Des caoutchoucs sur vos marches?

Par -

L’hiver a frappé. C’est le début de la saison des marches d’escalier glacées et glissantes. Devriez-vous les couvrir des caoutchoucs?

Les couvre-marches en caoutchouc recyclé sont une solution écologique et efficace pour réduire les risques d’accident. Sur les longs escaliers extérieurs dans Rosemont, ça n’est pas un luxe.

Leur prix – environ 9 $ – peut être un frein à leur utilisation. À 16 marches, avec les taxes, on arrive à 165 $. C’est quand même peu pour prévenir un accident avec blessures.

L'eau reste prisonnière sous les caoutchoucs et fait pourrir les marches. PHOTO : André Dumont/RueMasson.com

L’eau reste prisonnière sous les caoutchoucs et fait pourrir les marches en bois. Photo : André Dumont/RueMasson.com

La grande question : comment les fixer aux marches?

En inspection préachat, je vois très souvent des couvre-marches en caoutchouc fixées de manière permanente avec des visses. C’est sécuritaire, mais en laissant les caoutchoucs en place toute l’année, les marches de bois finissent par pourrir.

L’eau des précipitations et de la fonte des neiges reste prisonnière sous les couvre-marches. L’humidité permanente provoque de la pourriture. Si on arrive à enfoncer un tournevis à travers la marche, une personne moindrement lourde pourrait aussi passer au travers.

Sur des marches de bois, il faut donc retirer les couvre-marche dès l’hiver terminé. On peut les laisser en place toute l’année sur des marches en béton ou en fibre de verre.

La solution

Pour fixer les couvre-marche pour la durée de l’hiver seulement, on peut percer les marches et utiliser des vis avec boulons, qu’on dévissera le printemps venu. Plus simple : des attaches autobloquantes, ces fameux tie-wraps. Cherchez des attaches suffisamment longues (24 po) en quincaillerie. Au printemps, un coup de ciseau et hop! au recyclage.

La solution : des attaches autobloquantes! PHOTO : André Dumont/RueMasson.com

La solution : des attaches autobloquantes! Photo : André Dumont/RueMasson.com

Si les marches sont enveloppées de fibre de verre, le fait de les percer pour fixer des couvre-marche crée des ouvertures. L’eau y pénétrera. Elle fera gonfler le bois à l’intérieur, ce qui tôt ou tard, fera craquer la fibre de verre. Vive les tie-wraps!

André Dumont, alias Inspecteur D, est inspecteur en bâtiment et chroniqueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>