La question de la revitalisation de Masson Est enflamme un débat des candidats à la mairie

Par -

Le premier débat entre les candidats à la mairie de Rosemont-La Petite-Patrie s’est tendu en fin de rencontre lorsque la question de la revitalisation de l’est de la rue Masson a été abordée. Plusieurs promesses ont aussi été faites.

À lire aussi :

Guide pour l’élection et la liste des débats à venir

Les candidats dans Rosemont-La Petite-Patrie

Lors d’une question du public sur l’avenir de l’est de la rue Masson et plus particulièrement de l’ancien restaurant PFK, Marc-André Gadoury a voulu critiquer l’inaction de l’administration Croteau dans ce dossier.

« Lorsque j’ai présenté ma plateforme sur ce terrain, j’ai demandé au propriétaire et mon ami Mario Guilbault son autorisation. Il m’a dit qu’il avait proposé plusieurs projets qui ont été refusés. Je lui ai dit alors, « Mario, avec notre administration, ça va changer ».»

Le maire sortant, François Croteau lui a vertement répondu à propos d’un possible conflit d’intérêts. «Nous avons déjà connu des périodes où il existait l’influence des promoteurs et des investisseurs privés sur le politique. On n’en veut plus de ces histoires, où ça se négocie en privé.»

Ce lundi 16 octobre, les candidats à la mairie participaient à leur premier débat de la campagne aux résidences Nouvelles Avenues, avec pour objectif de présenter leur plateforme en faveur des personnes âgées.

Transport, logement et socialisation

Une quarantaine de personnes ont assisté à la joute verbale organisée par la table de concertation Vivre et vieillir à Rosemont. L’enjeu est d’importance, puisque la population des plus de 65 ans passera de 15% à 21% dans les prochaines années, selon les estimations.

Les thèmes du transport, du logement et des lieux de socialisation ont été abordés. Les deux candidats ont tour à tour annoncé des engagements envers les personnes âgées.

Ainsi, Marc-André Gadoury a annoncé que l’autobus 47 terminera sa course au métro Pie-IX.

«L’administration est incapable de travailler avec la Société des transports de Montréal, car elle enlève des voies de bus, ce qui fait perdre les subventions de la STM. Je suis déjà allé négocier avec eux et je peux vous le dire que si je suis élu, le terminus sera déplacé.»

Le maire sortant a, quant à lui, fondé ses promesses sur son bilan.

«Nous avons toujours eu de bonnes relations avec la STM et nous avons des accords pour retirer les voies de bus lors de la période estivale pour favoriser les terrasses. Il nous reste encore des choses à faire, comme sécuriser et éclairer des intersections, afin que le piéton soit roi dans l’arrondissement.»

Logement abordable

En matière de logement, le maire sortant souhaite favoriser les logements abordables et locatifs, en rappelant que son parti, Projet Montréal, propose d’augmenter la dispense de taxe foncière pour les bâtiments appartenant aux organismes communautaires, comme les coopératives ou les fiducies communautaires.

Marc-André Gadoury a indiqué vouloir faire la chasse aux logements insalubres et imposer de plus grands appartements aux nouveaux projets. « Dans l’arrondissement, on se doit d’appliquer notre règlement avec rigueur et vigueur. Dans les cas qu’on nous rapporte, on se doit de faire les inspections. Je rappelle aussi que l’une des réussites de Denis Coderre, c’est l’obtention du statut de métropole, avec la possibilité de choisir la grandeur de nos logements. C’est un point majeur sur lequel on va s’appuyer.»

Les deux candidats ont indiqué tous deux de la nécessité de pourvoir l’est de l’arrondissement de lieux de socialisation. Pour Projet Montréal, cela se construit autour d’un nouveau centre multifonctionnel, afin de pallier la fermeture du centre Alphonse-Desjardins en 2019, sans proposer de solutions temporaires d’ici l’ouverture.

Pour le candidat d’Équipe Denis Coderre, il souhaite utiliser les chalets afin d’offrir des espaces aux organismes communautaires. «On utilise déjà quelques chalets, comme celui en face des bureaux d’arrondissement, mais il reste des chalets vides, où nous pouvons offrir des points de services adaptés aux ainés.»

1 commentaire à La question de la revitalisation de Masson Est enflamme un débat des candidats à la mairie

  1. Lorsqu’un politicien est trop longtemps au pouvoir, il devient borné et autoritaire. C’est bien beau le paradis des piétons, mais malheureusement, ma femme et moi, doivent travailler pour élever nos trois enfants et payer nos taxes, dont la taxe spéciale de Rosemont.

    Ce n’est pas tous les citoyens qui peuvent bénéficier de la popularité de Louise Harel et de de devenir maire, en étant inconnu, comme premier emploi. Il y a des gens qui travaillent en dehors de Rosemont et avec les actions de Projets, c’est rendu interminable pour sortir de Rosemont en autobus. Nous avons changé pour l’auto, c’est plus rapide. C’est vraiment champion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>