Pourquoi faire un tirage moitié-moitié quand on peut faire un concert-boucane?

Par -

Quand les temps sont durs, il faut être imaginatif pour financer toute une équipe de hockey. En ces lendemains de crash boursier, le club « Idéal de Rosemont » organise rien de moins qu’un Concert-Boucane pour remplir les coffres de l’équipe! Voici un aperçu du programme de cette soirée bénéfice datant de 1930, retrouvé dans les archives de la Société d’histoire Rosemont-Petite-Patrie.

Un concert-boucane, qu’est-ce que c’est? On l’explique sommairement dans le programme de la soirée du 1er mars 1930.

« Enfin le fameux concours de cendre de cigar [sic]. Celui qui aura réussi à garder la plus longue cendre au bout de son cigar [sic] recevra un magnifique prix.»

Pour cette soirée, on promet des «rafraichissements gratis», une « exhibition de dopé jamais vu à Montréal» (on se demande encore ce que ça peut être…), l’orchestre Merry Vagabond, et les chanteurs bien connus Armant Parant et G. Lanthier.

« Holà les amis, c’est ici que l’on s’amuse ce soir. Il y a des rafraîchissements, concours, chanteurs, musiciens, comédiens et tabac. Ce sera certainement une journée mémorable pour les amis.»

L’Idéal de Rosemont, le club du quartier

L’Idéal de Rosemont joue dans la ligue des Patins Starr du Parc Lafontaine. Durant la saison 1929-1930, sa cinquième dans la ligue, il s’est classé bon deuxième.

Le meilleur scoreur de la ligue du Parc Lafontaine est Jean Boursier du club Idéal et le gardien, Julien Beaudry, le Patrick Roy du club, n’a jamais accordé plus de deux buts à l’adversaire.

On peut aussi présumer que l’Idéal a sa propre version des frères Hanson avec les frères Filiatreault : «Les deux frères Filiatrault […] furent une barrière en ciment et leurs adversaires s’en aperçurent en s’étendant plusieurs fois sur la glace.»

« Ce soir M. l’Échevin J. N. Drummond et M. le député C. Robitaille nous ont promis d’assister au Concert-Boucane. La direction remercie ces deux hommes pour leurs services rendus pendant l’hiver.»

Nous avons déjà écrit un article sur John Newton Drummond, le premier échevin de Rosemont.

Les faits saillants de l’Idéal, saison 1929-1930

  • « Julien Beaudry fut épatant dans les buts cette année il a sauvé plusieurs fois la défaite à son club.»
  • « Gérard Paquet et John Graham furent une barrière infranchissable sur la défense.»
  • « Jean Boursier au centre fut le plus gros scoreur du club.»
  • « Adrien Lamoureux et Victor Major firent du beau travail sur les ailes.»
  • « Joseph Grenier et Lucien Paquette firent de belles montrées et aidèrent beaucoup aux victoires de l’Idéal.»
  • «Les deux frères Filiatrault aussi sur la défence [sic] furent une barrière en ciment et leurs adversaires s’en aperçurent en s’étendant plusieurs fois sur la glace.»
  • « Daniel Berthelet par son lancé dangereux ébranla plusieurs fois le gardien de but adversaire.»
  • « René Boulet par ses courses en zig-zag sur la glace souleva plus d’une fois l’enthousiasme de la foule.»

La soirée s’est tenu à la Salle Malo, située au 5287, 3e Avenue à Montréal (entre Masson et Laurier).

 

Feuilletez le programme de la soirée du 1er mars 1930

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>