L’histoire de Rosemont-La Petite-Patrie dans un livre

Par -

Pour souligner les 375 ans de Montréal et les 25 ans de la Société d’histoire Rosemont-La Petite-Patrie (SHRPP), l’ouvrage historique Rosemont – La Petite-Patrie Il y a longtemps que je t’aime a été publié. 

Ce document de 150 pages est abondamment illustré de photos d’époque et met en lumière l’évolution et le développement de ces deux quartiers montréalais au cours des 100 dernières années. Rencontre avec ses deux coauteurs, Marie Brisebois et Louis Delagrave.

Un projet de longue haleine

 Fruit d’un processus amorcé il y a quatre ans par Marie Brisebois, une bibliothécaire retraitée de l’Université de Montréal, qui habite Rosemont depuis 14 ans, l’ouvrage se veut une riche source de renseignements sur l’histoire des quartiers Rosemont et la Petite-Patrie.

J’ai effectué beaucoup de recherche sur divers aspects de l’histoire de ces quartiers, car mon but premier était de produire un ouvrage qui pourrait servir en tant qu’outil pédagogique dans les écoles ou les centres communautaires pour mieux faire connaître l’histoire des quartiers que nous habitons.

 

Puis, il y a un an et demi, Louis Delagrave, un résidant du quartier de La Petite-Patrie également passionné d’histoire, a apporté son aide à Mme Brisebois afin de concrétiser le projet, lequel a particulièrement été bien accueilli par la SHRPP. Louis Delagrave siégeait sur le CA de l’organisme.

Je me suis principalement chargé de la rédaction du livre. En outre, en tant que résidant du quartier de la Petite-Patrie depuis sept ans, j’ai été fasciné de constater à quel point notre arrondissement a changé en 100 ans. L’ancien territoire agricole autour de la Côte-de-la-Visitation, qui était parsemé de pierre grise, a connu une urbanisation très rapide. Faire découvrir ces aspects particuliers aux nouveaux résidants est, selon moi, très important.

Destiné à un large public

Si les étudiants, les chercheurs, les bibliophiles et les amoureux de l’histoire apprécieront le livre, les résidants de longue date de l’Arrondissement seront ravis d’y découvrir des textes et des photos qui témoignent des transformations qu’a connu le quartier.

Divisé en six chapitres, le livre aborde effectivement plusieurs aspects liés au développement de l’arrondissement: l’industrialisation, les transports ferroviaires, la vie sociale et culturelle, ainsi que la démographie, pour ne nommer que ceux-là.

« Les archives municipales et celles de Bibliothèque et archives nationales du Québec se sont révélé une source fort appréciable de renseignements », précise Mme Brisebois.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La page couverture du livre

Amoureux de leur quartier

Les deux coauteurs sont, en effet, tombés sous le charme de l’arrondissement. « Moi, j’adore vivre dans le quartier Rosemont, car la nature y est omniprésente : les rues sont bordées d’arbres matures et les parcs y sont nombreux. C’est un peu comme la campagne à la ville », admet Mme Brisebois.

De son côté, M. Delagrave apprécie l’ambiance familiale et les commerces de proximité. « L’illustration de la page couverture* résume tout à fait les raisons pour lesquelles je suis heureux de vivre dans La Petite-Patrie. D’ailleurs la murale qu’on y aperçoit existe véritablement : elle est située sur un immeuble du boulevard Rosemont, entre les rues Christophe-Colomb et Laroche ».

Le livre est vendu au prix de 25 $. On peut se le procurer à la Société d’histoire Rosemont-Petite-Patrie (514-728-2965) et dans certaines librairies de l’arrondissement.

 

*Enfin le printemps est venu, tableau de Miyuki Tanobe (2012). L’artiste habite l’arrondissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>