Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
vendredi le 20 juillet
HomePolitiqueProjet de piétonnisation: les commerçants refusent
Publicité

Projet de piétonnisation: les commerçants refusent

Des 66 commerçants de la Promenade Masson à être présents lors du vote sur la piétonnisation partielle, 55 ont voté contre le projet. Il n’y aura donc pas de rue piétonnière sur Masson à l’été 2012.

Le vote s’est tenu mercredi 15 juin lors d’une assemblée spéciale. Les 130 membres de la Société de développement commercial (SDC) Promenade Masson étaient appelés à se prononcer pour ou contre le projet de piétonnisation partielle présenté par l’arrondissement Rosemont – Petite-Patrie le 26 mai dernier.

« Le CA aimerait continuer ses bonnes relations avec l’arrondissement, a indiqué Michel Séguin, secrétaire du conseil d’administration de la SDC.  On veut continuer à revitaliser l’artère. C’est bien commencé avec les travaux de saillies.» La SDC n’a pas indiqué avoir d’autres projets de revitalisation pour le moment.

Projet pilote de rue Masson piéton pour les fins de semaine de l'été 2012.

« C’est un résultat très clair et sans équivoque. On va respecter le choix des commerçants », a déclaré le maire François Croteau. Depuis le début, il avait assuré que ce projet n’irait pas de l’avant sans l’accord des commerçants.

« Je suis tout de même très fier de ce projet de revitalisation qui avait obtenu plusieurs appuis », poursuit-il. Mais il fallait à tout prix celui des commerçants pour voir ce projet devenir réalité.

Pour mettre toutes les chances de son côté, l’Arrondissement avait travaillé de concert avec la SDC pour élaborer un projet qui répondait aux préoccupations principales des commerçants. Dans une lettre datée du 17 mai, le conseil d’administration de la SDC Promenade Masson écrivait : « le conseil d’administration soutient le projet « Essai piétonisation partiel promenade Masson » tout en s’assurant que les membres de la Promenade Masson soient informés du dit projet lors d’une assemblée spéciale. »

Il restait donc aux 130 membres de la SDC à se prononcer lors d’une assemblée spéciale qui s’est tenue mercredi soir, le 15 juin. La réponse a été non.

Une grogne de longue date chez les commerçants

Depuis le début des rumeurs d’une rue piétonne, les commerçants n’étaient pas chauds à l’idée. Plusieurs étaient venus exprimer leur désaccord avec le projet-pilote lors d’une séance d’information tenue le 7 juin.  Certains craignant une baisse de clientèle.

Le projet de l’Arrondissement prévoyait une promenade Masson partiellement piétonne au profit de la clientèle de la promenade et des passants toutes les fins de semaine de l’été dès juin 2012, entre la 1ère Avenue et le boulevard St-Michel. Les voitures auraient été interdites du vendredi 16 h au dimanche 17 h. L’autobus 47 aurait continué à y circuler à basse vitesse.

Tous les détails sur le projet de rue Masson piétonne les fins de semaine de l’été 2012.

Latest comments

  • Annyway.. c’est réglé ! y’en aura pas ! continuez d’aller sur Masson c’est une belle rue avec des beau commerces ! et du beau monde ! j’espère juste que d’ici la prochaine élection municipale il y aura un maire arrondissement plus vert et plus mature car a date c’est pas fort …

    Et excluez projet Mtl c’est des bouffons !

  • Ou se trouve l’audace des entrepreneurs de notre quartier? Tenter une expérience pilote, nouvelle, « adaptable » mais ponctuées de variable inconnues c’est un beau risque…

    Pourquoi ne pas se distinguer dans Rosemont par un projet novateur. Qui faut-il convaincre?

  • Un beau risque pour qui ? Si ya des pertes tu vas les éponger ! C’est ça le problème! Tentez le risque mais payez après si ça marche pas ! On met nos économies dans un bussines mais ça c’est pas grave pour vous ! Et t’ose appeler ça un beau risque lol ! Dammm !

