Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 18 novembre
HomePolitiqueInterdiction des toits noirs dans Rosemont
Publicité

Interdiction des toits noirs dans Rosemont

Photo: Alexandre Albert

Avis aux citoyens de Rosemont qui planifient refaire leur toit en goudron après septembre, ce sera interdit, il faudra adopter de nouvelles méthodes destinées à réduire les îlots de chaleur. Les couvreurs entrepreneurs devront donc recouvrir le goudron de gravier blanc.

En effet, l’arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie forcera le verdissement en adoptant plusieurs mesures dont l’interdiction des toits noirs dans les nouvelles constructions, mais aussi lors de la réfection des toits. Dès l’adoption de la refonte complète du plan d’urbanisme prévu en septembre, plus de toits noirs dans Rosemont.

D’ici septembre, il faudra un permis pour refaire son toit. Lors de l’émission du permis, il sera obligatoire d’y étaler du gravier blanc. On préconise les toits blancs, les toits verts et autre matériau qui n’absorbe pas la chaleur. Car le goudron est un véritable aimant de chaleur. Les autres matériaux la réfléchissent sans l’emmagasiner. « C’est une question d’économie d’énergie et de santé publique », lance le maire de Rosemont, François W. Croteau. Ce serait une première au Québec

Car l’objectif de ces mesures qu’entend mettre en place l’arrondissement d’ici septembre prochain est de réduire la température durant les périodes de canicule et de favoriser le verdissement. Le plan est de réduire les ilots de chaleur comme le préconise le Conseil de l’environnement de Montréal depuis plusieurs années. L‘organisme offre un guide du verdissement sur son site.

« Avec les mesures de ce plan de verdissement, selon nos calculs, d’ici 20 ans on aura éliminé les problèmes des îlots de chaleur dans Rosemont », annonce le maire.

Des îlots de chaleur
Les îlots urbains de chaleur sont des endroits spécifiques en ville où la température est plus élevée que l’environnement immédiat. Elle peut varier de 2 à 8 degrés entre Montréal et la banlieue. On note même des variations notables entre certains quartiers montréalais. Si vous pensez avoir moins chaud en allant vous promener au Jardin botanique ou dans le parc du Mont-Royal, c’est la réalité et non une impression. La cause de ces variations? Ces îlots formés de béton et d’asphalte qui absorbent puis recrachent une chaleur étouffante, surtout durant la nuit.

Même chose pour les résidences qui ont des cours en asphalte. Il y fera plus chaud que les cours gazonnées. C’est pour ceci que l’une des mesures qu’adoptera l’arrondissement est d’interdire l’asphaltage des cours. Une chaleur moindre permettra de réduire les coûts de climatisation pour les citoyens. La facture d’électricité subira une cure minceur. En plus, la plupart des climatiseurs émettent de la chaleur engendrant un cercle vicieux infernal.


Les principales mesures de verdissement de la refonte du plan d’urbanisme:

1-Toitures noires sur toit plat interdit sur toute nouvelle construction et pour les rénovations.
2-Asphalte interdit pour les entrées de cour pour les nouvelles constructions.
3- Aucun espace de stationnement exigé pour les nouvelles constructions.
4-Un pourcentage (à confirmer) minimum de verdissement sur un lot lors d’une nouvelle construction.
5-Lors de toute réfection de rue et trottoir, il y aura un verdissement systématique.
6-Hausse du pourcentage de couverture végétal sur les stationnements de 10 places et plus.
7-Stratégie d’encouragement pour favoriser le développement de plan de lutte aux îlots de chaleur dans les cours d’école.
8-La politique des ruelles vertes. L’arrondissement compte avoir un minimum de 10 ruelles vertes par année.

Ces deux dernières mesures sont en place dès maintenant. Le maire vient d’ailleurs de publier un guide des ruelles vertes sur son nouveau site web. RueMasson annonçait que le maire aurait son vlog en février dernier.

Latest comments

  • wow!
    je suis agréablement surprise par ces mesures!

  • Suite aux recommandations de l’équipe de Rue Masson, je reproduis le commentaire laissé sur leur Page Facebook 🙂

    Je disais que je trouvais super que dans notre arrondissement, on encourage des initiatives de ce genre. Le prix d’une toiture blanche est presque similaire à la noire, et son rendement énergétique est vraiment meilleure. Pourquoi ne pas regarder en avant au lieu de toujours se contenter que ce qu’on a! Les autres arrondissement suivront bien cet exemple d’ici quelques années 😉

