Plus de places pour les femmes dans Étienne-Desmarteau

Par -

Construire une ville en pensant plus aux besoins des femmes, telle est la mesure que préconise la candidate de Projet Montréal, Stéphanie Watt, lors du débat du district Étienne-Desmateau contre Scott McKay.

«[Il y a de l’argent qui s’en vient qu’]on devra dépenser à l’amélioration de l’égalité homme femme dans les processus de codésign, a-t-elle indiqué comme mesure spécifique sur laquelle elle compte accentuer dans un mandat. Nous allons avoir une nouvelle piscine et une nouvelle maison de la culture, on doit les penser de façon à mieux favoriser l’accès aux femmes et aux familles monoparentales, en proposant, par exemple, une programmation pour les femmes et quelque chose pour les tout petits en même temps. La parité doit se traduire dans la conception des infrastructures et la réflexion sur la ville. »

De son côté, Scott McKay, d’Équipe Denis Coderre, promet de lutter durement contre l’insalubrité des logements. «Ce qui me fait mal à chaque fois, ce sont les immeubles sur Rosemont, au coin des Écores. Il y a des gens bien nantis qui vivent sur cette rue, c’est très bien, je suis pour la mixité sociale, mais on ne peut pas tolérer la fracture sociale dans notre district. Comme conseiller de ville, je ne pourrais pas me regarder dans le miroir, si je ne réussis pas à améliorer le sort de ces personnes.»

Rue d’Iberville

À une question sur le devenir de la rue d’Iberville, le candidat d’Équipe Denis Coderre a prôné une approche participative avec les citoyens. «On a déjà des données, mais c’est un exemple de plus pour dire ce qu’on peut faire en coopération entre l’arrondissement et la Ville centre. À partir d’un portrait, on peut faire des ateliers interactifs de co-construction citoyenne. La ville n’appartient pas aux élus ni aux fonctionnaires, elle appartient aux citoyens.»

Sa concurrente lui a vertement répondu que l’artère doit être repensée au plus vite. «On n’a pas besoin de données pour savoir qu’on ne peut pas traverser Iberville de manière sécuritaire. Nous, les humains, on se balade aussi sur ces artères. Il faut des mesures d’apaisement. Quant à prendre l’autobus 94, c’est un acte de foi, car il passe tout au plus deux fois par heure en hiver. Il faut mettre la pression sur la Société de transport de Montréal pour augmenter la cadence.»

Consensus

Les deux candidats ont été sur la même longueur d’onde sur plusieurs points. Tous deux sont favorables au droit au logement, sur l’augmentation du parc d’habitations sociales, sur l’implication citoyenne en amont des projets, la transparence des administrations ou encore l’accessibilité universelle.

Mais le candidat d’Équipe Denis Coderre a voulu démontrer que son équipe gèrerait différemment les affaires.

«Il y a une grande différence entre le discours et la réalité. Ce que vous voyez dans l’arrondissement, c’est ce que vous avez. Ce sont les réalisations du maire Croteau. Lorsqu’on parle de l’absence de locaux pour les organismes communautaires, dans l’Est, par exemple, le maire promet de s’engager à entreprendre les démarches. Pourquoi le propose-t-il seulement maintenant? Nous allons travailler sur des mesures temporaires, car on le sait, ça va prendre dix ans pour avoir un centre.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>