Hausse marquée du nombre de plaintes contre le bruit dans l’arrondissement

Par -

Après avoir porté plainte au mois de mai contre le bruit qu’elle jugeait excessif en provenance d’un climatiseur voisin, une résidente de la 1ere Avenue a finalement eu la visite de l’inspecteur municipal… au début du mois d’août, soit huit semaines plus tard. Cette longue attente s’expliquerait par une hausse importante des plaintes enregistrées dans l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie.

Les climatiseurs sont des sources de bruit. Photo : Philippe Beauchemin/RueMasson.com

Les climatiseurs sont des sources de bruit. Photo : Philippe Beauchemin/RueMasson.com

« Je suis contente de voir mon cas être finalement pris en charge, mais j’ai trouvé le délai très long, souligne la citoyenne, qui préfère garder l’anonymat. J’ai appelé à quelques reprises cet été pour savoir où en était mon dossier. On me disait alors qu’on allait me rappeler dans les prochaines 48 heures pour m’expliquer ce qui se passait. Mais je n’ai pas eu de retour d’appel. Rien. J’aurais souhaité que l’on me retourne mon appel pour me dire que l’on ne m’avait pas oublié ou que le délai était plus long que prévu. »

L’arrondissement affirme que la vérification d’une plainte se fait normalement en moins de quatre semaines après sa réception, mais qu’actuellement « le délai est un peu plus long, car le nombre de plaintes reçues et en traitement est plus élevé qu’à l’habitude. (…) L’an dernier, nous avons reçu 102 requêtes au total. Depuis janvier, nous en avons reçu 107 », nous écrit la chargée de communication à l’arrondissement RPP, Marie-Claude Perreault.

Sur l’ensemble de ces requêtes, seulement quatre avis d’infraction ont été envoyés et un constat a été émis jusqu’ici cette année. En 2012, un avis d’infraction a été signalé et aucun constat n’a été produit.

Les plaintes les plus fréquentes concernent les appareils de ventilation (climatiseurs), les chantiers de construction et de rénovation résidentielle, les bars, les restaurants et les voisins (spas, piscines, fontaines), de même que les livraisons commerciales et les manipulations de conteneurs.

Autres articles sur le bruit
L’Arrondissement plus sévère sur le bruit
Les citoyens pourront rénover le dimanche
Changement sur les rénos le dimanche
Les avions volent bas sur Rosemont

Pour lire le règlement sur le bruit de l’Arrondissement

 

Un règlement qui fait du bruit

Cette hausse des plaintes pour « bruit excessif » pourrait s’expliquer « par la couverture médiatique de l’entrée en vigueur du nouveau règlement en janvier dernier et l’information diffusée par l’arrondissement dans l’édition printanière du bulletin et sur son site Internet », mentionne Mme Perreault.

Rappelons qu’en janvier, l’arrondissement s’était muni d’un sonomètre pour aider le travail de son inspecteur, tout en renforçant sa réglementation en matière de bruit. Le seuil de décibels toléré en milieu résidentiel était alors passé de 60 à 55 le jour et de 50 à 45 la nuit (23 h à 7 h). Les amendes ont également été majorées – 300 $ à 1000 $ pour une personne physique lors d’une première infraction; 500 $ à 2000 $ pour une récidive; 600 $ à 2000 $ pour la première infraction d’une personne morale.

« Ils ont fait une grande annonce en début d’année pour que tout le monde sache bien que l’arrondissement avait un règlement plus sévère qu’ailleurs et qu’un sonomètre avait même été acheté pour aider le travail de l’inspecteur. Compte tenu de ça, je trouve ça “plate” d’avoir attendu si longtemps pour avoir une réponse de leur part », laisse savoir la citoyenne de la 1ere Avenue.

La procédure

Voici la procédure telle qu’expliquée par le bureau des communications de l’arrondissement lorsqu’un citoyen veut se plaindre d’un bruit qu’il juge excessif.

« 1. Le bureau Accès Montréal (3-1-1) reçoit une requête.

2. Celui-ci achemine la requête à la Division des permis et inspections qui prendra les mesures suivantes : envoi d’une lettre au contrevenant potentiel pour l’informer du problème et lui demander de régler la situation dans un court délai, s’il y a véritablement un problème; envoi d’une lettre au citoyen ayant formulé la demande pour l’informer qu’une lettre a été envoyée au contrevenant potentiel et pour l’inviter à communiquer de nouveau avec l’arrondissement si le problème persiste après le délai prescrit.

3. Si le problème persiste, l’inspecteur poursuivra ses recherches et communiquera avec le citoyen ayant soumis la requête pour connaître la source du bruit.

4. Par la suite, il se présentera sur les lieux, avec le sonomètre en main, pour prendre les mesures de bruit nécessaires.

5. L’inspecteur analysera ensuite le bruit à l’aide du logiciel conçu par l’école Polytechnique pour vérifier s’il répond au seuil de bruit maximum énoncé dans le règlement.

6. S’il y a infraction, l’inspecteur enverra un avis d’infraction au contrevenant pour l’informer du délai accordé pour se conformer à la réglementation.

7. Une fois le délai passé, l’inspecteur se rendra sur les lieux pour une deuxième lecture du bruit.

Si le bruit n’est toujours pas conforme à la réglementation, un constat d’infraction pourra être donné. »

6 commentaires à Hausse marquée du nombre de plaintes contre le bruit dans l’arrondissement

  1. @Alain Selon la procédure en place, vous aurez une réponse à votre question d’ici 2024.

    Votre appel est important pour nous, biiiip.

  2. Bobby Lachiansa

    102 plaintes en un an!!! Et moins de quatre semaines pour pour en traiter une? Selon mes calculs, ça fait deux plaintes par semaine. Grosse job et en plus des chiens! Sûrement un candidat au burn-out…

  3. claude vaillancourt

    Vivre et laisser vivre| Mais à la fin qui est le plus dérangeant…un voisin qui rénove tout l’été…un voisin qui a deux chiens qui jappent…un voisin climatisé…un voisin dont le silencieux de l’auto est défectueux…un bébé qui pleure souvent…une musique forte…des ados qui jouent dans la ruelle…des cloches d’église qu’on fait sonner longtemps pcq c’est tant de coup du $100….On est peut-être plus dérangeant que le voisin qu’on dénonce ….

  4. et que dire de tous ceux qui avertissent tout le quartier qu’ils viennent d’activer le système antivol de leurs voitures.

  5. En communiquant par lettre on évite de faire du bruit. Une sonnerie de téléphone ça peut être dérangeant. Dans les structures gouvernementales on pense que c’est compliqué de faire simple. On trouve que c’est plus simple de faire compliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>