Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
lundi le 14 octobre
HomeVie de quartierBâtiments abandonnés dans Angus : un projet domiciliaire qui n’a jamais levé
Publicité

Bâtiments abandonnés dans Angus : un projet domiciliaire qui n’a jamais levé

Les anciens bâtiments de Solotech dans Angus sont vides depuis quelques années. Depuis ils sont abandonnés et des jeunes ont réussi à y entrer et y jouent des jeux dangereux. Voici le troisième article de notre dossier sur un projet domiciliaire qui n’a jamais levé.

Lire les premiers articles du dossier

Un squat dans Angus? (MÀJ

Bâtiments abandonnés dans Angus : « On s’y défoule, on fait des feux avec de l’essence »

Le projet domiciliaire prévu sur ce terrain en 2012, Angus Nord, a fait patate et a été abandonné par le promoteur qui tenterait de le vendre selon plusieurs sources. 300 logements, répartis dans deux nouveaux bâtiments présentant des volumes dont la hauteur varie de 4 à 6 étages devaient être construits.

On y prévoyait des condos et des maisons de ville dont les prix allait de 200 000$ à 750 000 $. Le projet était réalisé par Atelier Chaloub Beaulieu Architectes. Trop cher selon plusieurs alors que le projet voisin de Angus-Mont-Royal se mettait en branle en même temps et offrait des prix plus bas.

Le projet de Angus Nord était à saveur écologique et avait même passé l’étape de l’obtention des permis lors du conseil d’Arrondissement du 7 novembre 2011. Une assemblée publique de consultation s’était tenue le 19 octobre 2011. Le promoteur avait accepté de mettre sur pied un comité de bon voisinage composé de ses représentants et de propriétaires riverains, dont un représentant du centre de la petite-enfance « Cœurs de l’île ». 

Second projet de résolution autorisant la démolition du bâtiment situé au 4820, 4e Avenue, et la construction et l’occupation d’un ensemble résidentiel sur ces lots, en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

Les bâtiments devaient être démolis et le permis avait été émis lors du même conseil. Rien n’a été fait. C’est qu’une démolition coûte cher. Certains parlent de plusieurs millions de dollars.

Ce terrain est la propriété du Consortium Angus S.E.C composé de plusieurs propriétaires : le Groupe Cholette, Investissements Immobiliers LG, Société en commandite, Gestion Thap Inc. et 9181-5001 Québec inc dont le premier actionnaire est Groupe Cholette-Morency Inc.

En vain, nous avons essayé de contacter le groupe Cholette et laissé un message à Philippe Cholette qui ne nous a pas rappelé. Nos autres appels sont restés sans réponse.

Sur la page Facebook du groupe Cholette, un onglet Angus Nord est encore visible.

angusnord

Les bâtiments a été construit en 1962 et sont évalués à 2,3 millions en 2015. En 2013, le tout était évalué 2,7 millions. Évidemment, le terrain a beaucoup plus de valeur.

Les taxes étaient de presque 19 000 $ pour 2014 et de plus de 100 000 $ en 2013, selon les registres fonciers.

Article sur le projet : un projet de 300 logements dans Angus

Résolution du 7 novembre 2011 du Conseil d’Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie

Adoption – Second projet de résolution autorisant la démolition du bâtiment situé au 4820, 4e Avenue, et la construction et l’occupation d’un ensemble résidentiel sur ces lots, en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie (RCA-8)

Il est proposé par François W. Croteau appuyé par Pierre Lampron Et résolu : D’adopter, avec modification, tel que soumis, un second projet de résolution visant à autoriser la démolition d’un bâtiment situé au 4820, 4e Avenue et la construction et l’occupation d’un ensemble résidentiel sur les lots 3 361 976, 3 13/27 361 992, 3 362 017 et 3 362 018, en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie (RCA-8).

SECTION I TERRITOIRE D’APPLICATION 1. Le présent second projet de résolution s’applique au territoire formé des lots 3 361 976, 3 361 992, 3 362 017 et 3 362 018, du cadastre du Québec tel qu’illustré au plan joint en annexe A de ce projet de résolution, lequel constitue l’annexe 291 aux procès-verbaux du conseil d’arrondissement pour l’année 2011.

