Ça sent la coupe ! Go Habs Go

Par -

Vous pensiez que l’on était imperturbable, immuable, insensible à la folie hockeyienne qui envahit la province ? Eh bien non. RueMasson a craqué devant la Halakmania. On y a même sauté à pieds joints lors du septième match de la série Capitals-Canadiens en direct chez Baptiste sur Masson.

Si le bar était remplit de fans en délire et criants à en déchirer nos sensibles tympans, il n’est pas le seul du quartier où les fans en folie peuvent voir les exploits de Jaroslav Halak (In Halak we trust) et notre nouvelle idole, Dominic Moore (On est même prête à l’épouser dès la fin des séries).

Puisque c’est triste et un peu looser de crier et jouer aux gérants d’estrade seul chez soi, pourquoi ne pas aller dépenser votre argent et salive dans les bars du quartier. Comme l’avait fait RueMasson lors du SuperBowl, voici où regarder les séries au lieu de rester devant Twitter en lisant Denis Coderre et Jean-François Bégin (qui sont très intéressants et pertinents, en passant, surtout quand on perd le fil).

Pardonnez-nous si on oublie certains endroits (bars et autres) pour regarder le hockey, on compte sur vous pour compléter la liste. Le 2656 est un bon endroit même si on y dénombre moins de télévisions aux pouces carrés que chez Baptiste. Sûrement plus tranquille. Car avouons-le, c’était très ou trop intime chez Baptiste mercredi soir. Ça sentait le vestiaire de hockey, ça jouait des coudes, ça poussait des bières, ça volait des chaises, ça collait trop et certaines jeunes filles blondes en manque d’attention poussaient des cris de pintade effrayée.

Alors, on peut aller ailleurs. Notre spécialiste toutes catégories, Julien Trudel, signale que Les Gémeaux peut convenir aux gens qui aiment le type brasserie. Le Brouhaha coin Des Carrières-Iberville est une option. RueMasson en a déjà parlé. Le pub Rosemont sur le boulevard du même nom semble un incontournable. N’oublions pas le U turn (coin 15e avenue), l’Aquarium (y-a-t-il vraiment une télévision ? On n’en a pas vu en passant devant), le Poivre et sel, tous sur la rue Masson.
Une certitude, la folie nous gagne plus quand on le regarde en groupe. Même les plus sceptiques craquent. Autre certitude: les affaires roulent bien pour les bars qui aiment les séries. Les serveuses du Baptiste devaient, telles des artistes du Cirque du Soleil, jongler avec les pichets et les verres de bière au milieu de partisans absorbés et gesticulants au moindre battement de cils de Halak. Métier risqué que de travailler dans un bar lors des séries de la coupe Stanley ? Sûrement pas plus que celui de vitrines de la rue Ste-Catherine ou panneaux de circulation. En attendant la prochaine émeute (malheureusement une tradition du centre-ville puisque sur Masson on fêtait joyeusement mercredi soir), on prédit la victoire du Canadien en 4 avec une marge d’erreur de 3 matchs, simplement pour imiter notre vénéré Sportnographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>