Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 22 octobre
HomeConsommationAcheter des vêtements plus éthiques
Publicité

Acheter des vêtements plus éthiques

Avec l’effondrement de l’atelier de confection de vêtements au Bangladesh, plusieurs personnes veulent acheter plus éthique. Mais ça va coûter plus cher. Car le bas prix à un coût. Souvent ce sont des travailleurs qui payent ce bas prix de leur vie comme on l’a constaté la semaine dernière. Voici des adresses pour acheter plus éthique dans le quartier et à Montréal. Et vous n’y trouverez pas Loblaws et sa marque Joe Fresh.

Des suggestions avec un heureux mélange de trois designers. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

Des suggestions avec un heureux mélange de trois designers aux Coureurs de Jupons. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

Cet article est une adaptation d’un billet de l’auteure sur son propre blogue. Nous avons ajouté des suggestions de boutiques locales.

Les t-shirts que nous vendons pour financer RueMasson.com ne sont pas faits au Bangladesh, ils sont confectionnés en Inde, dans une coopérative, certifiés équitables et fabriqués en coton biologique. Ils ne coutent pas 8 $, mais 28 $. Ils sont vendus à la boutique Les Coureurs de Jupon sur Masson, qui est une boutique où l’on trouve des designers locaux.

Les Coureurs de Jupons sont ouverts depuis plus d’un an.

Sur Masson, on trouve aussi la boutique Renaissance et ses vêtements récupérés. Une autre boutique a changé de propriétaire dernièrement et propose maintenant certains designers locaux et la friperie Fringu’Art sur Masson entre la 3e et 4e Avenue. L’ancienne friperie Prêt à reporter.

Pour les enfants, il y a La culotte à l’envers sur Masson, La petite ferme du mouton noir sur Beaubien.

L’Espace affaires Rosemont compte aussi parmi ses entreprises les designers de Schwiing dont les vêtements sont fabriqués dans une coopérative en Inde.

Sur Mont-Royal, à 15 minutes du quartier, il y a l’Autre placard. Tout n’y est pas totalement éthique et équitable, mais on y trouve plusieurs designers d’ici dont Schwiing.

Une petite boutique incontournable dans Hochelaga-Maisonneuve sur la rue Sainte-Catherine : Folle Guenille, située au même endroit qu’une autre boutique incontournable pour les bijoux et accessoires La Coccinelle Jaune.

Dans la Petite-Patrie, une boutique qui se décline en deux versions sur Saint-Hubert, Belle et rebelle qui vend des vêtements faits au Québec et la Petite Rebelle qui se spécialise dans les vêtements faits ailleurs dans le monde.

Moutain Equipment Coop a aussi une politique d’approvisionnement éthique et des vérifications régulières auprès de ses fournisseurs asiatiques.

Il y a aussi la ligne de Blank, fabriquée au Québec

L’histoire de la mode éthique au Québec

On en parle de plus en plus et on peut dire que le Québec est vraiment à l’avant-garde dans ce domaine, tant par le nombre de designers que par leur originalité. On trouve de plus en plus de designers qui utilisent des matériaux recyclés, mais aussi d’autres matériaux, très originaux.

Il y a eu un modèle ici et c’est HarricanaMariouche Gagné est la précurseure qui a commencé à recycler la fourrure, il y a maintenant 15 ans. Mariouche avait décidé de montrer qu’on peut faire de la haute couture avec du recyclé.

Voici ce qu’on peut lire sur son site internet : « En récupérant d’anciennes fourrures, nous avons épargné, depuis 15 ans, la vie de plus de 600 000 animaux. Mais nous avons aussi permis de donner un second souffle à plus de 60 000 manteaux, carrés de soie, cachemires, robes de mariée, qui n’auraient plus jamais été portés s’ils n’avaient été réinventés. Les plus belles matières retrouvent ainsi une seconde vie et se transforment en pièces uniques, prouvant que la mode aussi peut être « du-rable».»

Évidemment, Harricana c’est de la haute couture qui n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais Mariouche Gagné a été et est toujours une inspiration pour des dizaines de designers.

