Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 22 octobre
HomeVie de quartierComment sécuriser les sorties de ruelles?
Publicité

Comment sécuriser les sorties de ruelles?

L’accident qui a gravement blessé un enfant de 6 ans dans le Sud-Ouest (Il s’est fait frapper par un pick-up qui sortait d’une ruelle alors qu’il faisait du vélo sur le trottoir) a vivement fait réagir tous les parents (et l’ensemble des citoyens) qui se questionnent sur la sécurité des ruelles où de nombreux enfants jouent. Mais surtout les sorties alors que des enfants jouent sur le trottoir. Voici quelques informations et une entrevue avec le maire de Rosemont-La Petite-Patrie.

À lire aussi :

Pour lire tous nos articles au sujet des ruelles vertes

Plusieurs parents ont interpellé le maire de Rosemont-La Petite-Patrie François Croteau sur les réseaux sociaux lui demandant s’il allait emboiter le pas du Plateau-Mont-Royal qui a annoncé des dos d’âne himalayens.

Les réponses du maire Croteau

RueMasson.com a posé plusieurs questions à François Croteau sur les mesures mises en place dans l’Arrondissement pour sécuriser les ruelles vertes. Voici ses réponses dans une entrevue en vidéo.

Des ruelles fermées partiellement

Certaines ruelles sont fermées par des gros bacs à fleur. Photo : RueMasson.com

Certaines ruelles sont fermées par de gros bacs à fleurs. Photo : RueMasson.com

Dans l’Arrondissement, 45 ruelles ont une ou deux entrées qui sont bloquées par divers moyens. 9 ruelles s’ajouteront cette année. Pour pouvoir barrer une ou deux entrées de ruelles, les résidents doivent avoir entamé un processus de ruelle verte et la fermeture doit être entérinée par plus de 51 % des citoyens lors d’une consultation où au moins 75 % des citoyens de la ruelle doivent participer.

Les résidents et les services peuvent toujours accéder aux ruelles fermées partiellement, mais la circulation de transit y est ainsi impossible.

Pour fermer totalement une ruelle, il faut que 100 % des résidents soient en accord. Peu de ruelles sont totalement inaccessibles aux automobiles. Il en existe une dans le quadrilatère De Lorimier, Dandurand, Papineau, des Carrières.

Certaines ruelles sont fermées par des aménagements. Photo : RueMasson.com

Certaines ruelles sont fermées par des aménagements. Photo : RueMasson.com

L’interdiction d’utiliser les ruelles comme voie de transit

En effet l’article 14 du règlement R.R.V.M, c. C-41 sur la circulation et le stationnement à l’égard de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie interdit au conducteur d’un véhicule routier de circuler dans une ruelle pour passer d’une rue à l’autre. Il est aussi interdit d’y stationner. On peut seulement utiliser les ruelles en automobile pour accéder aux cours arrière des résidences.

 

Latest comments

  • Les ruelles devraient être utiliser que pour les nécessités( travaux, urgence, livraison). Les gens ne devraient pas pouvoir stationner dans leur terrains arrières. Ce ne sont pas des stationnements, mais bel et bien des cours. Pourquoi stationner en arrière lorsqu’il y a des places disponibles sur les rues avoisinantes. Stationner dans les cours arrières est un privilège et non une nécessité. Des permis de stationnements ou des taxes supplémentaires devraient être obligatoires pour les gens qui veulent utiliser leurs cours arrière comme terrain de stationnement. Les revenus de ces taxes pourraient servir à l’aménagement et pour rendre les ruelles plus sécuritaires. Redonnons aux enfants et citoyens des espaces verts, ça c’est la priorité que notre maire devrait avoir envers ses citoyens. Mais si vous ne voulez pas vous mettre quelques citoyens à dos, il y a des solutions pour sécuriser les ruelles, installer des miroirs aux coins des ruelles et interdire le stationnement aux abords des ruelles. Par contre l’idéal comme mentionné plus haut, redonner les ruelles aux enfants.

  • Bonjour Lili,
    Je suis piéton, cycliste et automobiliste qui utilise aussi un garage dans la cours arrière pour stationner l’auto.
    En réponse à la question de l’article portant sur la sécurité, je crois qu’un dos d’âne aux deux extrémités ferait l’affaire.
    En ce qui concerne votre solution de taxer ceux qui y stationnent leurs autos, comme il n’y a pas assez de place sur les rues, les gens payeront ces taxes et le problème de sécurité ne serait pas régler.
    Je suis un propriétaire d’un triplex qui contribue sa communauté pour 5 700 $ de taxe par an. Si des propriétaires de maison ne peuvent plus utiliser la ruelle puis autre chose qui finiront par arriver. Il n’y aura plus de propriétaire de maison avec des enfants pour jouer dans la ruelle, mais des condos qui les remplaceront et il y aura moins d’enfants pour jouer dans la ruelle.
    Alors un peu de tolérance et moins de frustration, ce qui permettra de trouver des solutions harmonisées avec nos modes de vie et la sécurité de tous. J’ai vécu mon enfance dans une ruelle avec des autos, camions de vidange et d’huile qui y passaient régulièrement, nos parents étaient capables de nous éduquer à faire attention au lieu de nous aseptiser avec des solutions bidon!
    Cordialement

leave a comment

Publicité