  • Je suis entièrement d’accord avec le principe environnemental. Nulle n’est contre la vertue. Mais il faudrait voir dans les faits si cela ne nuit pas aux petits propriétaires de duplex un peu trop serrés. Est-ce que le coût de recouvrement de toiture est vraiment quasi-identique ? Si vous le dites, tant mieux ! Mais, les entrepreneurs ont la fâcheuse manie de faire monter les prix lorsqu’ils se savent trop indispensables surtout si un règlement vient confirmer leur avantage particulier sur les autres. Depuis des années ont le voit dans le cas de subventions à la rénovation dans d’autres quartier. Les prix des rénos montent du même coup … Est-ce que ce sera aussi facile de trouver l’entrepreneur de toîts blancs qui voudra faire le travail ? Je suis déjà sur une liste d’attente depuis des lustres pour avoir un simple masson (sans de jeux de mots)… J’espère que je n’aurai pas le même problème lorsqu’il sera question de refaire vite un toît qui coule sur la tête de mon locataire … C’est à voir … Je n’ai pas de réponse à cela, mais je voudrais bien être rassurée. Et puis, je peux bien me permettre un 5% de plus pour préserver l’ensemble de mon environnement. Dans mes rêves gogo-écolos, mon tôît serait totalement vert avec terrasse et jardin, mais c’est mon locataire qui en bénéficierait le premier et j’ai pas les sous. Et, lui non plus d’ailleurs.

    Qui dit propriétaire de duplex dit souvent un bâtiment bien entretenu et un logement encore abordable qui vient avec …

  • Bonjour Vorange,

    La différence de prix se situe actuellement à 1$ le mètre carré. Cependant, il faut savoir que quand la demande augmente, éventuellement l’offre suivra et ainsi faire baisser davantage les prix. Et n’est-ce pas une belle opportunité d’affaires, si vous voulez démarrer une entreprise! De plus, avec la durée de vie considérablement plus élevée, votre toiture blanche vous coûte moins, à terme, que la toiture traditionnelle. Ajoutez à cela l’économie d’énergie sauvée pour le climatiseur et vous comprendrez que cela est beaucoup plus avantageux.

  • Personne est contre la vertu. Toit vert, végétal, blanc…etc..etc. Mais je ne crois pas qu’un règlement est une solution. Comme plusieurs le disent certains entrepreneurs en profiteront et quoi que vous en pensiez M. Croteau,pour l’offre et la demande,il y a longtemps que je ne crois plus au père noël. Un règlement a toujours une odeur, (ou connotation) répressive. Si vous tenez à diminuer les Îlots de chaleur dans votre Arrondissement, qui n’est pas le plus riche de l’Île de Montréal, vous devriez encouragez plutôt des remises au propriétaire désireux de faire des rénovations de leur toit. Un tel projet se prépare sur plusieurs années et non par moyens répressif d’un règlement et sur une si courte durée. Quand je veux faire une réparation majeure sur ma propriété je la budgette à l’avance et non, ouais je répare mon toit en fin de semaine. Ça risque fort de sentir le goudron cette été dans Rosemont…
    Une bonne campagne de sensibilisation étalé sur plus d’un an pour peut-être finir avec un règlement,mais pas l’inverse. À titre d’exemple, regardez ce que la ville de Beloeil en collaboration du CRE Montérégie, ont fait avec l’herbicyclage. Les résultats sont concluants. Aller sur facebook et taper herbicyclage. Le CRE poursuit la sensibilisation qui a débuté en 2008.

    Salutation!
    Jean-Yves Renaud
    Chargé de projet en environnement
    Entrepreneur Indépendant

  • M. Renaud,

    Merci pour vos commentaires. Il y a deux types de philosophie d’intervention publique. Vous exprimez bien la vôtre. Cela dit, aux États-Unis et en Europe, les villes passent immédiatement a la règlementation. La sensibilisation à ses limites. Mais surtout, les finances publiques ont atteint leur limite. On demande toujours à l’état et aux gouvernements de piger dans les fonds publics pour encourager des changements de comportements. Vous nous demandez donc de hausser les taxes M. Renaud? De plus, les prix des toitures blanches sont en baisse considérable depuis trois ans. Plus encore, la toiture blanche a une durée de vie de 15 ans de plus. Il faut également mentionner que cela aura pour effet de hausser la valeur immobilière des bâtiments. Sans oublier l’ensemble des effets positifs sur la santé publique et les économies d’énergie. À terme, les propriétaires vont sauver de l’argent tout en haussant la valeur de leur investissement immobilier. Finalement, pour que l’effet se fasse sentir sur une période de 20 ans, nous devons agir maintenant. Sinon, nous devrons réagir arrivée devant le mur, et cela amènera des coûts et des mesures plus dramatique sur l’ensemble de la société.

