Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 13 octobre
HomeCulturePourquoi lire sur Henry Mintzberg?

Pourquoi lire sur Henry Mintzberg?

Peu de gens connaissent Henry Mintzberg. Pourtant, ce prof de McGill est une rock star dans son domaine, la gestion des entreprises. En 2006, il analysait les causes de la crise économique de 2008 (oui, 2 ans d’avance!) et en 2007, il se scandalisait que des grandes entreprises, comme BP, utilisent la notion de responsabilité sociale à des fins marketing. On commence déjà à vouloir en savoir plus. Jacinthe Tremblay, une journaliste indépendante de Rosemont, est fascinée depuis plusieurs années par Henry Mintzberg. Elle lance le 25 septembre son livre Entretiens avec Henry Mintzberg à l’Aquarium.

Jacinthe Tremblay s’est occupée de la chronique Vie au travail pour le quotidien La Presse jusqu’en 2008. Des experts en organisation, en elle en a interviewé! « Henry Mintzberg est de loin celui qui m’a le plus marqué. Il est vraiment un penseur… Au-delà du jargon, il amène les gens à réfléchir à ce qu’ils font vraiment. » Contrairement aux grands gourous qui élaborent des théories idéales de gestion qu’il est ensuite difficile à faire avaler aux employés, Mintzberg procède à l’inverse. Il observe, décrit, décortique d’abord. Il fonde ensuite sa théorie.

« Il a une belle réflexion sur le travail, sur la société et sur les organisations. Je voulais le connaître mieux et le faire connaître », dit Jacinthe Tremblay.

Entretiens avec Henry Mintzberg
Le livre regroupe les 12 entrevues que Jacinthe Tremblay avait publié dans La Presse en 2007 et 2008 où Henry Mintzberg abordait des questions comme la pertinence des MBA, le « communautéship » (les wiki) et le syndrome de la superefficacité.

Elle publie également la traduction d’un texte de Mintzberg : Comment la productivité a tué l’entreprise américaine. C’est dans ce texte, qui date de 2006, qu’il analyse les causes de la crise de 2008. « Contrairement à tous ceux qui disent que le Québec n’est pas assez productif et qu’il faudrait être plus comme les Américains, Mintzberg lui, croit qu’on s’en sort bien. Ça veut dire qu’on est pas devenu complètement cinglé. On essaie de cultiver d’autres valeurs au Québec ce qui fait de nous une société plus équilibrée. On s’occupe d’économie mais aussi d’enjeux sociaux et de culture… », rapporte l’auteure qui l’a côtoyée à plusieurs reprise. Elle a même assisté à une formation sur le leadership dans le domaine de la santé avec une vingtaine de têtes dirigeantes de prestigieuses institutions du monde entier, au chalet de Henry Mintzberg. Une section du livre brosse un portrait plus personnel de cette sommité mondiale.

Un lancement à l’Aquarium

L’auteure de Rosemont lance son livre, imprimé dans Rosemont, dans un bar de Rosemont avec comme invitée une chanteuse jazz… de Terre-Neuve, Mary Barry. Avis aux amateurs de jazz, Mary Barry a été sacrée artiste féminine de l’année en 2004 et 2007 au Music NL, l’équivalent de notre gala de l’ADISQ.

Ça se passe à l’Aquarium, le samedi 25 septembre dès 16 h. Entrée gratuite.

Le photographe du Devoir Jacques Nadeau a participé au livre ainsi que l’illustrateur de Rosemont Vincent Giard. Le livre Entretiens avec Henry Mintzberg est en vente à la librairie Paulines sur Masson et Raffin sur Saint-Hubert.

Latest comments

leave a comment