  • Seulement 66 commerçants sur 130 membres de la SDC présents pour un vote aussi crucial ? J’en suis bouche bée.

  • Je ne crois pas me tromper si j’affirme que ceux qui prônent la piétonnisation de Masson sont aussi favorables à l’élevage de poules dans le quartier. Ce sont des gens «à la mode», des gens «in», des gens «dans le vent» qui sont à l’affût de tout ce qui peut être qualifié de «tendance», et donc qui lisent Marie-Claude Lortie dans La Presse. Marie-Claude Lortie qui a séjourné dans deux ou trois villes sur la planète où l’élevage des poules est permis, et qui a trouvé ça très «in», très «tendance», etc, et fait partager son émoi futuriste à ses lecteurs en apprenant qu’à RPP couvait une lubie semblable.
    Pour alléger le chagrin de ceux qui sont déçus de la décision des commerçants de la rue Masson, moi j’ai une suggestion. Marions les deux projets, fusionnons-les, en quelque sorte. Le projet «Masson à pied» n’a pas fonctionné? Alors baptisons l’autre buzz local d’un titre réparateur autant qu’évocateur : le projet «Poule à pied» ! En précisant, bien sûr, que ça n’a aucun rapport avec le pied-de-poule…
    Ainsi, si le ridicule ne tue pas toujours, au moins peut-il faire sourire à l’occasion.

  • J-P Pauzé, pauvre de vous! C’est vrai qu’en 1976 c’était le bon temps!

  • @Carole DiBlanco
    En effet, en 1976 j’habitais à la campagne… où j’élevais des poules !

  • En fait, après réflexion, au lieu d’aller faire mon épicerie les samedis matin sur Masson, je vais y aller les vendredis après midi à l’Autre Marché sur William Tremblay. Je vais alors respecter des attentes, soit des produits locaux et le tout sur une rue piétonne qui offre une expérience intéressante d’achat. Pour ceux qui sont déçus par le choix des commerçants de Masson, vous avez maintenant une alternative.

  • @Julie, 51% ma belle fille mieux que les elections municipal…..Qui par;e de democratie ?????

  • Que dire de plus madame Paquette? Que vous n’avez, comme les commerçants qui sont de la vieille école sur Masson, rien compris au développement commercial actuel et de quelle manière évolue notre société. Vous êtes nostalgique et vous résistez tout simplement au changement. Heureusement, l’humain a su innover de tout temps et s’adapter. Ceux qui ont refusé ces changements, se sont de tout temps marginalisés. Ce qui se produira inévitablement avec ceux qui pensent que Masson, telle quelle, est une recette gagnante en tant que rue commerciale. Le quartier change et de nouveaux citoyens viennent vivre dans le Vieux-Rosemont. Oui le quartier s’embourgeoise et cela ne cessera pas, même si vous résistez et criez votre désarroi. De nouveaux commerces arrivent pour répondre à cette nouvelle clientèle qui vient sur Masson. Bye bye les pawnshop au plus vite et vivement des commerces qui nous ressemble! Pauvre Pauline!

  • Ce serait intéressant de proposer, la prchaine fois, de ne fermer que une des deux voies. Ainsi il y a un bel équilibre possible. Ensuite, une petite navette gratuite pour les personnes agées pourrait réduire quelques problèmes… et cette navette pourrait être des vélo taxis…. payant pour les autres. Ces vélo-taxis seraient une sorte de marque de commerce de la rue.

    François Cliche : néosouverainiste

  • l’article de aube, franchement c’est n’importe-quoi et pas mal decroche de la realite

    la rue masson a ete cree comme rue commerciale – bien sur, mais il y avait guere d’automobile en 1905, c’etait pietonniere avec velos et qq chevaux pour livraison

    il compare un autobus a voie reserve sur boulevard 50km/h et 6 voies, ou il y avait des morts a causes des automobiles, avec un autobus limite a 15km/h dans une zone pietonniere ou les voitures sont per permises. c’est ou la connection dans sa tete??

    c’est un article interessant pour ceux qui veulent pas penser pour eux memes …

  • Merci de rester respectueux dans vos commentaires et de ne pas copier les commentaires d’autres personnes sans leur consentement.