SECTION II AUTORISATIONS 2. Malgré la réglementation d’urbanisme applicable au territoire décrit à l’article 1, la démolition du bâtiment situé au 4820, 4e Avenue ainsi que la construction et l’occupation d’un ensemble résidentiel sont autorisés aux conditions prévues à la présente résolution. À ces fins, il est notamment permis de déroger aux articles 8 à 10, 24 à 28, 40, 41, 46, 52 à 66, 69, 71 à 75, 81, 87, 121 566 et 671 du Règlement d’urbanisme de l’arrondissement Rosemont—Petite-Patrie (01-279). Toute autre disposition réglementaire non incompatible avec celles prévues à la présente résolution s’applique.

SECTION III CONDITIONS LIÉES À LA DÉMOLITION 3. La démolition du bâtiment identifié par le numéro 4820, 4e Avenue, est autorisée. Celle-ci doit être effectuée conformément à l’article 5.1 du Règlement régissant la démolition d’immeubles (RCA-6). 4. La demande d’autorisation de démolition doit être déposée en même temps que la première demande de permis de construction. 5. L’autorisation de démolition, une fois délivrée par le directeur de l’aménagement urbain et des services aux entreprises ou son représentant, est valide pour une durée de 24 mois. 6. Si les travaux de construction conformes à la présente résolution et aux autres dispositions de zonage ne débutent pas dans les 6 mois suivants la fin des travaux de démolition du bâtiment principal, le terrain doit être remblayé, nivelé et gazonné.

SECTION IV CONDITIONS LIÉES À LA DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION 7. Une demande d’approbation d’opération cadastrale visant l’ensemble du territoire décrit à l’annexe A doit être déposée lors de la première demande de permis de construction. 8. Toute demande de permis relative à une construction autorisée en vertu du présent règlement doit être accompagnée d’un plan d’aménagement paysager préparé par un professionnel reconnu dans ce domaine et prévoyant, pour chacune des phases, le nombre, les variétés et les dimensions des arbres devant être plantés sur le site. SOUS-SECTION 1 CADRE BÂTI 9. Le taux d’implantation maximal est de 55 %. Sur un terrain de coin, ce taux ne peut être multiplié par 1,2. 10. L’indice de superficie de plancher minimal est de 2,0. 11. L’indice de superficie de plancher maximal est de 3,5. 14/27 Séance ordinaire du conseil d’arrondissement du lundi 7 novembre 2011 à 19 h 12. L’alignement de construction est établi conformément à la section VII du présent règlement. 13. La marge latérale doit être d’un minimum de 3 m. 14. La marge arrière doit être d’un minimum de 4 m.

SOUS-SECTION 2 ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE ET CONSTRUCTION HORS TOIT 15. Un cabinet hors sol abritant un équipement électrique ou de télécommunication ne doit pas être visible d’une voie publique adjacente au bâtiment et doit, à cette fin, respecter les conditions suivantes : 1° être masqué par un mur; 2° le cabinet hors sol et le mur ne sont pas situés dans une cour avant; 3° le cabinet hors sol et le mur sont situés au niveau du sol; 4° la hauteur maximale du cabinet hors sol et du mur est de 1,9 m; 5° le traitement du mur est similaire à celui de la partie du bâtiment la plus près de ce mur; 6° le mur est caché derrière une plantation d’arbustes. 16. Tout équipement mécanique installé au niveau d’un toit doit être est complètement dissimulé derrière un écran. Cet écran ne peut dépasser de plus de 2 m le toit sur lequel l’équipement est installé

SOUS-SECTION 3 USAGES ET STATIONNEMENT 17. Seuls les usages suivants sont autorisés : 1° de la famille habitation : a) habitation de 36 logements et plus; b) résidence collective. 2° de la famille équipements collectifs et institutionnels : a) activité communautaire et socioculturelle. 18. Aucun stationnement extérieur n’est autorisé.

