Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
jeudi le 15 août
HomeVie de quartierÉtape 3 : L’achat des somptueux tissus, enfin
Publicité

Étape 3 : L’achat des somptueux tissus, enfin

Pour cette rubrique Pots Masson, on s’est lancé comme défi de se confectionner deux robes de Marie-Antoinette. Suivez les étapes de ce projet d’envergure. On se donne jusqu’à l’été… peut-être à temps pour la vente trottoir sur Masson.

On avance enfin de façon concrète et on achète le tissu de nos robes. Tellement de couleurs! Tellement de motifs! Tellement de textures! Que choisir? On aurait eu besoin d’une modiste pour nous conseiller. Marie-Antoinette avait la sienne, la meilleure de Paris, Rose Bertin. Mais comme elle a fermé boutique depuis, on va se passer de ses services.

Date : le premier dimanche du printemps
Budget : 123,92 $ pour 11 mètres de tissu chacune (on a économisé 50 % grâce à notre carte Élite)
Leçon apprise : ne jamais se pointer au Frabricville le dimanche à midi, trop de monde.

Crédit photo: Lisa Marie Noël

Où trouver du tissu digne d’une robe française du 18e siècle? Dans la section draperie du Fabricville de la Place Versailles. Oui, on obéit toujours au concept.

Pour chacune des robes, il faut deux tissus différents : un qui servira à la confection de la jupe et l’autre pour la robe (on vous expliquera dans la prochaine étape toutes les parties de la robe). Évidemment, les deux tissus doivent s’agencer à merveille.

Stéphanie choisit un tissu uni rouge-orangé et Lisa Marie, un gris-bleu à grandes rayures. Pour la jupe, on y va dans le simple blanc crème. On ornera ce jupon à notre guise plus tard. De son côté, pour garnir sa jupe et son manteau, Marie-Antoinette recourrait aux service de Rose Bertin.

Crédit photo: Lisa Marie Noël

Rose Bertin était une marchande de mode. « Le commerce des « modes », comme on les appelle alors, concerne tout ce qui touche à l’ornementation des habits. Ce sont les marchandes de modes qui sont chargées de façonner et de garnir les chapeaux, les bonnets et les mantelets et les robes des femmes », indique le site La mode au 18e siècle.

À 23 ans, Rose Bertin ouvre sa boutique Le Grand Mogol dans le réputé Faubourg St-Honoré à Paris. Gageons que c’était aussi élégant sinon plus que la chic Place Versailles. C’était en 1770, l’année même où Marie-Antoinette arrive en France, à 15 ans, pour épouser le futur roi.

Selon la tradition, une future reine ne devait posséder et porter que des effets fabriqués dans son nouveau royaume. En signe de dévotion envers son nouveau pays, Marie-Antoinette adopte donc très rapidement la mode française et en devient même l’ambassadrice: les robes de plus en plus larges, les coiffures de plus en plus hautes et de plus en plus d’ornements.

Son penchant pour la mode et la haute couture permet à la France de se définir comme le centre de l’industrie de la mode. Et Rose Bertin, la modiste par excellence de Paris, habilla la reine pendant 20 ans, de 1972 jusqu’à 1792.

Le Royal Ontario Museum à Toronto possède d’ailleurs une des robes de Rose Bertin confectionnée pour Marie-Antoinette.

Pour notre part, on se contente de s’inspirer de ces extravagances. Comme on a encore mal calculé nos besoins en tissu, et qu’on en a trop acheté, on pourra certainement se permettre quelques froufrous à la Rose Bertin.

Prochaine étape : Découper les pièces de la robe

Étapes précédentes
Étape 2 : Laver, repasser et tailler la doublure en coton beige plate
Étape 1: Les premiers achats à Versailles
La robe de Marie-Antoinette

La rubrique Pots Masson présente des projets cuisinés, fabriqués, rénovés, confectionnés ou même poussés maison. Sortez vos tabliers!

Latest comments

  • On aimerait bien assister à un défilé ou une exposition un fois les robes terminées 🙂

  • Comptez sur moi pour les prendre en photo !

  • Et alors, ces robes ?

  • Et puis, y a-t-il une suite à ce projet ? Vos robes seront-elle prêtes pour Noël ?

  • @Suzanne : Une suite s’en vient très bientôt.
    On est dans une impasse avec la lecture du patron. On n’est pas sûre de bien comprendre…

leave a comment

Publicité