Le maire de Rosemont dénonce l’augmentation de taxes

Par -

L’augmentation de taxes de 5,3 % que subissent les contribuables rosemontois servira à renflouer le trou de la caisse du fonds de retraite des employés de la ville qui s’élève à 250 millions de dollars. Les contribuables payeront plus, mais ne verront aucune augmentation de service. Une solution qui ne plaît pas du tout au maire de l’arrondissement Rosemont Le Petite-Patrie, François Croteau, qui fait partie de Vision Montréal, le parti de l’opposition à l’hôtel de ville de Montréal.

Le maire François Croteau alors qu'il présentait début novembre, les prévisions budgétaires de l'arrondissement. Seront-elles bousculées par le budget de la ville de Montréal? Photo : RueMasson

Comme la Caisse de dépôt et placement, le fonds de retraite des employés de la ville de Montréal a connu les soubresauts de la crise économique. François Croteau pense que certains mauvais placements sont aussi à pointer du doigt. « C’est en partie à cause de mauvais investissements comme la Caisse de dépôt. Il faut se questionner sur le fonds de retraite. Est-ce que le maire n’aurait pas dû agir lors des négociations pour s’assurer que ça coute moins cher aux contribuables? »

François Croteau souligne que la ville de Montréal avait deux solutions pour combler le trou de 250 millions: hausser les taxes ou rationaliser les services. Il pense que l’administration du maire Gérald Tremblay d’Union Montréal a choisi la solution facile. « Il est clair qu’il y a une dette à payer. On ne peut pas hausser les dépenses donc il faut trouver l’argent quelque part. J’en ai contre la solution qui a été prise. »

Il soutient que plusieurs services ont été conservés dans les anciennes villes de banlieues fusionnées avec l’ancienne ville de Montréal. « Il y a trop de monde et de services dans les anciennes villes qui sont aussi offerts par la ville centrale. Il est là le coeur du problème. On aurait pu couper dans ses services. La solution choisie est politique. Le maire Tremblay avait le choix de couper dans le dédoublement des services, il n’a pas eu le courage politique de le faire et il renvoie le fardeau financier dans la poche des contribuables », soutient François Croteau.

Il donne les exemples de certains arrondissements qui ont conservé les garages municipaux pour l’entretien des camions alors que les neuf arrondissements de l’ancienne ville de Montréal font affaire avec les services centraux. Même chose pour le contentieux. Certains arrondissements ont encore leurs propres avocats, pas l’arrondissement de Rosemont. Il cite aussi les services de communications qui sont plus fournis dans les arrondissements des anciennes villes de banlieue. « Et ils font des revenus, car ils vendent leurs services à d’autres arrondissements, ce que Rosemont ne peut faire », ajoute François Croteau.

Mais le maire de Rosemont n’a pas de chiffres pour prouver que des rationalisations dans les services auraient suffi pour ne pas augmenter les taxes.

Par ailleurs ce dernier s’inquiète du fait qu’il y a toujours un manque à gagner de 80 millions dans le budget. « J’ai peur qu’on vienne le chercher dans les arrondissements et on crie déjà famine. »

Je ne dis pas que Vision Montréal n’aurait pas du tout augmenté les taxes. On a dit qu’on aurait augmenté les taxes selon le taux d’inflation. La hausse des taxes dans Rosemont aurait été de 2 % si notre parti avait été au pouvoir et on serait attaqué au dédoublement des services », conclut-il.

3 commentaires à Le maire de Rosemont dénonce l’augmentation de taxes

  1. Jean-Marc

    Ma conjointe et moi sommes arrivé dans le quartier il y a 10 ans,depuis peu nous perdons le plaisir d’y habiter,Nous avons investis beaucoup d’argent et d’énergie à rénover notre immeuble tout en respectant le caractère patrimoniale et en retour nous subissons des augmentations de taxe et autres frais tel que vignette, stationnement ,taxe sur l’essence et une déterrioration des services sans parler des infrastructures de la rue qui date de 100ans,n’ayant pas une espérance de vie aussi longue nous sommes arrivés a la conclusion que Rosemont (Montréal) n’avais plus rien à nous offrir pour notre qualité de vie.

  2. Merci,tout simplement merci. ces nouvelles taxe m’ont donner un grand coup de main dans mon debat avec ma copinne.ville de quebec,me revoila,mais avec ma famille ste coup ci!

  3. Richard Verdon

    Une simple précision: Le trou de 250 millions de dollars dans le fonds de la caisse de retraite des employés de la Ville de Montréal ne date pas d’aujourd’hui. Dans les années soixante, le gouvernement de Robert Bourassa avait autorisé la Ville de Montréal, à la demande du maire Jean Drapeau, à ne pas verser sa part prévue annuellement dans le fonds de retraite des employés municipaux. La Ville avait besoin d’argent pour construire Expo 67. Ce « congé » avait duré plusieurs années. Comme dit l’autre, un moment donné, il faut payer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>