L’abattage de frênes bat son plein

Par -

Depuis quelques jours, le bruit des scies mécaniques se fait entendre dans le quartier. Encore une fois cette année, la Ville procède à l’abattage de frênes pour combattre l’agrile du frêne, une larve qui cause de grands torts à cet arbre qui compte une population de 8000 exemplaires dans le quartier, soit 17 % de tous les arbres du territoire.

Abattage massif

Selon la chargée de communication à la direction de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, Marie-Claude Perreault, « 400 frênes seront possiblement abattus dans le quartier cette année, comparativement à 750 l’année dernière. » Ces arbres seront remplacés par 330 nouveaux arbres qui seront plantés cette année et par 1700 autres supplémentaires l’année prochaine.

L’abattage de masse devrait se poursuivre jusqu’à la mi-avril, où débute la période d’activité de l’insecte. Les arbres abattus sont aussitôt découpés en morceaux et transportés dans un des sites spéciaux de traitement de la Ville. Il faut cependant faire vite, car les frênes fraîchement coupés émettent des particules volatiles qui attirent les femelles agrile qui pourraient venir y déposer leurs œufs, qui viendraient à éclosion le printemps prochain si aucune action n’était entreprise.

Agrile panneau

Traitement

L’abattage de frêne n’est pas la seule alternative pour combattre la propagation de l’agrile, puisque cette solution ne s’applique qu’aux arbres dont au minimum 30 % des branches sont atteintes de dépérissement. À ce stade, l’arbre est considéré comme trop atteint pour être traité.

Les arbres qui ne sont pas encore rendus à ce stade sont traités grâce à un vaccin nommé TreeAzin, un biopesticide fabriqué à partir d’ingrédients actifs tirés du margousier, un arbre qui pousse en Afrique et en Inde. « Il est injecté à la base des arbres à protéger dans une pipette. La quantité et la durée du traitement se fait en fonction du diamètre et de l’état de santé de chaque arbre infecté » ajoute Marie-Claude Perreault.

Les traitements au TreeAzin se font entre la mi-juin et la mi-août, au summum de l’activité de l’agrile adulte. Son utilisation ne comporte que très peu de risques pour l’humain et pour l’environnement.

1 commentaire à L’abattage de frênes bat son plein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>