Déneigement : que faire pour faciliter la vie des déneigeurs?

Par -

Nous vivons le quatrième chargement de neige de l’hiver 2012-2013 (depuis vendredi). Un déneigement qui suscite toujours de nombreuses discussions. Les citoyens ont plusieurs récriminations et se questionnent sur le fonctionnement du chargement de la neige, tandis que les gestionnaires de l’Arrondissement nous disent faire le maximum pour satisfaire les contribuables. On a décidé d’aller voir en coulisse.

Voici le deuxième article de trois sur le déneigement, hier le territoire et les techniques du déneigement, demain les cas particuliers.

Voir l’album photo et les explications sous les photos pour plus d’information

Les chasse-neige sont les pierres angulaires du déneigement. On les aime. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Les chasse-neige sont les pierres angulaires du déneigement. On les aime. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Après avoir laissé la parole aux citoyens qui commentent nos articles sur le sujet et nous ont soufflé de nombreuses questions, RueMasson.com la donne aux employés de l’Arrondissement, les acteurs du chargement de la neige.

On a suivi Jacob Germain le contremaître de jour du secteur Rosemont/Chabot/Bélanger/Saint-Michel le 23 janvier dernier lors d’un troisième chargement et par la journée la plus froide de l’hiver. Un expert du déneigement avec 28 ans d’expérience qui a travaillé pour une compagnie privée avant de faire le même travail pour la Ville de Montréal. Il connaît son secteur sur le bout de ses doigts, hiver comme été.

Si le travail des employés de l’Arrondissement et des compagnies privées est d’enlever la neige le plus rapidement possible, les citoyens peuvent aussi respecter certaines règles pour leur faciliter la vie et ne pas ralentir leur travail.

L’interdiction de stationnement

Dès que le chargement est décrété, généralement après une quinzaine de centimètres, les arrondissements chargent la neige et imposent des restrictions de stationnement pour permettre aux employés de travailler et faire disparaitre la neige. Il faut donc surveiller les petits panneaux orange qui fleurissent sur les poteaux.

Une personne est dédiée pour dévoiler les panneaux des interdictions de stationner qui sont maintenant inclus dans les panneaux habituels d »interdiction de stationner d’avril à novembre. « Il faut vraiment faire attention à ces panneaux en période de chargement, on les place habituellement assez à l’avance, mais parfois les citoyens ne regardent pas. Il faut être plus attentif ».

Une réalité est que les automobilistes des premières rues déneigées ont moins de temps, mais parfois les remorqueurs peuvent klaxonner avant l’heure de l’interdiction. Par exemple, ils commencent parfois vers 17 h 30 pour le déneigement à 19 h afin de ne pas surprendre les citoyens à la dernière minute. Il vaut mieux donc ne pas attendre pour déplacer sa voiture, ça évitera le bruit strident du klaxon.

Par ailleurs, si après l’avertissement la voiture n’est pas déplacée, elle sera remorquée. « Ils n’attendent pas la dernière minute pour avertir les automobilistes en klaxonnant, je ne le tolère pas. Mais si l’équipement arrive, on n’a pas le choix de remorquer, sinon ça ralentit le chargement. Les remorqueurs donnent au moins deux avertissements. Ils ne remorquent jamais sans avertir avant », soutient Jacob Germain.

Quand les panneaux d’interdiction sont placés et que le déneigement ne s’y fait pas, c’est qu’un imprévu est arrivé. « On essaye de respecter notre horaire, mais quand un pépin survient, on doit réagir rapidement, on enlève donc les panneaux d’interdiction le plus rapidement possible pour recommencer plus tard. Notre objectif n’est pas de déranger les citoyens, mais parfois on n’a pas le choix ».

L’amende pour un remorquage lors d’un chargement est de 117 $.

Éviter les rues en chargement

Les véhicules de déneigement doivent cohabiter avec la circulation et les automobilistes. Pas toujours facile. « Quand on fait le chargement, que les automobilistes nous laissent travailler. Ça va aller plus vite. Prenez une autre rue et surtout ne vous coller pas derrière les véhicules de déneigement, ils pourraient ne pas vous voir. Quand vous êtes dans notre parade, vous nous ralentissez, il y a plein de rues à Montréal et les véhicules de déneigement ne reculeront pas pour les laisser passer », demande Jacob Germain.

Ce dernier raconte que des automobilistes klaxonnent parfois en suivant les véhicules de déneigement, crient après les employés, puis finalement décident de reculer pour prendre une autre rue. « Si on doit s’arrêter ou reculer pour laisser passer un automobiliste, le déneigement durera longtemps et coûtera plus cher », rappelle Jacob Germain.

Autre problème, surtout dans les rues plus étroites du Vieux-Rosemont (par exemple), les gens qui font leur petit trou, mettent leur voiture à 45 degrés et la neige dans la rue. « L’équipement a de la misère à passer par la suite. Si les citoyens nous aident, on ira plus vite et les rues seront dégagées plus rapidement », souligne Jacob Germain.