La mode écolo s’est raffinée, améliorée, solidifiée et peut maintenant rivaliser avec les autres designers.

Écolo, c’est quoi ?

-Fait et dessiné à Montréal comme les robes de la designer Eve Lavoie qui fait de magnifiques modèles pour toutes les femmes ou Émilie Desmeules et ses fabuleuses tuniques.

-Utilisation de tissu récupéré comme Musky. On prend 2, 3 vêtements pour en faire 1. J’aime Musky qui n’habille pas que les femmes qui portent du 4.

-Utilisation de matériaux recyclés comme Elroy (ananas, soie, coton bio)

-Utilisation de coton bio comme OÖM, une autre compagnie montréalaise partie de rien qui est maintenant un gros joueur.

Sans oublier les friperies qui vendent des vêtements seconde main comme la Gaillarde dans le Sud-Ouest. La Gaillarde est aussi une boutique précurseure qui existe depuis 10 ans. Les friperies Renaissance, Cul de sac et plusieurs autres sont à visiter.

Des incontournables

Voici les boutiques incontournables pour la mode écolo et recyclée dans la région de Montréal. Plusieurs ont le nom des designers et des liens vers leurs sites ou pages Facebook sur leur site Internet. Il y en beaucoup, à découvrir.

La boutique 4 éléments sur St-Denis. On peut facilement la manquer à cause de l’enseigne qui n’est pas sur le local, mais devant et perpendiculaire.  À l’intérieur, pas de déception. Des vêtements, des bijoux, des accessoires et plusieurs autres objets pour la maison ou la vie. Toujours dans l’objectif de consommer mieux.

Rien à cacher est l’une des premières boutiques écologiques moyen/haut de gamme qui s’est installées sur Saint-Denis. On y trouve des designers québécois, canadiens et américains. C’est l’un des seuls endroits à Montréal pour trouver la fameuses Vega, les espadrilles en caoutchouc d’Amazonie.

Finalement, pour vos vêtements de yoga, la compagnie Respecterre les fabrique en bambou, coton et eucalyptus, au Québec. Et les prix sont très concurrentiels avec ceux de Lululemon, même si cette compagnie souligne que ses vêtements sont fabriqués partout dans le monde dans le respect des normes internationales du travail.

Vous connaissez d’autres designers, d’autres boutiques, friperie dans le quartier ? On attend vos suggestions dans les commentaires.

Latest comments

  • Je vous conseil fortement d’aller dans les sous-sols d’église et autre ouvoir de quartier. Moi tant q

  • Bon pour finir moi tant que le linge se met sur le corps et ne s’use pas trop vite tout est beau et bon! ‘aplein d’ouvoir et de fabrique de sous-sol d’église qui cherche juste ça à se débarrasser des guenille! Y’a des Village des Valeurs qui ont plus de valeur d’âme que d’envie de profit! Allez voir dans votre quartier ce que le monde jete et vous allez trouvez de quoi portez!!! pas besoin d’être designer ou de savoir coudre!!! Donner; recycler; porter!!

  • J’aimerais ajouter à la liste ma petite boutique qui a pignon sur rue depuis 5 ans. Minizabies, c’est une fripperie pour enfants et maintenant adulte, où l’on retrouve aussi des créations de mamans designers professionnel du Québec.
    J’y vends moi-même mes créations, Grace Gordon Design,faites à partir de matières récupérées! Voilà, j’avais envie de vous faire un petit coucou !
    Minizabies 1991 Beaubien Est à l’angle de la rue Bordeau !

  • Super votre article ! J’y ai fait des découvertes !

    Et pour les sous-vêtements ?
    (autre que American Apparel…)

  • Ouvoir c’est les p’tites boutiques de pauvre où Vous devriez aller porter vos vêtements que vous ne voulez plus… disponible auprès des Fabriques de Paroisse(si là ça te dis rien présente-toi à l’église du coin demande pour l’ouvoir de la Fabrique… ils devraient te trouver ça) Village de valeurs sont pris ici en exemple comme des gens (e=ou cie) SANS valeur… ou comme une bande de voleur c’est selon la politesse… En passant la Fabrique des Paroisse ne donne pas d’$ au Vatican elle entretiennent les Églises… bonne façon de faire une bonne action pis si t’as besoin, demande un reçu; ça va leur faire plaisir!

