Publicité non-autorisée dans le parc du Pélican

Par -

Alors que le Plateau-Mont-Royal partait en guerre contre la publicité illégale dans ses parcs, Rosemont-La Petite-Patrie indique que ce n’est pas plus autorisé dans les parcs rosemontois.

Des petites affiches de MUV Condos sont apparues à plusieurs endroits dans le parc du Pélican pour indiquer l’endroit des bureaux de vente. Des publicités non autorisées par l’Arrondissement et donc illégales.

Le chargé de communication de l’Arrondissement, Serge Fortin, nous a confirmé que ces publicités n’avaient pas été autorisées et que MUV Condos n’avait pas payé pour les installer. Il a ajouté qu’un inspecteur de l’Arrondissement irait vérifier sur place.

Du côté de MUV Condos, on nous indique que ce n’est pas de la publicité, mais une indication où sont les bureaux étant donné les travaux qui s’éternisent depuis des mois sur la rue Molson.

« Nous sommes une entreprise, c’est pour indiquer à nos clients que nous ne sommes pas fermés, ce n’est pas un caprice, ce n’est pas de la publicité, nous n’avons pas besoin de la faire ainsi, nous nous la payons dans les médias et ailleurs. C’est désolant que la ville ne comprenne pas. Ces affiches ont été placées dernièrement à quelques endroits stratégiques du secteur immédiat dans un seul but d’indiquer à notre clientèle à l’aide de flèches le chemin à prendre pour se rendre à notre bureau des ventes afin de contourner la fermeture de la rue, nos représentants du bureau des ventes les déplacent constamment pour faire passer nos clients. On paye des taxes, on est de bons citoyens corporatifs », explique Johanne Carrier de Map développement qui s’occupe du projet de MUV condos.

Pour le maire de Rosemont-La Petite-Patrie François Croteau, publicité ou panneaux d’indication ne changent rien. « C’est interdit et c’est inacceptable. Il y a une manière de procéder, c’est de demander la permission. Mais je tiens à aviser les gens qui seraient intéressés, si on veut mettre de la publicité dans un parc, la réponse est non », souligne le maire.

Même des panneaux indicateurs? « C’est le domaine public, qu’ils mettent ça sur leur terrain. Ils n’ont pas d’affaire à le mettre sur le domaine public, ils n’ont pas le droit, c’est une infraction et je n’ai pas envie de voir ce type d’envahissement publicitaire sur les terrains de la ville, surtout pas dans un parc », ajoute François Croteau.

Le maire du Plateau-Mont-Royal s’était insurgé des publicités de Desjardins qui avaient été installées sans autorisation dans le parc Laurier. La Presse nous apprenait que Desjardins comptait récidiver. Un non-sens selon le spécialiste Jean-Jacques Stréliski.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>