Aux chauffeurs d’automobiles : ne soyez pas léger de cervelle!

Par -

Si vous êtes léger de cervelle, vous pourriez estropier femmes, enfants et vieillards indique la chronique automobilisme du journal La Patrie. Il y a 100 ans aujourd’hui, dans l’édition du 24 décembre 1915, on fait appel à l’honneur et à la décence publique pour rappeler aux chauffeurs de bien se tenir derrière leur volant.

En 1915, voilà une quinzaine d’années déjà que Ucal-Henri Dandurand a roulé avec la première voiture dans les rues de Montréal. La sécurité dans les rues en inquiète plus d’un et les accidents sont nombreux.

« En 1912, on compte 12 décès pour la Ville de Montréal et le nombre ne cesse d’augmenter jusqu’en 1931, année où l’on en compte 128.» – Archives de Montréal

Danger! : conseils aux chauffeurs

Le texte est intitulé « Danger! ». On s’adresse au chauffeur d’automobile en ce début de saison hivernale.

  • « Ami, j’ai confiance en toi, à ta sobriété, à ton jugement, à ton sens des responsabilités. »
  • « Si tu étais léger de cervelle, tu pourrais les blesser, les estropier, me les tuer. » [les enfants, les femmes, les vieillards]
  • « Quand il s’installe à son volant, il sait sa machine par coeur: il est sûr que le mécanisme est en ordre et fonctionne bien. »
  • « Toujours la prudence régie sa course.»
  • « Ce n’est pas qu’il s’agisse de faire faire la tortue à son auto, mais encore faut-il que le chauffeur se conduise et conduise comme un être raisonnable, maître de lui-même, parfaitement.»
  • « Jamais le chauffeur ne doit céder à la griserie de la vitesse.»
  • « L’oeil sans cesse ouvert, il s’aura s’arrêter à point, plus tôt que trop tard.»

Le chroniqueur souhaite que les règles les plus élémentaires de prudence soient mieux suivies pour diminuer le nombre d’accidents.

« Les piétons coudoyés, rencontrés, dépassés par les heureux automobilistes, les envieraient peut-être, mais ne les redouteraient jamais. » – Chronique automobilisme, La Patrie du 24 décembre 1915

 

Nombre de voitures à Montréal

  • 1904 = 48 voitures
  • 1905 = 102 voitures
  • 1907 = 162 voitures
  • 1915 = plus de 4000 voitures
  • 1920 = 13 000 voitures

Chiffres des archives de la Ville de Montréal

Nouvelle Chevrolet et une voiture électrique à 3000 $

La chronique aborde plusieurs autres sujets pratiques pour les automobiliste : comment supprimer le frottement des freins et s’assurer de la fluidité de l’huile à moteur pour l’hiver.

On y mentionne l’arrivage des nouvelles Chevrolet, vendues 700$ à Montréal ainsi que d’une douzaine de Detroit Electric. Oui, il s’agit bel et bien d’une voiture électrique en 1915.  On indique que c’est « sans contredit la voiture par excellence pour la saison d’hiver […] la gelée n’affecte certainement pas l’eau, ni la gazoline » puisque c’est une voiture électrique. Elle est cher! Elle coûte 3000 $ et a un habitacle fermé.

On annonce également la tenue de l’exposition d’automobiles de 1916 à Montréal à la fin janvier. « On dit que cette exposition brisera tous les records en fait d’assistance…»

 

Photo de la une : Ucal-Henri Dandurand et sa voiture De Dion-Bouton, entre 1903 et 1912, Archives de Montréal, VM94-P220, sous licence Creative Commons

1 commentaire à Aux chauffeurs d’automobiles : ne soyez pas léger de cervelle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>