Les carrés de verdure

Les carrés de verdure protégés par des tuteurs peuvent devenir un problème pour le déneigement des trottoirs. Jacob Germain explique que la neige s’accumule sur les carrés, refoule et finit par retomber sur le trottoir. L’une des solutions est que les citoyens enlèvent la neige des carrés de verdure lors du chargement en la mettant dans la rue sur le côté. « On respecte les carrés de verdure, mais les citoyens peuvent nous aider à garder le trottoir dégagé », explique le contremaître.

Les saillies de trottoir sont aussi un casse-tête de plus pour les déneigeurs.

Par ailleurs, les citoyens peuvent aussi mettre la neige dans la rue avant le chargement, trop tôt ou trop tard, c’est interdit.

Les déchets, les bacs et les vélos

Les bacs des collectes de recyclage et de compostage ainsi que les sacs-poubelle sont aussi des obstacles au déneigement, un employé supplémentaire devra passer avant pour les enlever. « Les journées de collecte, les citoyens peuvent nous aider en ne mettant pas les bacs et poubelles sur le trottoir à l’endroit du déneigement. On peut les mettre sur le trottoir d’en face ou ne pas les sortir lors des chargements de neige si c’est possible ».

Même chose pour les vélos, il est préférable de ne pas les laisser sur la voie publique en hiver. « On passe tellement souvent sur les trottoirs. Une fois accroché, c’est trop tard, et il est parfois difficile de les éviter ou les voir ».

Par ailleurs, les déchets, meubles ou objets de toute sorte causent les mêmes problèmes que les bacs ou poubelles. C’est même encore plus grave s’ils sont cachés sous la neige, ils causeront des bris d’équipement et du retard. « Le pire que j’ai vu dans une souffleuse c’est un futon. Ça fait un méchant ravage, il faut défaire le baril ou brûler le futon pour réparer », explique Jacob Germain.

La valse des chenillettes et des chasses-neige

Les trois conducteurs de Benco qui travaillent sous la supervision de Jacob Germain sont habitués de travailler ensemble depuis des années. S’ils vont parfois vite, c’est qu’ils sont en contrôle de leur machine. Ils ralentissent quand ils croisent des citoyens, même si parfois leur vitesse impressionne. « C’est comme une valse quand ils zigzaguent sur le trottoir entre les arbres. Ils ont leur style et je peux les reconnaitre de loin, c’est la meilleure équipe ».

Les chauffeurs de machinerie doivent aussi évoluer dans un environnement urbain et occupé. Dans le trafic, ils doivent reculer, avancer, tasser la neige. « Il faut que tu sois alerte et patient, surtout quand des citoyens mécontents nous engueulent comme du poisson pourri. On les comprend, car on est dans leur chemin, on les dérange, mais si on ne la ramasse pas cette neige, ça sera encore plus dérangeant. Qu’ils nous laissent la chance de faire notre travail », lance Jacob Germain.

Les citoyens agressifs

Il arrive parfois que des citoyens soient agressifs avec les employés du déneigement. Jacob Germain se souvient même d’un citoyen qui a est monté sur un chasse-neige et a ouvert la porte pour s’en prendre à l’employé qui a réussi à éviter l’affrontement. « Les citoyens aiment la neige quand elle tombe et qu’ils sont avec leurs enfants, le lendemain elle n’est plus belle, il faut qu’elle soit enlevée ».

 

3 commentaires à Déneigement : que faire pour faciliter la vie des déneigeurs?

  1. melanie

    est ce que les citoyens de mtl ont le droit de mettre leur neige sur le bord du trottoir(ou les voitures se stationnent?)

    > Appréciation du commentaire Thumb up 5 Thumb down 0

  2. Melanie : On l’a clairement indiqué dans le texte : « Par ailleurs, les citoyens peuvent aussi mettre la neige dans la rue avant le chargement, trop tôt ou trop tard, c’est interdit. »

    Donc vous pouvez y mettre la neige juste avant le chargement, quand c’est interdit de stationner. Mais vous n’avez pas le droit de mettre la neige de votre espace privé (cours, stationnement) sur le trottoir ou dans la rue en temps normal.

    > Appréciation du commentaire Thumb up 3 Thumb down 1

  3. Jeudi soir, 26 décembre. Toujours aucun écriteau annonçant une prochaine opération de déneigement dans les 4e, 5e, 6e avenues, etc. On entend souvent critiquer le Plateau. Pourtant, j’y étais il y a quelques heures et le déneigement était annoncé dans de nombreuses rues où je suis passé.

    Dans Rosemont, depuis quelques années, il n’est pas rare que la neige reste là pendant 7 ou 8 jours avant d’être enlevée.

    > Appréciation du commentaire Thumb up 2 Thumb down 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

@RueMasson

Facebook