Sortir du garde-robe de la pauvreté

Par -

La pauvreté comporte son lot de défis et d’épreuves à surmonter lorsqu’elle est vécue au quotidien. C’est, en tout cas, l’expérience vécue par Nicole Croteau, une résidante de longue date du quartier Rosemont.

Dans le livre Heureux les pauvres? elle témoigne de son cheminement au cœur d’une spirale qui l’a entraînée lentement mais sûrement vers l’appauvrissement matériel. Elle raconte sa lutte pour une survie tant émotionnelle, psychologique que matérielle dans une œuvre offrant un éclairage parfois cru, mais essentiel pour bien cerner les conséquences que la pauvreté suscite non seulement chez celui ou celle qui la subit, mais aussi sur toutes les personnes de son entourage.

La maladie ouvre la porte à la pauvreté

« En décembre 1991, je travaillais depuis une quinzaine d’années en tant que thérapeute en santé alternative; j’étais une intervenante, une enseignante et une conférencière expérimentée et très respectée dans cette sphère d’activité. Puis, à la suite de problèmes de santé, je suis passée de personne ressource, à personne sans ressources », raconte l’auteure, qui était travailleuse autonome et ne pouvait donc pas profiter d’un régime d’assurances maladie privé.

Sa convalescence ayant duré plus longtemps que prévu, Nicole Croteau n’a eu d’autre choix que de devenir prestataire de l’aide sociale. La spirale vers la pauvreté, sans compter les dédales administratifs du système social qu’elle a dû arpenter, sont lentement devenus la dure réalité de cette femme que rien ne prédestinait à vivre une telle épreuve.

Rapidement, les préjugés et l’incompréhension ont commencé à se manifester autour d’elle. « Même des personnes proches ne comprenaient pas dans quelle situation je m’étais retrouvée, et ce, bien malgré moi. Plusieurs ont même été très malhabiles en voulant manifester leur soutien. D’autres ont carrément disparu de ma vie. Je me suis vite rendu compte que la pauvreté rend la plupart des gens très mal à l’aise », se souvient-elle.

La résilience par l’écriture

Dans le cadre d’une démarche thérapeutique, Nicole a alors ressenti le besoin d’écrire ce qui lui arrivait. « J’ai voulu avant tout témoigner de ce que la pauvreté impose à ceux et celles qui la vivent au quotidien. En couchant sur papier certaines situations vécues, il m’est apparu que c’est surtout l’ignorance du phénomène qui pousse les gens à agir parfois durement ou à faire comme si de rien n’était. »

Après vérification auprès d’intervenants venant en aide à des personnes victimes de la pauvreté matérielle, Nicole a eu la confirmation que ses expériences personnelles étaient largement vécues par les plus démunis de la société.

En outre, malgré plusieurs périodes de désarroi et de découragement, Nicole a senti qu’une transformation intérieure était en cours et que cette lente remontée se devait d’être partagée avec ceux et celles qui vivent une situation similaire à la sienne. « J’ai éprouvé le besoin de témoigner du fait que oui, on peut grandir et évoluer même si on vit dans le dénuement. »

La préface du livre est écrite par Françoise David, co-porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin.

Heureux les pauvres? de Nicole Croteau.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>