Marc-André Gadoury, un Monsieur Vélo dans Rosemont

Par -

Sa défection avait fait grand bruit. En 2015, il quitte les rangs de Projet Montréal, parti qu’il fréquente depuis ses débuts pour rejoindre Denis Coderre. Marc-André Gadoury deviendra son Monsieur Vélo, puisqu’il a négocié ce portefeuille.

Lire les autres portraits des personnes candidates

Pourtant, l’actuel conseiller de ville d’Étienne-Desmarteau souhaite rééquilibrer l’approche de l’arrondissement quant à la politique des choix de transports. Il n’y a rien de paradoxal, selon lui. «Si les citoyens font le choix de se déplacer en vélo, ils vont m’avoir comme allié, c’est certain, indique-t-il. S’ils le font en autobus, ils vont avoir une équipe qui ne va pas effacer les voies réservées des autobus. Oui, la ville a le rôle d’inciter les gens à moins utiliser la voiture, mais on ne veut pas juger le choix que les citoyens font, parce qu’ils sont travailleurs autonomes avec des outils ou ont des horaires atypiques, ou que ce sont des familles nombreuses. On veut respecter leur choix.»

Dix ans auparavant, Marc-André Gadoury essayait déjà de gagner la mairie de Rosemont-La-Petite-Patrie, finissant troisième. Aujourd’hui, il retente sa chance pour déloger son ancien chef avec qui il n’est pas tendre. «J’ai toujours été cordial avec lui, je lui ai souhaité bonne chance pour sa soutenance de thèse il y a deux semaines [au moment de l’entrevue], mais lui, il a de la misère à me dire bonjour.»

Son reproche principal est la gestion quasi autoritaire du maire sortant qu’il décrit. «Ce gars-là est incapable de travailler en équipe, lâche-t-il, croissant à la main au Première Moisson de la rue Masson. C’est toujours la faute de quelqu’un d’autre. Une fois, c’est la faute de la ville-centre. Maintenant, les retards dans les permis, c’est la faute des syndicats. Ou c’est le ministre de l’Éducation quand la piscine du cégep ferme, la ville de Montréal quand la rue n’est pas refaite à son gout. »

Pourtant, face aux promesses de son adversaire d’ouvrir les budgets et les décisions aux citoyens, Marc-André Gadoury rappelle des faits. «C’est une chose de l’annoncer, mais quand t’as été huit ans au pouvoir, tu n’as pas fait une ouverture par rapport à un budget participatif, c’est peut-être que tu n’y crois pas vraiment. »

Et d’en rajouter une couche. «C’est bien beau de parler de 10000$ de budget participatif, mais quand tu mets 2 M$ dans un chalet de parc sans parler à personne, il y a un problème, conçoit-il. On a mis beaucoup dans les chalets de parc, justement, mais on n’a pas mis d’argent dans le parc, comme dans des bancs, des tables de piquenique, des poubelles, les plateaux sportifs. Plusieurs initiatives provenant des citoyens qui peuvent être réalisé à peu de frais, mais encore faut-il le leur demander. Il suffit de voir le parc de l’Ukraine, minéralisé à moitié. Les citoyens m’ont demandé ce qui s’est passé. J’avais demandé les plans, on ne me les a jamais donnés.»

Travailler en équipe

Le transfuge ne nie pas que ses années passées dans le parti de Richard Bergeron ont pu influencer sa plateforme locale. Mais ce qui fait la vraie force de son équipe, c’est sa capacité à travailler avec tout le monde et d’être complémentaire.

Scott McKay, dans Étienne-Desmarteau, est expert dans les questions environnementales. Nathalie Fortin, dans Marie-Victorin, est vouée à se charger du développement social à la Ville centre. Mariam Laagad, dans Vieux-Rosemont, travaille dans la médiation culturelle. Quant à Jack Hallak, il est commerçant de la rue Saint-Hubert depuis 28 ans. Tous souhaitent être proches des citoyens, explique-t-il. « Un citoyen qui appelle en ce moment au bureau des élus, parce qu’il a un problème, il n’a pas de retour. Le maire n’est pas là pour exercer son pouvoir exécutif. Des fois, il faut aller sur le terrain, rencontrer les partenaires, se poser en médiateur. Ça, il ne le fait pas. Peut-être qu’il était trop occupé avec son doctorat», s’interroge-t-il.

L’avenir de l’est de Masson

L’est de la rue Masson, Marc-André Gadoury le connait bien. Sa grand-mère vivait au coin de la 10e avenue et Dandurand. Sa mère voyait le médecin qui l’a mis au monde dans son cabinet à l’est de Saint-Michel, sur Masson. « Tout l’Est a été oublié. Avant, quand on améliorait la rue Masson, il n’était pas question d’oublier l’est, comme c’est le cas présentement, pour l’état des trottoirs, de la rue, ça me décourage que l’arrondissement se soit laissé aller. Nous avons pris un engagement fort de notre administration avec l’ouverture d’une entrée au Jardin botanique sur Pie-IX et Masson. Avec des projets emballants comme celui-là, on voit bien la réponse positive de la communauté. »

Marc-André Gaoudry souhaite transformer l’administration de la mairie et en finir avec l’objectif de gestion des surplus dans le budget. Il veut remodeler les équipes afin d’améliorer la salubrité dans l’arrondissement. «Autant les collectes que les poubelles publiques ou les dépôts sauvages, c’est une priorité qui a été oubliée dans les huit dernières années et qu’on va remettre de l’avant. Présentement, il y a qu’une personne qui s’occupe de propreté. Ça va y avoir des implications budgétaires. »

Son projet phare pour les Rosemontois ? Une brigade trottoir, qui veillera à ce que ceux-ci soient parfaits. «L’hiver, elle sera plus là en terme de déneigement et d’identification des chemins les plus utilisés pour planifier des opérations spéciales, contre la glace, par exemple. L’été, elle va être plus en mode réflexion, à identifier les dépressions dans le trottoir ou les accumulations d’eau. »

2 commentaires à Marc-André Gadoury, un Monsieur Vélo dans Rosemont

  1. Martin Bourassa

    Et que dire des abreuvoirs changer dans tous les parcs ? Ça coule de partout et le piton reste collé tout le temps. Gaspillage d’argent et maintenant d’eau, et dire que les vieux en ciment fonctionnaient encore bien.

  2. Danièle

    J’espère que ça implique de forcer le propriétaire de l’ancien PFK à faire quelque chose avec l’immeuble qui est probablement déjà infesté de vermine et surtout une vraie honte pour le quartier. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>