    Salutations,

    François Croteau, MBA
    Chercheur à la Chaire de responsabilité sociale et développement durable de l’UQÀM
    Doctorant en études urbaines

  • Je suis propriétaire d’un immeuble dans le quartier et je ne peux que saluer cette initiative, même si ma toiture sera due dans quelques années! Nous avons déjà commencé à magasiner le type de recouvrement que nous voudrons, pour constater qu’en effet la différence de prix entre une toiture blanche ou noire est minime : c’est effectivement +/- 1$ le pied carré (et notons que la plupart des toitures dans le Vieux-Rosemont font environ 1200 pieds carrés… on ne parle pas de sommes astronomiques ici. Surtout qu’au final, c’est plus durable et on sauve sur les frais énergétiques à l’année)

    Bref, tout changement comporte son lot d’incertitudes, et c’est certains qu’il y a toujours des réticences. Mais bon, l’initiative est louable, alors ne la condamnons pas trop vite. N’oublions pas que le bac de recyclage a pris une quinzaine d’années à s’ancrer dans les habitudes des gens. Et aujourd’hui, on ne questionne même plus sa pertinence et on recycle…

  • Re-bonjour M. Renaud,

    J’ai oublié un petit point, pouvons-nous vraiment faire la comparaison entre Beloeil et Montréal en matière de problématique d’îlots de chaleur? Si nous étions à Beloeil, je trouverais la mesure excessive également.

    Salutations

  • Excellente initiative de nos élus! Bravo!

  • Surement une bonne initiative, j imagine que l on verra le resultat sur le long terme.
    Un interrogation cependant, est ce que cela veut dire que les toits « en pente » ne sont pas touches par ce futur reglement?

  • UN TOIT BLANC EST IL VERT

    Je suis tout à fait daccord avec l’élimination du goudron sur
    les toits mais l’article mentionne aussi les toits blancs; j’ai de
    sérieux doutes quant à l’efficacité énergitique de cette proposition.
    Si durant les mois de juin, juillet et août il y aurait économie
    d’énergie sur la climatisation, on accroîtrait substentiellement les
    dépenses d’énergie durant les mois d’octobre à avril. Une surface
    blanche donc plus réfléchissante augmenterait les dépenses en chauffage; donc le bilan énergétique serait défavorable sur le plan de l’environnement.
    Si les arbres font écran aux rayons solaires durant l’été, la chute des feuilles nous permet de bénificier de plus de radiation solaire durant l’hiver; plus de végétation c’est bénifique, un toit blanc j’en doute.
    Gilles Lortie

  • Sans vouloir contredire votre argumentaire M. Lortie, de toute façon notre toit noir est plus blanc que blanc l’hiver avec la neige…

  • Bonjours a tous.

    Je suis entrepreneur avec liscense et assurance capabl de refaire vos toiture de façon complètement écologique et a prix raisonnable.
    Vous pouvez me contactez en tous temps au 514-835-7617.

    Au plaisir de faire affaire.

    Kevin Chartrand

  • Vous pensez être vert en adoptant ces mesures, pourtant, les parcs manquent de simples poubelles (ça éviterait d’avoir plein de déchets après les pique-nique) et même pas de bacs de recyclage, alors qu’on retrouve plein de bouteilles de plastique par terre… l’eau potable est gaspillée stupidement par la ville pour laver les rues (en 2010!) alors que ça deviendra une commodité…il me semble que vous avez du chemin à faire avant de décider d’imposer des frais qui seront exorbitants (toute nouvelle technologie l’exige) aux contribuables. Je parie que le climatiseur fonctionne à plein cchez vous!

  • Vous etes en train de devenir fou avec vos mesures extremes,et surtout des mesures inutiles! Je me demandais si vous allez repeindre les rues en blanc ????Ca parait que celui qui a passé la loi n’a jamais monté sur un toit de goudron car ce dernier est recouvert de gravier de couleur grise pale!!

    J’aimerais bien avoir une suite a mon message!

    Bonne journée a tout les mangeux de graines de lin!

  • Une collègue de travail qui habite Longueuil a un toit presque plat.Elle a fait 3 soumissions et chacune était unanime; pour un toit blanc la facture s’élevait à 20% de plus. Est-ce que l’arrondissement est prêt à nous aider?

  • Comme dans bien d’autres choses, la qualité se paie et se rentabilise avec le temps. Une toiture d’asphalte est aujourd’hui le système le plus dispendieux si calculé sur une base annuelle. Ceci principalement en raison de la diminution de la qualité du produit de base et de l’augmentation de son coût des dernières années.

  • Question technique. Avec les nouvelles membranes, est-ce que le poseur est obligé, par la loi, de remettre le toît plat au bois ou peut-il laissé les roches en place? Certaines soummissions reçuent laissent les roches. Est-ce ok?

leave a comment

Publicité