Biquette sera au parc du Pélican dans un mois

Par -

Dix moutons vont élire domicile dans le parc du Pélican dès le 9 juillet. Ils quitteront leur domicile temporaire le 7 août 2016. Le protocole d’entente avec l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie sera approuvé ce soir lors du conseil d’Arrondissement. Le projet a aussi lancé une campagne de socio-financement pour acheter du matériel.

C’est l’organisme Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) qui s’occupera de la réalisation du projet pilote Biquette à Montréal.  L’Arrondissement autorise l’octroi d’une contribution financière de 5 000 $ pour ce projet.

Les responsables du projet cherchent donc du financement populaire sur le site de La Ruche en plus. 40 % du montant de 5000 $ a été collecté depuis le lancement le 31 mai.

Pour voir la vidéo de présentation des deux bergères

Dans le sommaire décisionnel du conseil du 6 juin, on peut lire que « l’activité d’éco-pâturage est pratiquée dans plusieurs villes européennes et américaines. Le pâturage urbain représente une façon alternative et écologique d’entretenir les espaces verts de la ville. Il permet également de créer un lieu rassembleur, favorisant, en milieu urbain, l’éducation et la sensibilisation citoyennes à l’environnement et au développement durable.»

On y rappelle que les instigatrices du projet pilote Biquette à Montréal sont deux bergères expérimentées et ont collaboré à plusieurs projets en agriculture urbaine. « De plus, l’organisme Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) qui chapeaute le projet est aussi responsable, depuis quelques années, de l’École d’été sur l’agriculture urbaine à Montréal. Le projet « Biquette à Montréal » a lieu en collaboration avec Anouk Préfontaine, propriétaire de la Ferme gastronomique chez Anouk , membre de l’UPA et détentrice d’un permis du MAPAQ pour l’élevage d’agneaux qui seront prêtés pour le pâturage. L’autorisation de l’Arrondissement est conditionnelle à la signature, avant la fin juin, d’un protocole d’entente avec « Biquette à Montréal ». L’Arrondissement se réserve le droit de retirer son autorisation si les conditions prévues au protocole d’entente n’étaient pas respectées.»

Le projet Biquette à Montréal comporte trois volets

-Pâturer : installation d’une petite bergerie et création de zones de pâturage pour un troupeau de dix agneaux pour une période d’un mois dans le parc du Pélican. Il est possible que le troupeau se déplace pour une journée dans le parc Rosemont.

-Éduquer : Création d’un espace de pédagogie citoyenne autour de l’agriculture urbaine avec les agneaux comme vitrine.

-Égayer : Création d’un lieu de rencontre avec l’agriculture qui stimule un rapprochement entre le rural et l’urbain. Les déplacements du troupeau seront effectués en utilisant un enclos mobile sur roues. Les pâturages temporaires seront réalisés à l’aide de filets amovibles et pliables. Pour la sécurité des agneaux la nuit, il y aura construction, sur un site prédéterminé au parc du Pélican, d’une petite bergerie urbaine fixe et fermée à clef d’une dimension de 8′ x 16′ pour contenir le troupeau, la paille, les abreuvoirs, le fourrage ainsi que les outils. Le fumier, amassé quotidiennement, sera collecté à des fins de compostage et pourrait être distribué aux jardins communautaires de l’Arrondissement.

« Biquette à Montréal veut créer un lieu rassembleur permettant la tenue d’ateliers d’éducation populaire, d’animations grand public et d’événements portant sur l’agriculture urbaine. La création d’un lieu pédagogique, ludique et participatif permettra de réunir les gens autour de certaines activités plus culturelles, folkloriques et patrimoniales comme les contes du berger, les méthodes traditionnelles du filage et tissage de la laine, etc. Les agneaux sont prêtés par l’éleveuse propriétaire de la Ferme gastronomique Chez Anouk et y seront retournés au terme du projet pilote.»

Outre l’aide financière l’Arrondissement apporte un soutien technique à Biquette à Montréal en autorisant l’accès sans frais à des lieux de pâturage soit le parc du Pélican, le parc Rosemont et la ruelle verte Basile Patenaude et en permettant la construction d’une bergerie au parc du Pélican.

Des réponses aux questions

Les responsables du projet ont préparé des réponses aux questions posées par les citoyens sur la page Facebook du projet. Nous reproduisons ici leurs réponses

– OÙ IRONT LES MOUTONS LA NUIT?
Les nouveaux locataires du parc Pélican pourront se reposer et dormir dans la bergerie fixe qui sera installée pour le temps du projet-pilote. Cette bergerie sera équipée d’une alarme, de détecteur de mouvement et d’une caméra. Ce sera comme une petite maison pour les moutons où ils seront en sécurité.

– QUEL EST LE DÉTAIL DE LA DIMENSION PÉDAGOGIQUE DE BIQUETTE À MONTRÉAL?
Notre objectif Éduquer passera par l’éducation populaire d’abord, c’est-à-dire que nous allons offrir des ateliers pour tous les citoyens et citoyennes, mais aussi pour les plus jeunes via les camps de jours et les CPE. Aussi, nous vous proposerons 4 soirées conférence/débat avec des invités issus du milieu de l’agriculture urbaine, paysanne, de l’apiculture urbaine, etc. Nous vous les dévoilerons bientôt! Enfin, nous prévoyons aussi rencontrer cet objectif en offrant deux soirées documentaires suivi d’une discussion.

– LES MOUTONS SERONT-ILS TOUJOURS SOUS SURVEILLANCE?
Les moutons seront effectivement TOUJOURS sous l’oeil attentif des deux bergères Marie-Ève et Laurence. En aucun moment ils ne seront laissés à eux-mêmes et sans surveillance. À l’œil expérimenté des bergères, nous tenons à spécifier qu’il y aura au moins toujours un.e bénévole avec nous.

– OÙ IRONT LES MOUTONS APRÈS LE PROJET-PILOTE?
Les agnelles retournent à la maison après et deviendront des mamans à leur tour! Idéalement, ce seront elles et/ou leurs agnelles qui reviendront en 2017! Parce que oui, notre projet est un projet-pilote et nous souhaitons pouvoir revenir tout l’été par la suite! Alors non, il n’est pas question de terminer avec un méchoui!

– QUELLES SERONT LES CONDITIONS DE VIE DE CES MOUTONS (LA QUESTION DU BIEN-ÊTRE ANIMAL!)?

Nous offrirons un environnement très stable à nos moutons, où ils auront amplement d’espace pour brouter, se reposer, ruminer, etc. Aussi, ils auront de l’ombre disponible à chaque espace de pâturage, de l’eau de bonne qualité et en quantité illimitée et un espace où ils pourront se réfugier s’ils ne veulent plus être en contact avec le public.

Il est important de s’exprimer ensemble lorsqu’il est question de biodiversité urbaine et de projets touchant les animaux. Nous travaillons dans ces domaines quotidiennement, avons l’expertise en agriculture urbaine, en tant que bergère donc avec les moutons et vous informons que le bien-être animal est notre priorité. L’objectif de ce projet est de sensibiliser justement au bien-être animal. Il n’est pas dans notre mission de convaincre des bienfaits du véganisme ni de promouvoir la consommation de viande, mais bien de sensibiliser les citoyens en milieu urbain des possibilités offertes en terme d’agriculture locale et durable, qu’elles soient animales ou végétales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>