80 % des commerçants contre la piétonnisation dès cet été

Par -

La Société de développement commercial (SDC) de la promenade Masson, regroupement des commerçants de la rue principale du Vieux-Rosemont, a consulté ses membres sur le projet de piétonnisation proposé par l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie. Résultat : 80 % serait contre la mise en place de ce projet tel que présenté dès cet été.

La Promenade Masson

La Promenade Masson

« C’est trop rapide, trop vite pour qu’on s’organise. Et puis qui va payer pour les pertes de revenus de stationnement ? », lance Philippe Lisack, propriétaire du M sur Masson et membre du conseil d’administration de la SIDAC.

L’organisme propose plutôt que l’on commence progressivement par enlever la moitié des places de stationnement en les utilisant pour élargir le trottoir d’un seul côté de la rue. « On étudiera ainsi l’impact de l’enlèvement d’une vingtaine de stationnements et on pourrait en profiter pour enlever les horribles blocs de béton », propose Philippe Lisack.

Mandaté par la directrice générale de la promenade Masson, Doris Laflamme, pour parler à RueMasson, ce dernier explique que selon le sondage réalisé auprès des commerçants, 80 % sont contre le projet tel qu’il est présenté. « Nous ne sommes pas contre la piétonnisation, mais contre le fait que ce soit implanté cet été. Il serait mieux d’y aller progressivement ».

Le maire de l’arrondissement François W. Croteau comprend les préoccupations des commerçants et réitère qu’il prend en considération leurs commentaires. « Nous sommes en période de consultation, le projet n’est pas final et je peux les assurer que tout sera fait pour favoriser les commerçants. Il est question de favoriser le développement de rue Masson et des commerces, pas le contraire », explique-t-il.

Pour illustrer sa volonté de favoriser le développement commercial, il avoue refuser la pression des promoteurs qui veulent plus de grandes surfaces dans le quartier. « Il n’est pas question d’accepter plus de grandes surfaces, car mon objectif est de favoriser les commerces de proximité. J’ai cette rue à coeur », ajoute-t-il.

Philippe Lisack souligne que les commerçants ont peur de perdre leur clientèle si les gens ne peuvent plus stationner. « Comment va-t-on remplacer les 41 places de stationnement perdues entre la 9e et 3e avenue ? », se demande-t-il. Il ajoute qu’étant donné l’enclavement de la rue, la voiture fait partie de la manière dont les gens font les courses.

Il semblerait que la majorité des clients du M sur Masson, du Première Moisson et de la quincaillerie Rona, entre autres, viennent en voiture. Cependant, la SDC n’a aucun chiffre sur la proportion réelle de clients des commerces qui utilisent ou non leur voiture.

AJOUT: Il y a deux semaines, RueMasson avait interrogé ses lecteurs sur la piétonnisation. Le résultat était que 41 répondants était en faveur alors que 13 personnes étaient contre. Ce qui fait 75 % en faveur. Une proportion totalement contraire aux commerçants. Aurait-on deux visions totalement opposés entre les commerçants et leurs clients ?

Un dossier à suivre. Ce que continuera de faire RueMasson au cours des prochaines semaines.

Autres articles sur le même sujet:
Piétonnisation et nouveau site à l’ordre du jour.
La Rue Masson deviendrait piétonne ?

10 commentaires à 80 % des commerçants contre la piétonnisation dès cet été

  1. Stéphan Dussault

    Je me trompe ou les détaillants de la rue Sainte-Catherine étaient tout aussi contre la piétonnisation au départ? Je présume que les questions de stationnement étaient aussi au centre des discussions. Quelqu’un peut nous éclairer là-dessus, question que nous profitions de l’expérience des autres?
    Toujours est-il que le simple fait de tenter l’expérience les a forcé à accélérer le processus de transformation de leurs commerces, et la plupart d’entre eux semblent aujourd’hui satisfaits. Ce n’est pas ici une critique envers les commerçants. La force d’inertie frappe à peu près tout le monde.

