Quatre édifices au passé singulier

Par -

Découvrez quatre vieux bâtiments, toujours existants, qui ont été des lieux ouvriers significatifs dans le quartier.

1-Sanatorium Saint-Joseph de Rosemont

Sanatorium Saint-Joseph de Rosemont Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Sanatorium Saint-Joseph de Rosemont
Collection de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

 

Année de construction : 1950
Adresse : 5689, boulevard Rosemont, entre les rues L’Assomption et Dickson
Usage d’origine : sanatorium pour les tuberculeux
Actuellement : Pavillon Rosemont de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Plus d’infos dans notre article : « L’est de Rosemont, un endroit paisible et aéré pour construire un sanatorium »

 

2- Fabrique de la General Cigar Company

Édifice du Centre de conservation de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Crédit : RueMasson.com/LisaMarie Noël

Édifice du Centre de conservation de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
Crédit : RueMasson.com/LisaMarie Noël

 

Année de construction : 1948
Adresse : 2275, rue Holt, au coin de la rue Fullum
Usage d’origine : usine à cigares
Actuellement : Centre de conservation de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Plus d’infos dans notre article : « Fraîcheur du tabac et préservation des archives, même combat! »

 

 

3- La caserne de pompiers des Shops Angus

La caserne des pompiers des Shops Angus. Crédit : Canadien Pacific (CPR)

La caserne des pompiers des Shops Angus.
Crédit : Canadien Pacific (CPR)

 

Année de construction : vers 1907
Adresse : 3165, rue Rachel Est au coin de l’avenue Midway
Usage d’origine : caserne de pompiers des Ateliers Angus
Actuellement : Restaurant Labarake

Plus d’infos dans notre article : « Ce qu’il reste d’Angus »

 

 

4- Les édifices Romark et H.M. Steinberg

Édifice H.M. Steinberg. Crédit photo : RueMasson.com/Lisa Marie Noël

Édifice H.M. Steinberg.
Crédit photo : RueMasson.com/Lisa Marie Noël

 

Année de construction : 1956 et 1953
Adresse : 5505 et 5455, rue D’Iberville, entre les rues Masson et Dandurand
Usage d’origine : manufactures de vêtements
Actuellement : lofts résidentiels

Plus d’infos dans notre article : « À l’époque où le linge n’était pas tout fait au Bangladesh »

1 commentaire à Quatre édifices au passé singulier

  1. gilles lacoste

    Dans ma jeunesse on parlait plus de tuberculose que de cancer. Pour nous être placé dans un sanatorium ou vivre en prison, cela nous paraissait aussi terrible, sauf qu’on pouvait voir quelque silhouettes de tuberculeux sur les vérandas au bout du sanatorium lorsqu’il faisait assez beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>