  • Eric
    C’est vrai j’ecris mal et je suis un vieux bloke. Mais Eric essentialement vous defends une position de Maurice Duplesis.

  • un échec pour le maire. voila tout. une démarche qui suscite bien des interrogations sur la capacité réel de monsieur Croteau de convaincre et rallié les gens des divers milieu concernés par ce type de projet. s,il avait passé moins de temps a jacasser sur les poules il aurait gagner du temps sur de vrais projets de dévelopement. je connais un commerçant de Masson et ce dernier a pas été tendre à son endroit le qualifiant de « p’tit Ferandez » de Rosemont mais qui lui « fight pas » malgré ces grands discours.. oublions pas qui habite pas Rosemont. comme citoyen du vieux Rosemont j’aurais aimé que votre media sonde notre conseiller. on entend jamais les conseillers du parti Harel dans Rosemont. très décevant M. Croteau à ce jour ou es votre équipe ??

  • Tellement dommage que les commerçants soient si frileux. Je croient qu’ils ont une vision urbaine dépassée. Ils ont peur de perdre de la clientèle? Au contraire!! Ils ne comprennent pas que ce serait un merveilleux moyen de revitalisation qui leur apporterait un achalandage accru. Il y a des tonnes d’exemples dans le monde. Et pourquoi pas avoir essayé juste quelques fins de semaine ??? Était-ce un si gros risque ? Vous préférez continuer à vivoter?
    Et ceux qui mélangent cette question avec les histoires de poules, désolé, vous me faites penser à Elvis Gratton.

  • Bravo à notre Maire d’avoir consulté et écouté le vote des commerçants, malgré un engagement, il a su respecter ce choix. Il s’agissait cependant d’un beau projet de développement. Chacun son opinion, nous sommes en démocratie. C’est facile de juger en faisant le gérant d’estrade. Mais je suppose que négocier avec des commerçants qui ont voté à 80% contre, peu importe, c’était joué d’avance. Les poules, lâchez le morceau, ça fait un an, il n’y a rien de plus depuis et à ce que je sache, le maire en a parlé pendant un moi seulement. Faut vraiment être de mauvaise foi! Je me souviens plutôt de son audace avec les toits blancs et le verdissement. De la piste cyclable sur Christophe-Colomb. Celle que nous aurons aussi sur Masson. Des bacs bruns pour le composte, des mesures d’apaisement mis de l’avant et des travaux de revitalisation qui ont lieu sur Masson. Voilà un maire qui a une vision et qui agit dans la collaboration et la concertation! Je remarque que ceux contre le projet de piétonnisation étaient aussi contre l’idée des poules et les autres mesures environnementales. Et l’argument qu’ils mettent de l’avant, c’est que pour eux, ce n’est pas des projets de développement ou des priorités. Pour ma part, ça me convient parfaitement, c’est pour ce genre de développement que j’ai voté. Bravo M. Croteau et continuez votre excellent travail visionnaire et audacieux!

  • ca me semble que la crainte principale (sans pouvoir avoir un debat avec ceux qui ont tue le projet, les commercants, mais aussi de certains residents) est la perte de stationnement devant les magasins qui entrainerait perte des clients sans gagner des autres, ou des difficultes pour des residents de se stationner. c’est pas uniquement sur masson, ca s’est repete dans tout le monde, en tout temps.

    c’est un peur qui est peu base dans la realite, donc pour avancer dans ce question (et c’est seulement un question de temps, s’adapter tot et gagner ou resister et perdre), il faut trouver et montrer de l’evidence substantielle pour ca, et liee a des conditions semblable (sans doute ca existe, si on compare des donnes avant-apres pour des nombreux zones pietonnieres qui existent dans le monde, dans toutes conditions).

    avec, on peut aller en avant, sans des consultations avec des gens qui sont pas ouverts, dans ce cas, c’etait un perte du temps et de l’argent. avec cette experience, il devient plus evident qu’il en faut du leadership.