SOUS-SECTION 4 CONDITIONS SPÉCIFIQUES AUX DIFFÉRENTS EMPLACEMENTS 19. La hauteur en mètres et en étages d’un bâtiment situé dans l’emplacement identifié par le numéro 1 doit être comprise entre 3 et 4 étages sans excéder une hauteur de 13 mètres. 20. La hauteur en mètres et en étages d’un bâtiment situé dans l’emplacement identifié par le numéro 2 doit être comprise entre 3 et 4 étages sans excéder une hauteur de 16 mètres, incluant une construction hors toit abritant une partie d’un logement. 21. La hauteur en mètres et en étages d’un bâtiment situé dans l’emplacement identifié par le numéro 3 doit être comprise entre 4 et 5 étages sans excéder une hauteur de 19 mètres, incluant une construction hors toit abritant une partie d’un logement. 22. La hauteur en mètres et en étages d’un bâtiment situé dans l’emplacement identifié par le numéro 4 doit être comprise entre 5 et 6 étages sans excéder une hauteur de 22 mètres, incluant une construction hors toit abritant une partie d’un logement. 23. La hauteur en mètres et en étages d’un bâtiment situé dans l’emplacement identifié par le numéro 5 doit être comprise entre 5 et 6 étages sans excéder une hauteur de 22 mètres incluant une construction hors toit abritant une partie d’un logement. 15/27 24. Le nombre minimal d’unités de stationnement exigé dans l’emplacement identifié par le numéro 5 est de 1 unité par groupe de 5 logements.

SECTION V AMÉNAGEMENT, ARCHITECTURE ET DESIGN 25. Toute demande de permis de construction, d’agrandissement ou de transformation d’un bâtiment ainsi que d’aménagement paysager d’un terrain, visée par le présent règlement, doit être approuvée conformément au titre VIII du Règlement d’urbanisme de l’arrondissement Rosemont—Petite-Patrie (01-279), selon les objectifs et critères suivants : 1° l’alignement de construction, l’implantation au sol, la volumétrie et le traitement architectural d’un bâtiment ainsi que l’aménagement des espaces libres doivent respecter le caractère général des constructions et des aménagements illustrés aux plans de l’annexe B; 2° l’expression architecturale doit être sobre et d’esprit contemporain; 3° le traitement architectural du rez-de-chaussée d’un bâtiment doit contribuer à créer un socle au volume, à moduler les façades verticalement et à introduire une rythmique distincte; 4° le fenêtrage des logements encadrant le jardin central doit être généreux en nombre et en dimension; 5° une élévation secondaire, principalement celle donnant sur la rue Gilford, au nord du site ainsi que sur la 4e Avenue, doit présenter un pourcentage plus élevé de maçonnerie; 6° les matériaux de revêtement doivent présenter des qualités de durabilité; 7° le volume d’une construction hors toit doit s’intégrer aux volumes du bâtiment sur lequel il est implanté et les matériaux apparents d’une construction hors toit doivent contribuer à son intégration architecturale au bâtiment et atténuer sa visibilité; 8° accentuer le couronnement d’une construction hors toit abritant une partie d’un logement; 9° l’emplacement d’un élément technique tel qu’une chambre annexe, un espace de cueillette de déchets et de matières recyclables doit être accessible et discret; 10° l’emplacement d’un accès véhiculaire à un garage en sous-sol et son aménagement paysager doivent limiter sa visibilité; 11° une grille de ventilation ou une sortie d’air doit être intégrée à l’intérieur d’une loggia ou d’un balcon, sous le niveau du garde-corps, de manière à être non visible en façade; 12° le traitement architectural d’un bâtiment en front de la 2e Avenue, de la rue Gilford et des passages piétonniers doit être traitée comme une façade principale et contribuer à son animation; 13° le rez-de-chaussée d’un bâtiment doit favoriser l’accès universel à l’extérieur du bâtiment sans recourir à des rampes ou à tout système mécanique; 14° la présence de balcons ou de loggias aux étages est favorisée de façon à contribuer à l’animation des façades le long des rues; 15° la composition d’une façade doit exprimer les différentes typologies de logements; 16° le fenêtrage doit être généreux en nombre et en dimension; 17° l’emplacement et la conception de l’entrée d’un bâtiment doivent rendre celle-ci visible de la voie publique; 16/27 Séance ordinaire du conseil d’arrondissement du lundi 7 novembre 2011 à 19 h 18° l’aménagement paysager doit contribuer à l’unité du projet par le traitement des accès aux bâtiments, l’aménagement des cours, le choix du mobilier urbain et le type d’éclairage; 19° l’implantation d’un bâtiment doit permettre, dans l’emprise de la voie publique, la plantation d’arbres qui ont une ramure importante; 20° la conception d’un bâtiment doit favoriser l’aménagement paysager des toits terrasses accessibles depuis les espaces intérieurs adjacents; 21° l’aménagement paysager d’une cour avant doit contribuer à la mise en valeur de l’entrée d’un bâtiment.

