Une cuisine en bois recyclé

Par -

Photo : Philippe Côté Design

Des électros en inox, des armoires en thermoplastique blanc et du bois de grange bien en évidence. Bienvenue dans l’univers de contrastes de la cuisine de Geneviève et Christian.

Ils sont designers graphistes de métier, nouveaux proprios et jeunes parents. Ils sont devenus des fans de RueMasson.com alors qu’ils habitaient à Québec, en prévision de leur déménagement à Montréal. C’est sans hésitation qu’ils nous ont ouvert les portes du deuxième étage du duplex de la 17e avenue qu’ils ont acheté avec les parents de Geneviève.

« On voulait être proche de la rue Masson. J’adore aller y prendre un café le samedi matin, avec ma fille », confie Christian Laforge, 31 ans, natif de Lévis.

Pour Geneviève Lugaz, il s’agit d’un retour dans le quartier de son enfance. La crèmerie où l’amenait sa mère y est encore. Elles y retournent joyeusement, mère, fille et petite fille de trois ans et demi.

Notre jeune couple, qui a aussi un garçon d’un an, a voulu s’approprier sa première propriété en lui insufflant un renouveau qui refléterait leur bon goût et leur fibre écolo. Ils se sont concentrés sur la cuisine, le reste du logement étant en bon état.

Ils ont fait appel aux designers Philippe Côté et Valérie Saint-Jacques. « Nous avions déjà une bonne idée de ce que nous voulions, mais comme designers graphistes, on travaille surtout en 2-D. Philippe et Valérie ont poussé nos idées encore plus loin », raconte Geneviève.

L’inspiration leur est venue d’un blogue scandinave sur l’écodesign, où l’agencement de bois brut et de blanc immaculé leur a plu. « Le bois recyclé apporte un vécu, une âme, dit Geneviève. On aime aussi les lignes pures des armoires blanches. »

Photo : André Dumont/RueMasson.com

Pour minimiser les coûts, seuls les branchements de la laveuse et la sécheuse ont été déplacés. Ils prennent place à côté du frigo, bien cachés dans une structure en bois recyclé, finement assemblée par l’entrepreneur retenu pour les travaux.

Une retombée existante a été soufflée pour accueillir des luminaires encastrés dans un caisson lui aussi de bois recyclé. Les armoires de thermoplastique proviennent de chez IKEA, tout comme l’évier et la robinetterie. Le dosseret est demeuré blanc, mais les propriétaires se réservent l’option de lui donner de la couleur.

La designer Valérie Saint-Jacques adore l’effet d’ouverture que procurent deux longues tablettes en bois, sur lesquelles les propriétaires ont disposé des livres et autres objets. « Cela agrandit la cuisine, dit-elle. Au fil des ans, ils pourront faire varier les objets exposés ».

Quant au plancher, il a été recouvert de marmoleum, un matériau sain et écologique qu’on retrouve peu dans les résidences, mais qui a les avantages de se laver facilement, d’absorber le son… et les chutes des enfants!

Comble de bonheur, la cuisine a été prête en trois semaines, juste à temps pour emménager sans vivre dans les travaux! Ce n’est pas tout : le projet a pu être complété à un coût inférieur au budget, qui était plutôt modeste pour une transformation de cuisine.

Geneviève Lugaz et Christian Laforge ont fondé Shed Espace Créatif.

Philippe Côté et Valérie Saint-Jacques sont les créateurs derrière Philippe Côté Design.

Vous avez rénové chez vous? Vous avez été témoin d’un projet de rénovation intéressant dans Rosemont? RueMasson.com veut le voir! Écrivez-moi à andre@ruemasson.com

5 commentaires à Une cuisine en bois recyclé

  1. Wow, C’est en note pour nos rénos de cuisine, on va prendre quelques idée là dedans, pile dans nos goût!

    > Appréciation du commentaire Thumb up 4 Thumb down 0

  2. Comptoir en bois, ce n’est pas un peu fragile pour une cuisine (humidité, liquide, impact)?

    > Appréciation du commentaire Thumb up 1 Thumb down 0

  3. Nous sommes bien heureux que la cuisine vous plaise! Il est certain que le bois est un produit naturel et qu’il faut prendre quelques précautions. D’abord, un bon traitement à l’huile minérale est nécessaire à la pose. Votre fournisseur de comptoir pourra vous conseiller en termes de produit. Il est généralement recommandé de répéter l’application quelques fois pendant les premières semaines puis ensuite, une fois par année. Sans toutefois rendre le bois imperméable, l’huile lui donne une certaine résistance à l’eau et aux taches. Cela étant dit, il faut faire preuve de vigilance avec les plats chauds (sous-plat!) et les cernes de vin rouge (lingette!). Mais, dans le pire des cas, un petit coup de ponceuse, un petit coup d’huile puis c’est bon. Bonne réno!

    > Appréciation du commentaire Thumb up 5 Thumb down 1

  4. Où peut-on acheter du Marmoleum sur Montréal (514 ou 450) ?
    Quel est le prix ?

    Bravo pour votre réno, ma blonde ne jure que par votre cuisine…

    > Appréciation du commentaire Thumb up 2 Thumb down 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

@RueMasson

Facebook