Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
lundi le 24 septembre
HomeVie de quartierDes autobus victimes du froid
Publicité

Des autobus victimes du froid

Vous prenez l’autobus dans Rosemont (seule solution autre que la marche ou le vélo pour rejoindre une station de métro) et vous avez l’impression d’attendre plus longtemps par grands froids en vous gelant à l’arrêt d’autobus? Vous n’avez pas tort. Car les autobus sont aussi victimes du froid et des bris d’aqueduc.

La semaine dernière, un citoyen nous demandait si la fréquence de l’autobus 47 avait baissé puisqu’il l’avait attendu de longues minutes sous un froid glacial. Il a attendu plusieurs autobus en vain le 9 février dernier et nous a fait suivre la lettre de plainte envoyée à la Société de transport de Montréal (STM).

En fait, la fréquence du 47 a été réduite en 2014 comme on le soulignait dans cet article cet automne.

Voici la lettre transmise par le citoyen à la STM : « J’habite Rosemont sur Masson et je dois prendre la 47 pour aller au métro à Laurier pour me rendre à mon travail tous les jours. Et sachez que c’est à chaque fois avec appréhension et fatalisme que je me rends à l’arrêt de bus. Car non seulement la ligne 47 n’a pas des horaires fréquents, mais en plus une fois sur trois le bus ne passe tout simplement PAS ! Le pire étant arrivé aujourd’hui.

Aujourd’hui. Si vous n’avez pas eu le temps de vous rendre compte de la météo, aujourd’hui il fait pratiquement -30 degrés avec le facteur éolien ! Et aujourd’hui donc, je me rends à mon arrêt de bus, craignant le pire, déjà résolu à affronter l’inconstance de la pire ligne de bus de l’île.

Le 8h01 me passe devant, une minute avant son horaire. Au moins, lui ne sera pas en retard… Tant pis, attendons le suivant. Une légère angoisse m’étreint alors. Avec raison. Le bus suivant (8h11) ne passera pas. Je suis rejoint par une vieille dame vers 8h09. Elle grelotte déjà.

Nous attendons, de moins en moins patiemment, et surtout gelés jusqu’aux os par les bourrasques de vent. Le bus suivant (8h18) n’arrive pas. Bien notre chance. Un bus fantôme et un en retard. La dame a maintenant vraiment froid, elle se frotte les bras et son visage est très rouge. Elle s’abrite dans une entrée de porte, je tiens le fort à l’arrêt de bus, toujours désert. Moi-même je ne sens plus trop mes orteils.

En fin de compte, Le 8h18 ne passera pas. À bout, gelés sur place, les lèvres bleues, nous voyons finalement arriver le 8h29. Il n’est pas seul ! Deux autres 47 sont avec lui. Parlons justement de cette répartition. Nous autres usagers de la 47 avons un point de comparaison au métro Laurier avec ce qui est une vraie ligne de bus : la 51.

La 51 passe aux heures de pointe toutes les 3-4 minutes ! Oh nous en voyons partir des 51 le soir, en avant de rentrer chez nous vers nos familles, attendant en longues files devant la station de métro ! La 47 passe au mieux toutes les 9 minutes. Laissez-moi vous dire que c’est deux fois plus de passages, si jamais vous auriez l’idée de faire faire le calcul par le répartiteur aux trois bus. Deux fois plus de passages. Qu’est-ce qui explique cela ? La densité de population de Rosemont serait deux fois moindre de celle de NDG ?

Je suis prêt a me déplacer à une quelconque assemblée consultative ouverte aux citoyens de Montréal, s’il y en a une, pour discuter des horaires des bus. Car il est temps que cela change. Il est temps que la STM se rende compte qu’il y a une population à Rosemont proche de la rue Masson, une population qui aimerait être à l’heure à son travail ou à son souper, où que ce soit qu’elle ait besoin de se rendre. Une population qui aimerait reprendre confiance en sa ligne de bus. Une population qui veut plus de bus. Qui passent. À l’heure. »
Des réponses aux questions

La même chose est arrivée à plusieurs autres utilisateurs du transport en commun qui se plaignent des nombreux retards des différentes  lignes d’autobus qui sillonnent le quartier.

On se plaint aussi du fait qu’après avoir attendu de longues minutes en vain, on voit parfois des autobus arriver en grappe de deux ou trois en même temps. On a posé quelques questions à la STM. Amélie Régis, conseillère corporative aux Affaires publiques de la STM y a répondu.

