Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 11 juin
HomePolitiqueLe parti conservateur expulse son candidat de Rosemont-La Petite-Patrie
Publicité

Le parti conservateur expulse son candidat de Rosemont-La Petite-Patrie

Le parti conservateur du Canada a remercié son candidat de Rosemont-La Petite-Patrie pour les prochaines élections fédérales du 19 octobre en raison de propos sexistes.

Gilles Guibord a écrit « Pour être juste, il serait mieux de parler d’autorité de l’homme sur la femme que de supériorité » avait-il écrit sous une chronique de Sophie Durocher.

Gilles Guibord est très actif sur Twitter, mais muet depuis hier. Il avait souligné qu’il était la voix de la majorité silencieuse de Rosemont-La Petite-Patrie il y a quelques semaines.

Un blogue anglophone a répertorié ses propos envers les femmes, les autochtones et les immigrants.

Gilles Guibord avait été candidat aux élections provinciales de 2012 dans la circonscription de Gouin pour le parti Unité national. RueMasson.com l’avait rencontré pour une entrevue lors de la campagne. 

Il disait avoir choisi l’Unité nationale, l’ancien Parti démocratie chrétienne du Québec notamment parce qu’il est catholique pratiquant. Le parti a changé de nom en juin 2012. « Il faut porter un nom qui attire, non un nom qui repousse. Dans notre culture, mélanger la religion et la politique, ça ne passe pas », disait celui qui prône la séparation de l’Église et de l’État.

Le Journal de Québec a aussi répertorié quelques propos sexistes de l’ex-candidat conservateur.

Ce n’est pas la première fois que Gilles Guibord fait la manchette. Plus tôt cet été, on questionnait le parti conservateur sur ses différents changements d’allégeances.

Il avait milité pour le Mouvement Souveraineté-Association de René Lévesque dans les années 1960 puis pour le Parti québécois. Il a été le président fondateur du Bloc québécois dans la circonscription Argenteuil-Papineau-Mirabel. En 1995, il se présente sous la bannière de l’Action démocratique du Québec (ADQ) dans Bourassa. En 2012, il n’a pas voulu joindre les rangs de la Coalition avenir Québec (CAQ). Il n’adhérait pas à leurs idées sur l’éducation et la santé. « Ils ne vont pas assez loin », disait-il en 2012 lors d’une entrevue.

Latest comments

  • Bon débarras!

  • On ne peut s’attendre à autre chose venant de la part d’un candidat qui représente un parti tout droit sorti des années cinquante.

leave a comment

Publicité