SECTION VI GARANTIE BANCAIRE 26. La délivrance d’un permis de construction d’un bâtiment visé par le présent règlement est conditionnelle au dépôt d’une garantie bancaire irrévocable au montant de 100 000 $, émise par une institution financière dûment autorisée. 27. La garantie visée à l’article 26 doit demeurer en vigueur jusqu’à ce que les travaux visés au permis de construction soient complétés. 28. Si les travaux ne sont pas réalisés conformément au présent règlement, la Ville peut réaliser la garantie.

SECTION VII DÉLAI DE RÉALISATION 29. Les travaux de construction visés par le présent règlement doivent débuter dans les 60 mois suivant l’entrée en vigueur du présent règlement. En cas de non-respect du premier alinéa, l’autorisation prévue au présent règlement est nulle et sans effet. 29. Un aménagement paysager prévu pour l’emplacement pour lequel un permis de construction est délivré doit être complété dans les 12 mois suivant la fin des travaux de construction autorisés par le permis. Un aménagement paysager visé au premier alinéa doit être maintenu en bon état et remplacé au besoin.

SECTION VIII DISPOSITION PÉNALE 30. Quiconque occupe ou utilise une partie de lot, un lot, un terrain ou une construction, en autorise l’occupation ou l’utilisation, ou érige ou permet l’érection d’une construction, la démolit ou en permet la démolition, la transforme ou en permet la transformation en contravention de l’une des dispositions du présent règlement ou contrevient à l’une des dispositions du présent règlement, commet une infraction et est passible de la pénalité prévue à l’article 679 du Règlement d’urbanisme de l’arrondissement Rosemont—Petite-Patrie (01-279). —————————————-

ANNEXE A PLAN DU « TERRITOIRE D’APPLICATION » ANNEXE B PLANS NUMÉROTÉS 11, 13, 17, 21, 23 à 25, 35 à 45, PRÉPARÉS PAR ATELIER CHALOUB + BEAULIEU, ARCHITECTE, ET LE GROUPE SÉGUIN LACASSE, ARCHITECTES PAYSAGISTES, ESTAMPILLÉS PAR LA DIRECTION DE L’AMÉNAGEMENT URBAIN ET DES SERVICES AUX 17/27 ENTREPRISES DE L’ARRONDISSEMENT DE ROSEMONT-LA-PETITEPATRIE LE 13 SEPTEMBRE 2011.

À la suite de l’assemblée publique de consultation tenue le 19 octobre 2011, le promoteur, le Groupe Cholette, a accepté de mettre sur pied un comité de bon voisinage composé de ses représentants et de propriétaires riverains, dont un représentant du centre de la petite-enfance « Cœurs de l’île ». Ce projet est susceptible d’approbation référendaire. Adoptée à l’unanimité. 1110963045

Latest comment

  • Quand je vois le résultat du « projet voisin beaucoup moins cher » je me dis que l’arrondissement acepte n’importe quoi. La place Chassé devrait être renommée la place Tassée tellement c’est dense en plus d’un esthétisme douteux avec ce mélange de matériaux et de couleurs. Les cours arrières des maisons de ville rejoignent presque les entrées des condos, pas d’intimité, pas de milieu de vie. Personne ne quittera la banlieue pour ce genre de développement. Mais cela doit rapporter beaucoup de taxes et c’est sans doute la priorité de l’arrondissement.

leave a comment

Publicité