    NB: des gens qui font leur achats sans voiture mettent leur argent dans des magasins locaux au lieu de le passer au traverse leur toyau d’echappement 🙂

  • francois: excellent idee – j’ai ete frappe par le success des velo-taxis en floride (qui est essentiellement une banlieue enorme de 5m personnes). pourquoi? parce-qu’ils depassent des embouteillages des voitures dans la voie cyclable (au moins dans des peu qu’il y en a la-bas) sans probleme!

  • C’est vrai Maurais, il est où notre conseiller du Vieux-Rosemont. J’écoute souvent le conseil sur le web et je pense qu’il est là 1 conseil sur 2. Il a l’aire à s’emmerder et on ne le voit jamais dans le Vieux-Rosemont. C’est triste. Nous voyons plus souvent le maire et M. Gadoury dans le quartier. J’ai l’impression qu’il ne se préoccupe pas de nous. Une chance que le maire semble se soucier du sort de notre quartier et de la rue Masson!

  • Je suis très déçue, mais je m’y attendais. Trop beau pour être vrai. Quels commerçants? Pitt, Yelllo? Moi, je vais dans les librairies, bars-cafés et je vais continuer. Je crois que ceux qui magasinent sur Masson, ce ne sont que des résidents, donc à pieds. Donc, la raison donnée n’est pas la bonne. Le maire de l’Arrondissement a eu peur de perdre des votes? Dommage!

  • Ça donne envie de changer de quartier. On dirait qu’il y a juste le Plateau qui ose avancer. Et que dire du fait que notre maire est au solde des commerçants? C’est l’argent qui mène, vive la démocratie!

  • Quelle tristesse. Mais ça arrivera un jour, si ce n’est pas la piétonisation ce sera un autre projet, si ce n’est pas Vision Montréal ce sera un autre parti, et si c’est pas notre génération ce sera la prochaine. On est peut-être pas le quartier le plus audacieux ou le plus dynamique, mais les moeurs changent.

  • @Sébastien Lemire:

    « Pour ma part, ça me convient parfaitement, c’est pour ce genre de développement que j’ai voté. »

    « Développement »? M. Croteau est en fonction depuis 2009 et tout reste exactement pareil. Je suis pas sûr que la remise à neuf de trois saillies de trottoir puise être appelé du « développement ». C’est correct si on veut pas vraiment de changement (on a le droit d’être conservateur), mais côté urbanisme et aménagement, c’est pas exactement ce que j’appellerais du « développement ».

  • Marc, quand je parle de genre de développement, c’est tout ce que j’ai énuméré en plus de la proposition de piétonnisation. Si vous ne retenez que les saillies qui seront faites, parce que des commerçants qui manquent de vision ont refusé le projet, c’est que vous êtes vraiment de mauvaise foi! Surtout que vous ne parlez que de trois saillies, avez-vous déjà été sur Masson? Car il y en a beaucoup plus!

  • Chers commerçants de la rue Masson, vous me décevez.

    Corrigez-moi si je me trompe, mais M. Bélanger de Rona en mène pas mal large sur la rue Masson et a surement influencer le vote. Mise à part le Rona quel commerce à vraiment à perdre de la piétionisation? Surement pas les bars, qui prend son char pour aller dans un bar. Surement pas les 3 boulangeries, les dollarma, Quilicot, la crèmerie? J’essaie de faire le calcul et ça ne fonctionne pas. 55/66 contre ça ne fait aucun sens. À part M sur Masson quel restaurant attire des gens en voiture de d’autres quartiers.

