CLSC et Technopole Angus : un heureux mariage en santé

Par -

La salle d'attente du CLSC, grande et éclairée. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

Le CLSC de Rosemont a enfin trouvé sa maison pour les vingt prochaines années. Après un déménagement temporaire, c’est au coin des rues Rachel et André-Laurendeau que le Centre de santé et des services sociaux Lucille-Teasdale pose ses pénates. Un peu trop loin du coeur du quartier selon le directeur général du CSSS, Gary Furlong.

Pour le président et chef de la direction du Technopôle Angus, Christian Yaccarini, il s’agit de l’occasion unique d’amener une clinique dans le quartier et de faire le lien avec les autres fournisseurs de services de santé du coin. « La maison du Phare, le spa Escale santé et son service d’acupuncture et les autres pourront travailler ensemble ».

Le CLSC a été le premier édifice construit dans Angus pour un seul locataire. « On a donc pu expérimenter et aller encore plus loin au niveau de la construction écologique : le toit blanc, le stationnement vert, un bâtiment plus performant sur le plan écologique », ajoute Christian Yaccarini.

Prochaine étape pour RueMasson : essayer les services. Ça tombe bien, on doit y aller pour des prélèvements. On vous en reparle.

On aime :

1) La salle d’allaitement privée dans la salle d’attente

2) Le café bistro dans la salle d’attente, géré par le Groupe PART (Programmes d’Apprentissage au Retour au Travail), un des partenaires du CLSC, un organisme sans but lucratif qui gère notamment le Bistro par ici, voisin du CLSC.

Le stationnement "vert". Photo : Cécile Gladel/RueMasson

3) Les stationnements en gazon qui réduisent les ilots de chaleur et les eaux pluviales, mais qui font sacrer les femmes (ou les hommes !?) en talons hauts

Le stationnement pour les vélos des employés. Ne manque que le toit. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

4) Le stationnement à vélo des employés

La cafétéria des employés. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

5) La fenestration de la cafétéria des employés, vue directe sur le mont Royal et le Canadian Tire

On n’aime moins :

1) Les sacs de chips disponibles dans la machine distributrice dans la cafétéria des employés

2) Le manque de support à vélo pour la population

3) La couleur des murs et la décoration, inexistante

Avec la collaboration d’Éric Noël

6 commentaires à CLSC et Technopole Angus : un heureux mariage en santé

  1. François

    Je suis sûr que les locaux sont super, mais c’est à peu près le pire endroit pour la clientèle : à l’extrême-sud du quartier et mal desservi par le transport en commun.

    On se pète les bretelles avec des stationnements verts (!), des normes LEED et des pistes cyclables (non protégées et au grand vent), mais le concept des terrains Angus, c’est encore le règne de l’auto et la banlieue en ville.

    J’espère au moins que les membres du personnel de direction ont une place de stationnement réservé…

  2. @François: Le directeur général, M.Furlong, nous a expliqué qu’il a vainement tenté de trouver un endroit plus central, car il est très conscient que le lieu n’est pas optimal pour les citoyens et l’accessibilité. Espérons que le transport en commun s’y améliorera.

    Je suis d’accord avec vous pour la piste cyclable au grand vent, mais au moins elle existe non ? Il est vrai qu’il y a beaucoup de stationnements dans Angus, mais il y a des Bixi et des stationnements réservés à Communauto aussi.

  3. J’y suis allée pour la première fois ce vendredi très venteux et pluvieux. Heureusement que j’étais en voiture, sinon le transport en commun ne passe qu’aux vingt minutes, je crois, mais je n’en suis pas certaine.
    Pour une fois, je remercie le ciel d’être diabétique. J’avais le no. 35, je suis arrivée à 9 heures. Ils étaient au no. 3. Une jeune femme m’a avoué que les personnes diabétiques passaient avent les autres et aussi les enfants de 7 ans et moins.
    Merci à cette gentille fille.
    Quant au CLSC c’est parfait…. comme tout CLSC.
    P.S. Moi, qui n’ai pas de cellulaire j’ai bien apprécié le téléphone publique dans l’entrée et gratuit. Merci pour ce service également.

  4. Christian Yaccarini

    Je peux vous assurer que l’on fait tout notre possible pour developper des alternatives à l’auto. Savez vous que nous avons réduits de moitié l’offrevdevstationnement aux entreprises et qu à la place nous offrons gratuitement, donc nous les payons des cartes Opus. Nous avons un autobus la 25 qui passe sur le site, mais seulement aux heures de pointes. On a un systeme de co voiturage, des stationnements pour vélo etc. On fait tout ce que l on peut mais peut etrevau lieu de nous critiquer il faudrait appuer nos démarches!

  5. Bonjour,

    J’aimerais obtenir du renseignements sur les stationnements verts (dalles à gazon). Je connais leurs vertues écologiques, mais il y a sûrement certains aspects négatifs à leur utlilisation autres que les problèmes avec les talon haut. Plus particulièrement en ce qui concerne l’entretient l’hiver, leur résistance aux déglaçants et abrasifs, au grattoir des déneigeurses, accumulation d’eau et de glace, boue… etc. Ont-ils besoin d’être réensemensé à chaque année?

  6. M. Ouellet, il faudrait appeler au CLSC ou à la société de développement Angus pour qu’ils vous disent ce qu’ils ont fait cet hiver. Mais la terre est assez basse par rapport au carré, les déneigeuses ne peuvent endommager la terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>