  • Vous savez, j’aimerais bien m’habiller dans ces boutiques de designers locaux et éthiques, mais il y a un gros « hic » pour moi : la grande majorité d’entre eux ne font pas de vêtements taille plus. Jusqu’à maintenant, à Montréal, dans le taille plus que j’ai envie de porter (parce que laissez-moi vous dire qu’il y a pas mal de motifs hideux et de choses informes) il n’y a que Kolchic. C’est vendu chez Toutounes atomiques sur la Plaza. Elles ont aussi quelques autres designers québécoises en stock, mais par rapport à l’offre total à Montréal, c’est minime.

    Alors Belle et Rebelle, Petite rebelle et Coureurs de jupons, avez-vous des vêtements taille plus à nous proposer? Je trouve les choses dans vos vitrines bien belles, mais elles m’ont toutes l’air bien étroites. Pourtant, près du tiers de la population canadienne est considérée « taille plus ».

  • Musky fait des tailles qu’on appelle 14 + sur demande! Ses jupes sont superbes 🙂

  • Madame Gladel,

    Avant d’écorcher le village des valeurs sur la base qu’ils sont américains et à but lucratif ayez donc la rigueur de dire que cette compagnie rachète les vêtements (peu importe leur condition) des cloches de récupération des grands frères et grandes sœurs. Ce montant sert à financer les activités de cet OSBL qui autrement ne pourrait survivre.

    Bref, soyez équitable dans ce que ressemble à des pubs que vous passez subtilement au travers de votre matériel dit journalistique

  • Merci pour cet article très intéressant !
    Je fais présentement partie d’un projet qui s’inscrit dans ma démarche de me vêtir de façon plus éthique et plus humaine.

    Le Projet 10 :
    «Neuf blogueuses (âgées de 22 à 33 ans) relèvent un défi: évaluer leur consommation vestimentaire et le rapport qu’elles entretiennent avec leur image. Pour approfondir leur réflexion, elles s’engagent à ne porter qu’une infime partie de leur garde-robe soit 10 vêtements et à ne pas s’en procurer de nouveau tout au long des 5 semaines de l’aventure. Suivez-nous du 1er mai au 5 juin.»

  • Mily : Merci de prendre le temps de le mentionner!

    Mais c’est justement ça le problème : « sur commande ». Tant qu’à ça, beaucoup offrent du « sur commande » pour les tailles plus. Sauf que 1) Ça prend beaucoup de temps 2) ça coute plus cher encore et surtout 3) on ne voit rien avant de l’avoir payé, donc aucun moyen de savoir si leur design taille plus est effectivement bien conçu ou totalement décalé (ce qui arrive souvent).
    Honnêtement, je trouve ça dommage quand au moins une fois par année un designer québécois vient dans les médias pour crier famine, mais qu’il n’offre que des modèles dans le 10 et moins.

  • Il y a aussi la boutique coopérative L’empreinte dans le Vieux-Montréal. Tout les artisans sont québécois. Voici le site web: http://www.lempreintecoop.com

  • Plusieurs ont le nom des designers et des liens vers leurs sites ou pages Facebook sur leur site Internet.

  • Allez voir Alysé & Collections, sur facebook et leur site. 100% québécois…pour toutes tailles..small à 3X

  • Bonjour, comme Grace Gordon, J’aimerais ajouter à la liste moi aussi mon mini boutique.
    Yari crochet consacré à revivre le crochet, vêtements et accessoires styles rétro de façon audacieuse et original, des créations faits à Mtl.pour femmes et fillettes.
    Il fait bon d encourager les designers québécois et soutenir le commerce équitable.
    Grace Gordon, je vais visiter ta boutique lorsque je suis maman de trois enfants.
    Salut!, Merci 😉

leave a comment

Publicité