Pourquoi il y a moins d’autobus quand il fait froid? : « Le froid a  des impacts sur l’entretien de nos autobus. En temps normal, on reçoit, en moyenne par jour, une soixantaine d’appels pour dépanner un bus sur la route. En temps de grands froids, on peut pratiquement doubler ce chiffre, ce qui a des conséquences sur la livraison du service. Ce sont surtout les essuie-glace et lave-glace, les systèmes de dégivrage, le chauffage et les portes qui sont touchés par des bris, car ils sont plus sollicités »

Pourquoi des retards sur la ligne 47? « Des retards sur cette ligne sont aussi attribuables au bris d’aqueduc au coin du boulevard Saint-Joseph et de la rue Berri. Nous avons, en moyenne, 7 à 8 minutes de retard par voyage depuis une dizaine de jours. La situation devrait revenir à la normale sous peu avec la réouverture du boulevard. » (NDLR : Le boulevard Saint-Joseph est rouvert. Il y a aussi eu un bris d’aqueduc sur Masson coin 16e Avenue qui a retardé le 47)

Pourquoi les autobus arrivent à plusieurs quand on a attend depuis 15 minutes et plus? : « Deux principaux facteurs peuvent jouer sur la régularité des bus, particulièrement lorsque les intervalles de passage sont courts :  les conditions routières (feux de circulation, congestion, etc.) qui peuvent avantager ou désavantager un bus par rapport à un autre et  l’achalandage: un bus qui a une charge plus grande doit s’arrêter plus souvent et plus longtemps. »

Est-ce que les chauffeurs ont des consignes pour se distancer? « Habituellement, lorsque deux autobus se suivent, celui qui est moins plein tente de prendre les devants pour équilibrer la charge. »

Latest comments

  • Bonjour,

    j’ai l’impression que les réponses de la STM ne nous donnent pas grand chose à se mettre sous la dent en tant qu’usager frustré… Ce que j’en comprends, c’est que la STM se fou un peu de ses usagers et n’a aucun moyen d’offrir un service adéquat à ceux qui paient plus de 80$ par mois pour ce service.
    Je prends régulièrement la 427/27 ou la 47 lorsque les deux autres ne se pointent pas et je constate malheureusement trop souvent que, lors des nombreux retards, qu’à l’arrivée du bus, celui-ci est plein et on doit croiser nos doigts gelés qu’un autre arrivera sous peu.
    Qu’est-ce qui explique que le quartier soit si mal déservi aux heures de pointes? Je comprends qu’il puisse y arriver des bris, des retards dus à la congestion à quelques reprises mais il me semble que, si on sait qu’à -20 (et moins) il y a des risques de bris, on s’arrange pour avoir d’autres moyens de déservir les pauvres usagers qui se gèlent aux différents arrêts (surtout ceux sans abris-bus!)

    J’habite le quartier depuis 8 mois maintenant et ma seule autre option de transport est de prendre la 25 jusqu’à Rachel puis de marcher jusqu’au métro Préfontaine…Nul besoin de vous dire qu’à -30, l’envie de prendre l’air n’est pas trop là! Pourquoi est-ce que la 25 ne se rends pas au métro Préfontaine (ou autre)? Avec la venue des nouvelles constructions (j’habite d’ailleurs dans un de ces nouveaux condos), la population grandi mais le service ne s’améliore pas. L’été, c’est simple, je prends le BIXi pour être certaine de me rendre à l’heure au boulot!

    Espérons qu’avec le développement futur du Technopôle Angus, la STM agira et offrira un service décent aux usagers qui paient la même chose que les usagers qui prennent les lignes 51 ou 97, qui elles, jouissent d’un service fréquent, même par temps froid!

  • Bonjour,
    Je suis un peu taner d’entendre les detracteurs de la STM râler sans vraiment s’y connaître. Je ne m’identifierai pas, vous en doutez dejà pourquoi. Oui le froid comme Mme Regis le dit nuit a la dispobibilite des vehicules. Il n’y a pas que ca, il y a l’aspect « Politique » qui joue pour beaucoup, il y a eu lors de la derniere annee beaucoup de coupures de service commande par des restricitions budgetaires provenant de l’administration de la ville de Montreal. Secondo pour les autobus qui arrive vide un sur deux, la STM ne dispose pas encore d’un systeme lui permettant de replacer les autobus adequattement puisque « Ibus » n’est pas encore fonctionnel. Donc les superviseurs ne peuvent s’avoir en temps reel ou se situent les autobus. Ils doivent se fier aux chauffeurs. Je vous laissr le plaisir d’interpreter le tout. Sans rancune.

  • Effectivement, depuis quelques semaines le service d’autobus est particulièrement désagréable.
    Tout comme Maude, je prend soit le 47 soit le 67/467 chaque matin. Le bus ne passe tout simplement pas au moins une fois par semaine. Et en plus ces temps ci le 47 prend un temps monstre pour se rendre au métro Laurier. Lorsque je prend le 67/467, je rigole chaque fois en me rendant compte que 3 autobus accordéon arrivent en même temps et qu’ensuite on doive attendre 10~12 minutes avant d’en voir arriver un autre. Bravo service express!
    Mais le pire c’est le soir au métro Joliette. Alors là, il y a des files immense qui se forment sur Hochelaga, tout le monde gèle, tout le monde râle, etc.
    Bref, tout le monde en a marre…

  • Ah, et par rapport au commentaire de Anonyme, on a bien raison de se plaindre. Les problèmes interne de la STM ne nous concernent pas. Je suis un fervent défenseur des transports en commun, mais il y a des limites. Les prix ne cessent d’augmenter et le service diminuer, c’est normal que la population soit frustrée…

  • Pour répondre à certaines interrogations:

    Le systeme iBus m’a été expliqué par un agent de la STM qui m’a appelé après avoir fait une plainte au mois de novembre.
    Ce système équiperais les autobus de la STM avec un GPS qui permettrait aux usagers de voir ou est le bus en temps réel sur une carte. Cette carte serait disponible sur les applications mobiles ainsi que sur les abris-bus interactifs (comme celui au coin de la 3e avenue/masson) et le site internet.

