 2012 avec une faible majorité de 171 votes sur la candidate de Vision Montréal, Érika Duchesne a augmenté ses appuis et gagné avec plus de 3000 votes sur son plus proche concurrent Pascal Boisgibault du groupe Mélanie Joly.

Une campagne sans porte-à-porte

La conseillère se dit très heureuse de cette victoire plus large que lors de l’élection partielle, surtout qu’elle s’est cassé le coccyx au début de la campagne et ne pouvait faire de porte-à-porte. Pour y pallier, elle a appelé les électeurs et le maire Croteau a fait plus de porte-à-porte dans le Vieux-Rosemont. « Je n’ai pas pu faire une grosse campagne à cause de ma blessure et il faut dire que mes adversaires n’étaient pas aussi présents qu’Hélène Dagenais lors de la partielle. Je ne sais pas si c’est moi ou le maire, mais c’est une approbation de nos politiques », explique-t-elle.

Priorité à l’apaisement de la circulation

Ses priorités sont l’apaisement de la circulation dans les rues résidentielles, l’amélioration du réseau cyclable dans l’est de l’Arrondissement en collaboration avec les conseillers de Marie-Victorin et Étienne-Desmarteau, l’accès à la propriété pour les achats d’immeubles existants et l’amélioration du service d’autobus.

Le dépôt du plan local de déplacement promis pour janvier 2014 sera la pierre angulaire de l’apaisement de la circulation. Pour les pistes cyclables, Érika Duchesne entend faire des représentations à la ville centre avec ses collègues. « Pour le moment, il y a beaucoup d’inconnus tant qu’on ne sait pas qui seront les membres du comité exécutif, on verra. »

Améliorer les services d’autobus

L’amélioration du service d’autobus est une priorité. « Les gens m’en ont parlé souvent lors de la campagne, et je le sais, car je prends l’autobus aussi. On doit augmenter le service avant que les gens ne s’installent dans les projets résidentiels en construction sinon ils prendront l’habitude d’utiliser leur voiture. Sans compter que le métro Préfontaine est sous-utilisé. On souhaite que la 25 continue jusqu’au métro Préfontaine. »

Problèmes de branches d’arbres

Erika Duchesne souligne qu’avec les récentes tempêtes, on s’aperçoit que les branches des arbres matures sont une problématique. « On va essayer de trouver des moyens pour mieux les desservir, car les gens se plaignent des branches d’arbres qui touchent leurs propriétés. Ils ont peur qu’il y ait des dommages et nos services ne suffisent pas à la tâche. »

La conseillère était soulagée que Richard Bergeron décide de rester. « La défaite est cruelle, on aurait pu comprendre qu’il parte tout de suite. Il a montré qu’il était un homme d’État. »

3 commentaires à L’équipe de Projet Montréal en selle pour un autre 4 ans dans RPP

  1. une rosemontoise

    Dans le Vieux-Rosemont, c’est vrai que de se déplacer en autobus n’est pas toujours très agréable. Lorsqu’on doit attendre pendant 30 minutes un autobus en-dehors des heures de pointe en plein hiver, cela ne nous encourage pas à utiliser le transport en commun. Sans compter que pour se déplacer dans les anciennes shop Angus, il faut carrément être chanceux pour trouver un autobus. Depuis que le CLSC a déménagé dans ce coin, impossible de s’y rendre autrement qu’en auto ou en taxi. À pied, les distances entre les circuits d’autobus sont exagérées (et pénibles en hiver).

    J’espère que le déneigement sera bien fait cette année. Il y a quelques entrepreneurs qui tournent les coins ronds et laissent des quantités importantes de neige dans les endroits plus difficiles d’accès (ex: autour des arbres) ce qui fait qu’on se retrouve toujours avec plus de neige que nécessaire sur les trottoirs.

    Le ramassage des ordures est impecccable depuis quelque temps, ce sont ceux qui déposent leurs ordures n’importe quand durant la semaine qui posent un problème. Je ne sais pas s’il y a une solution. Cette année, le nettoyage des ruelles m’a semblé déficient. En tout cas, il n’a pas été fait à certains endroits.

    Enfin, il reste toujours la problématique du manque de variété des commerces sur la Promenade Masson. Il y a sûrement quelque chose à faire à ce sujet. Et, bien sûr, les hausses de loyer par les nouveaux propriétaires qui font entièrement payer leurs rénovations par leurs locataires.

    Une présence plus évidente des policiers dans le quartier serait aussi sûrement appréciée, entre autre pour contrôler le bruit excessif.

    Les nouveaux élus ne manqueront pas de boulot.

  2. michel benoit

    2 élections partielles sur le radar…..

    Le DGEQ devra livrer son rapport sur Érika Duchesne qui pourrait ne plus être capable de siéger pendant 5 ans ( dépenses électorales ayant dépassé les limites permises en avril 2012 ).

    De plus, Richard Bergeron semble vouloir quitter l’Hotel de ville d’ici 12 mois…. Le temps de se trouver un autre emploi et il aura sa prime de transition ( presqu’un an de salaire dans son cas..).

    Une élection partielle coûtera 400 000 $ aux contribuables montréalais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>