Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 17 juillet
HomeCultureChloé Robichaud présente son film au Cinéma Beaubien
Publicité

Chloé Robichaud présente son film au Cinéma Beaubien

Le film de Chloé Robichaud, Sarah préfére la couse, a fait son entrée sur les grands écrans québécois, dont le Cinéma Beaubien. D’ailleurs, la réalisatrice sera sur place ce samedi après-midi pour discuter avec les cinéphiles. Un film que RueMasson.com a vu et qui nous a laissé perplexe.

Affiche du film

La réalisatrice et la productrice du film Fanny-Laure Malo seront à la séance de 13 h 20 au Cinéma Beaubien.

Le film, qui a été présenté à Cannes dans la sélection Un premier regard, raconte l’histoire de Sarah, une jeune femme de 19 ans de Québec, qui ne vit que pour la course. Il n’y a que la course qui compte dans sa vie, rien d’autre ne l’intéresse. Ni même l’amour, enfin l’amour avec un homme.

Sarah déménage à Montréal avec un collègue de travail qu’elle va finalement épouser pour les prêts et bourses. Car elle a été approchée par le club de course de McGill et décide d’accepter leur offre. Sauf qu’elle ne vient pas avec un pont d’or et Sarah a besoin d’argent. Elle se marie donc avec ce collègue pour les prêts et bourses. Un jeune homme qui se meurt d’amour pour la belle Sarah. Un amour à sens unique.

Sarah préfère la course n’est pas un film sur la course au niveau technique, mais aborde la passion de la course et les conséquences dans la vie de la jeune femme. Il y a d’autres côtés abordés, l’homosexualité féminine, l’amour, la santé, mais on n’en dira pas plus pour ne pas tout dévoiler. Ce n’est pas un film joyeux, presque ennuyant, car Sarah est tout sauf une boute-en-train. Elle est même terne.

Ce n’est pas un mauvais film, loin de là, mais on aurait aimé plus. Plus de chair, plus de profondeur, plus. Et comme le souligne le critique du Soleil Éric Moreault, c’est la solide performance de l’actrice principale Sophie Desmarais qui sauve le film. Même remarque du côté de Karl Fillion sur Cinoche.com. Manon Dumais souligne le talent de Chloé Robichaud.

D’Étienne-Desmarteaux à Sorel

La première scène du film est tournée à la piste Étienne-Desmarteaux comme on le reconnaît dans la bande-annonce et sur les photos de plusieurs articles comme celui du Journal de Montréal et un billet de Ciné-blogue. On dit être à Sorel. C’est du cinéma.

Catherine Beauchamp était à la première du film le 3 juin dernier et a parlé aux protagonistes du film.

Entrevue de Catherine Beauchamp avec Chloé Robichaud à Cannes.

Latest comment

  • J’ai quand même hâte de voir ce film, malgré le bémol. Je vais même essayer de mettre ma camisole des Pélicans, si jamais je peux la recevoir bientôt… :p

leave a comment

Publicité