    Rona sur Masson c’est terminé pour moi. Bélanger veut que je prenne mon auto pour aller acheter des pinceaux et un robinet et bien je vais la prendre et aller chez Home Dépôt. Si au moins il y avait du bois, 90% des clients du Rona doivent y aller à pied.

    Décevant.

  • @Janick Lavoie… Quel resto? La casa corfu, la mère poule, planete oeuf, t’en veux d’autres? Que tu vas chez home dépôt, ça va encourager l’achat Québécois tu pense ???!!!! Y’en a que ça prend pas grand chose pour que la terre arrête de tourner tout ça pour un refus de fermer les rues. S’cusez mais fermer la rue pour les gugusses qui se vendent dans les ventes trottoirs et pour Kitétonne??!!! C’est déja beaucoup trop!

  • @Alain, Planète oeuf et Grand mère poule attirent du monde de l’extérieur??? SVP un peu de sérieux!!! Casa Corfu ha ha ha ha ha ha!!!!

  • oh que oui monsieur, tu regarderas la prochaine fois, surtout la mère poule et la casa… j’en parles pas, il y a pleins de monde de partout, je sais, c’est déjà l’enfer, ils se stationnent sur la 9 e, 10e et même 8e de dandurand à laurier, c’est une plaie, imagine avec la fermeture de rue??!!

  • Je ne prends à peu près jamais mon auto pour faire mes courses rue Masson. Je les fais à pied ou en vélo. Mais je suis contre la piétonnisation parce que ce projet est mal ficelé, sorti de nulle part, illogique et sans intérêt. La rue est sans charme particulier (pas comme Saint-Paul), on y trouve surtout des commerces de proximité qui n’ont rien à faire d’une piétonnisation, et je ne vois pas en quoi marcher au milieu de la rue est plus intéressant que de marcher sur les trottoirs… lesquels ont par ailleurs grand besoin d’être refaits, tout comme la chaussée pleine de trous et de fissures. Commençons donc par ces choses élémentaires!

  • Des Grands mères poules il y en a sur Beaubien et Mont-Royal. C’est un restaurant à déjeuner comme bien d’autres, et que dire de Planète Oeuf. Faut arrêter de penser que Masson est une rue de destination comme St-Denis, St-Laurent, St-Hubert ou Mont-Royal. C’est une rue de commerces de quartier, voir si le monde part de Longueuil pour venir déjeuner sur Masson!!!

  • stephane: on venait du plateau (est) a plusieurs familles pour la grand-mere poule, pas seulement pour la bouffe, mais aussi parce-qu’il y a un superbe salle pour les enfants (pas sur mont-royal). on venait toutes pas en voitures. maintenant on a decouvert un autre resto sur le plateau et on plus on a parle avec des proprietaires – ils sont bien plus interesse dans le sens pietonnaire. c’est logique de les supporter.

    peu des commercants sur masson comprennent que dans une rue pietonniere bien etablie on compte entre 10.000-50.000 pietons par jour (cependant placement exterieur ou centre-ville) – toutes des clients potentiels qu’ils peuvent attirer. cependant, si on calcule qu’il y a un peu pres de 100 stationnements assez proche d’un magasin, qui se libere a l’heure, 50% occupe, on parle de 500 clients potentiels dans un journee de 10 heures. un pieton prend moins de place qu’une voiture, c’est evident.

  • fabienne: bon point, le charme particulier d’une rue.

    une rue ou il n’y a pas le bruit et la pollution des voitures, et ou il on peut se promener de toutes places (pas de voitures stationnees) prend automatiquement un certain flair, et se develope dans ce sens. je dois conceder quand meme qu’il n’y a pas beaucoup des exemples ici pour l’imaginer.

  • Le jour ou il y aura en plus des resto, boulangerie et petits commerces, des boutiques de vêtements intéressantes et non de la guenille, peut-être que le monde sera interressé par une rue fermé aux voitures. Ca prend de la substance pour attirer les gens.

leave a comment

Publicité