  2. @Stephan: vous avez raison pour la rue Ste-Catherine. Lors de la première année, l’inquiétude était grande chez les commerçants. Mais si la piétonnisation a été faite pour la première fois en 2008, quelques épisodes avaient été tentés durant les fin de semaine en 2007 et les Outgames en 2006. Un peu comme les fermetures des ventes de trottoir sur Masson…Mais est-ce comparable?
    Bref, après deux étés de piétonnisation, il semble qu’aucun commerçant ne veuille retourner en arrière sur la rue Ste-Catherine. Mais le fait que la rue soit accessible en métro semble faire une différence…
    Il y a cependant des rues piétonnisées en Europe non accessible par métro…

  3. Frédéric Tremblay

    Très intéressant la démarche de l’arrondissement. Je souhaiterais une fermeture complète de la rue Masson le plus rapidement possible. Néanmoins, je trouve que la proposition de la SDC mérité d’être analysée. Une autre suggestion pourrait être de commencer par l’élargissement des trottoires en réduisant la rue à une seule voie, la circulation serait ainsi limitée dans un sens seulement. À suivre,

  4. Intéressant ce projet et cette différence d’opinion entre les piétons et les marchands. J’ai l’impression que ce qui importe les commerçants c’est que les chiffres d’affaires se maintiennent et ils ont raison. Mais il semble difficile de quantifier comment la « clientèle » va changer avec une rue passante. Comparer clientèle et service avec la sur St-Catherine serait surement difficile car le profil des clients et les services sont différents dans ce cartier.

    Mais d’un autre côté il est intéressant qu’un cartier est une vision et si, et ca reste encore à prouver, certains services doivent se déplacer pour rester compétitifs, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose en soit.

  5. La SDC? Elle est bien bonne celle là. Faut connaitre leur mode de fonctionnement. Quelques commercants seulement controle l’assemblé via des procuratio de supposé comnercants qui ne dontjamais présent. Au final, dix commercants controle la seance ou meme la directrice (nommée et non pas élue) vote. Je pourrais continuer comme ca longtemps sur les subterfuged employés par la sdc et quelques commercants pour contre-carrer les plans de ceux qui veulent voir les choses évoluer.

    Par ailleurs, la rue Masson n’appartient pas aux commercants. Ce sont les consommateurs qui devraient avoir le dernier mot!

  6. Michel Lord

    On ne peut pas comparer la rue Masson à la rue Sainte-Catherine quand même. Il n’y a pas 6 stations de métro sous la rue Masson quand même! Et les commerces ne sont pas les mêmes. Les foires commerciales sont déjà poches alors….4 mois de plus, non merci!

    Et un blogue est tout sauf représentatif.

    Selon moi, la rue Saint-Hubert serait un bien meilleur choix pour ce type d’opération.

  7. Bonjour,

    Certains, et avec raison, soulignent le succès des rues piètonnes en Europe (voici un article très interessant à ce sujet : http://www.dyn-com.com/dyncom108/dossier5.htm). Hélas, la voiture prends toute la place en Amérique, y compris dans les mentalités et je comprends donc l’inquiétude des commerçants.
    Ceci dit, un « mail » ou un centre commercial, n’est t’il pas déjà un espace piétonnier ? Avec un stationnement en périphérie et des clients qui circulent…à pied. Les rues piètonnes existent donc déjà en Amérique et ont du succès! :)

  8. louis wiriot

    La vie en ville est interessante pcq vibrante, la piétonnisation c’est enlever son caractére historique a la rue qui as vue le premiers propriétaire d’ une voiture à Montréal M, Dandurand la conduire. L’ idée d’ un lieu de rencontre convivial peu rendre l’originalité et la créativité des citoyen de Rosemont de l’avant mais pouquoi vouloir absolument changer la rue. Personne semble songer a transformer les ruelle plutot, se sont des espace unique sous exploité. Organison des fêtes, des pick nick des soirrée de ciné plein air , des air de détentes dans les ruelle de Rosemont. Laisson la rue a l’ activité vibrante de la grande ville.

  9. Edouard

    Les rues sont souvent plus bruyantes que vibrantes. À Montréal c’est souvent bruyant et ennuyant. Pourquoi ne pas remplacer le bruit de moteurs pour le bruit de gens qui parlent, des gens qui rient, des gens qui jouent de la musique? Ça peut être encore plus vibrant sans trafic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>