    AVec ce système, on pourrais maximiser nos trajets et notre temps d’attente en consultant la carte avant de partir. On pourrait optimiser notre temps de trajet et réduire notre temps d’attente à l’extérieur en restant à la maison si le bus est en retard et sortir seulement quand le bus est proche de notre arrêt grâce au positionnement GPS.

    ** SInon:
    Ma plainte de novembre concernait la ligne Rosemont 197. J’ai une tablette intelligente (avec l’internet 4G) donc je la consulte pour mes trajets sur l’île avec l’application officielle. Je prenais l’autobus la nuit et il y avait une différence de 1h40 entre le dernier passage de la 197 et du bus de nuit qui passe sur Rosemont. Ne voulant pas attendre le 1h40 je suis arrivé 8 minutes à l’avance à l’arrêt pour remarquer que le bus était déjà plusieurs rues plus loin.
    Apres avoir fait ma plainte, je reçois un appel le lendemain midi d’un sympathique monsieur qui m’explique les faits suivants:
    -On vérifie l’horaire ensemble et effectivement, il y a un passage qui n’était pas indiqué dans l’application Android officielle. il manquait un passage 40 minutes après.
    -Pour le constat du bus 8 minutes avant il m’a expliqué tout ça de la façon suivante:
    Chaque trajet a des arrêts spéciaux qu’ils utilisent comme base de référence. Par exemple, un trajet complet (100%) a un arrêt spécial (checkpoint) a 0%, 25%, 50%, 75% et 100% du trajet. Le chauffeur DOIT être à ces arrêts à l’heure juste. Donc entre ces arrets, il doit lui-même juger du temps de passage de chaque arrêt entre chacun de ces « checkpoints » pour arriver a l’heure a ces checkpoints. Le chauffeur à un jeu de + ou – 5 minutes tolérable par arrêt (comme il est indiqué sur les horaires aux arrêts, il faut arriver 5 minutes a l’avance.). On a bien pris soin de me rappeler que les heures de passages sont à titres indicatifs seulement.
    Dans mon cas, ce chauffeur a donc du juger que l’arrêt auquel j’étais n’était pas souvent fréquenté ou il a eu un lucky streak de lumières vertes et n’a pas ralenti avant son prochain checkpoint.

    J’espère avoir éclairé la lanterne de quelqu’un 🙂

  • La ligne 67/467, depuis 2-3 bonnes semaines offre un piètre service. Au moins un matin par semaine, en direction sud, la file s’étire 20-30 pieds derrière le Jean-Coutu et tout à coup 2 bus en même temps. Le soir à Joliette c’est carrément pitoyable. Uand la 467 ne se sauve pas carrémenr, comme ce soir alors qu’elle ne s’est même pas arrêtée 30 secondes à l’arrêt. Plutôt frustrant surtout quand tu courrais pour m’attraper… Doublement enrageant quand tu pose la question sur le pourquoi de cet arrêt minute au chauffeur de la 67, dans laquelle tu réussis à t’engoufrer, et que l’es** d’innocent te sert comme réponse « bonne journée », je me dis que la STM devrait payer des cours de service à la clientèle à ses chauffeurs. En attendant y’a des 4% qui se perdent!

  • Désolé pour les coquilles…

  • C’est fâchant. Habituellement, me rendre au travail me prend 35 minutes lorsque le bus est à l’heure. Dans les dernières semaines, ça a augmenté à près d’une heure et quart (en comptant le temps d’attentes des multiples autobus qui ne passent pas du tout). C’est probablement rendu moins long se rendre au métro à pied que d’attendre la 47! Et je ne parle pas juste de l’hiver, parce que ça arrive même en été! Pas certaine que les explosions d’égoûts gelés et le froid extrême y soient pour quelque chose l’été en tout cas! Je comprends les problèmes que l’hiver peut causer, mais on n’en est pas à notre premier. Il serait temps que nos services s’y adaptent, surtout si en plus on se fait augmenter les frais de services! On a vraiment l’impression de se faire niaiser…

  • Pour ma part, j’ai abandonné l’idée de prendre le 67/467 vers le métro. Je ne suis plus capable de voir arriver 3 autobus en même temps après plusieurs minutes d’attente, j’enrage à chaque fois!

    Maintenant, je marche et ma santé mentale se porte mieux 🙂

leave a comment

Publicité