Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 23 octobre
HomePolitiqueÉlections 2018La candidate libérale de Rosemont veut mettre l’accent sur l’éducation
Publicité

La candidate libérale de Rosemont veut mettre l’accent sur l’éducation

C’est l’heure du diner pour Agata La Rosa. Réceptionniste dans une entreprise de la rue Jarry, elle prend son temps de pause au Tim Hortons du coin Jarry et Pie-IX — hors de la circonscription de Rosemont — pour nous parler de son programme.

Commissaire scolaire à la Commission scolaire de la Pointe de l’île, la candidate libérale souhaite voir la construction d’une école secondaire dans le quartier et poursuivre le travail entamé par le gouvernement libéral depuis 4 ans. Pour elle, il n’y a pas eu de désengagement de Québec dans l’éducation.

«On a beaucoup donné à la Commission scolaire de Montréal(CSDM), explique-t-elle. Ils ont reçu 7,5 millions de dollars pour créer une école de dix classes au 6755, 36e Avenue. En 2016, 12,9 millions de dollars ont été donnés pour un agrandissement de St-Albert-le-Grand. Mais cette année, la CSDM a priorisé les projets dans d’autres arrondissements. Ce que les commissions scolaires doivent comprendre, c’est que le gouvernement donne l’argent, mais c’est à eux de décider où sont les priorités. Si elle dit “OK, on a besoin d’agrandir cette école-là, ça va nous couter ça”, c’est sur que le gouvernement va donner l’argent en conséquence.»

Pour les quatre prochaines années, l’Italienne d’origine estime que le problème de classe dans Rosemont ne sera pas résolu, en raison d’une population grandissante, mais comme député, la situation se sera «améliorée de beaucoup». «Je ne fais pas de promesse. Ça ne sert à rien de promettre et après, si je suis élue, dire “oh mon dieu, je ne peux pas faire ça tout de suite”. Je veux continuer les dossiers et les faire avancer.»

Elle indique cependant que, parmi les promesses faites par son parti, la ville de Montréal serait soutenue financièrement dans ses projets de construction de logements sociaux, et que le Parti libéral est favorable à la ligne rose. Quant à l’accès au soin, «c’est un gros dossier, explique-t-elle. On a investi dedans, on va continuer. On ne va pas laisser tomber l’hôpital Maisonneuve-Rosemont».

Travail de terrain

Agata La Rosa fait déjà du travail de députée… en coulisse. Comme présidente régionale de l’est de Montréal du Parti libéral du Québec, elle a déjà un accès au Premier ministre, Philippe Couillard.

«On parle beaucoup aux citoyens quand on milite, et en faisant des réunions avec les présidents d’associations, auxquelles assiste M. Couillard la plupart du temps, il nous demande quelles sont les préoccupations des citoyens. Il est donc déjà au courant de plusieurs choses.»

Dans une circonscription qui joue dans les idées progressistes, la réputation des libéraux n’est pas haute. Toutefois, elle considère que le travail du gouvernement doit continuer.

«Quand je fais mon porte-à-porte, je dis aux personnes “rien n’est parfait”. C’est sur qu’il faut continuer notre travail, continuer à aider les Québécois à combler leurs besoins. Le travail n’est pas terminé, et moi, en tant que députée, je vais apporter leur voix à Québec, je suis au service des citoyens de Rosemont.»

Elle estime avoir ses chances dans cette circonscription très disputée par les quatre grands partis, à condition que les électeurs libéraux se mobilisent. «Je voudrais dire aux électeurs libéraux de Rosemont de ne pas vous fier aux sondages. Il ne faut jamais rien tenir pour acquis. Il faut sortir et aller voter si vous voulez que Rosemont redevienne libéral. Si vous voulez que la candidate libérale soit élue, sortez et allez voter.»

Avec une baguette magique, quel problème résoudriez-vous?

«En éducation, je veux que les élèves soient bien encadrés, qu’ils aient des classes normales, et non des unités mobiles, leur offrir plus de ressources et plus d’enseignants. En santé, il faut agir au niveau des ainés qui sont seuls à la maison, qui ont besoin de plus de service. Il y a déjà eu des améliorations dans les CHSLD. Ils ont deux bains par semaine maintenant. Il faut augmenter le personnel, mieux soutenir les services.»

 

 

No comments

leave a comment

Publicité