Rosemont veut encourager l’économie collaborative [MàJ]

Par -

Vous utilisez des applications comme Prkair ou TwiZimo pour louer votre stationnement ou votre sous-sol comme espace d’entreposage? Vous contrevenez probablement à la règlementation de l’arrondissement qui est floue à ce sujet.  Mais plus pour très longtemps. Rosemont-La Petite-Patrie entend moderniser sa réglementation afin de favoriser ce genre d’activités issues de l’économie de collaboration.

L’économie de collaboration est l’idée de mettre à la disposition d’autres personnes ce que l’on n’utilise pas, un coin de son sous-sol, son garage, son espace de stationnement privé ou un bout de son terrain pour des gens qui voudraient cultiver. Avec les téléphones intelligents, il devient facile avec des applications efficaces de voir en temps réel quel espace de stationnement est disponible dans le secteur où l’on se trouve.

« Le cas typique c’est l’entrée de garage. Quand je m’en vais travailler le matin ou quand je pars pour aller en visite, le stationnement demeure là et il est non utilisé. Est-ce qu’il pourrait servir à quelqu’un d’autre à ce moment-là?» – Guillaume Lavoie, conseiller de Marie-Victorin

Guillaume Lavoie ne s’en cache pas, il veut faire de Rosemont-La Petite-Patrie un leader dans l’économie de collaboration. Il s’intéresse à cette nouvelle forme d’économie depuis plus d’un an déjà. Il remarque que les règlements municipaux inadaptés à cette réalité préoccupent les jeunes entrepreneurs qui lancent leur plate-forme dans ce domaine.

« Comme toujours, l’innovation nécessite un exercice de réflexion parce que nos règlements ont été construits pour un monde qui était différent de celui d’aujourd’hui. Si on ne fait rien, nos règlements deviennent inopérants, inefficaces ou inadaptés. Ce n’est pas ça qu’on veut » – Guillaume Lavoie

Bien sûr, la participation est totalement libre et volontaire a-t-il répété. «On veut seulement permettre aux gens de le faire sans contrevenir à la règlementation.»

Usage unique? Ou comment repenser le zonage

Actuellement, chaque portion de l’Arrondissement est découpée en zonage : industriel, commercial, institutionnel ou résidentiel.

Mais si une personne se met à louer son stationnement, elle en fait un usage commercial. Elle contrevient ainsi à la règlementation de l’arrondissement.

L’idée globale de la modification du règlement serait de garder un usage principal tout en permettant un usage accessoire.

« Dans la pratique, nous voulons nous assurer que l’usage accessoire ou complémentaire ne vienne jamais en contradiction avec la nature première de l’usage principal», dit Guillaume Lavoie.

Il n’est pas question de demander aux résidents des permis s’ils veulent se lancer dans l’économie collaborative. « On ne veut pas créer de lourdeur administrative », a indiqué le maire de l’arrondissement François W. Croteau.

L’opposition n’est pas mise au courant

« Je ne peux pas faire de commentaires sur le changement de règlement. Le maire a éliminé tout espace de discussion avec les élus [qui ne sont pas de son parti] alors je n’ai aucune idée en quoi cela consiste» – Érika Duchesne, candidate indépendante du Vieux-Rosemont

Elle se dit toutefois favorable à l’émergence de l’économie collaborative. «C’est un incontournable. Il faut commencer à adopter des lois et règlements dans ce sens.»

Elle a demandé ce matin qu’on lui fasse une présentation sur ce projet avant l’adoption du règlement afin de pouvoir voter en connaissance de cause. Lundi 7 décembre, lors du Conseil d’arrondissement, il n’y aura qu’un avis de motion concernant ce changement de règlementation, ce qui ne nécessite pas de vote pour le moment.

Nous aurons les commentaires du conseiller Marc-André Gadoury de l’Équipe Coderre un peu plus tard cet après-midi.

[MàJ] Marc-André Gadoury n’était pas non plus au courant des visées de l’Arrondissement. « Je l’ai appris en lisant La Presse Affaires samedi dernier. Je n’ai pas eu d’information à ce sujet à l’interne. Vous en savez probablement plus que moi à ce sujet», a-t-il répondu à la journaliste qui l’interrogeait.

Il a appris mardi soir qu’un avis de motion pour le changement au règlement était à l’ordre du jour au Conseil d’arrondissement du 7 décembre 2015.

Un modèle d’économie prisée en ville

« Comme de nombreux autres citoyens, les Québécois sont séduits par l’économie du partage ou collaborative et utilisent de plus en plus ces nouveaux services » a déclaré Fabien Durif, professeur au Département de marketing de l’ESG UQAM dans un communiqué la semaine dernière, lors de la publication du Baromètre de la consommation responsable au Québec 2015.

On y mentionnait que la consommation collaborative est pratiquée en majorité par des jeunes (près du 2/3 ont moins de 44 ans), le plus souvent des hommes. 40 % vivent à Montréal.

Photo de la une : Guillaume Lavoie, conseiller du district Marie-Victorin, crédit photo RueMasson.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>