Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
vendredi le 14 juin
HomePolitiqueOù sont les femmes demande Projet Montréal
Publicité

Où sont les femmes demande Projet Montréal

Il y a trop peu de femme dans la toponymie montréalaise selon la conseillère du Vieux-Rosemont Érika Duchesne. Elle dénonçait cette situation au nom de son parti, Projet Montréal, un peu avant Noël. Selon les chiffres, seulement 6 % des parcs ou des rues de Montréal sont nommés en l’honneur de femmes. Rosemont-La Petite-Patrie fait un peu meilleure figure avec 10 %.

RueMasson.com a compilé toutes les appellations de parcs et de rues dans Rosemont – Petite-Patrie à partir du Répertoire historique des toponymes de la Ville de Montréal.

Voici les chiffes:

268 appellations de rues, de parcs et de places publiques dans Rosemont-La Petite-Patrie

  • 129 noms en l’honneur d’un homme (48 %)

  • 41 avenues (15 %)

  • 26 noms en l’honneur d’une femme (10 %)

  • 21 noms de lieux (d’Orléans, de la Louisiane, du Parc)

  • 19 noms à caractère religieux (tous les saints, Pie-IX, Père-Marquette)

  • 12 noms d’arbres (principalement dans Cité-Jardin)

  • 10 noms rappelant le passé industriel du quartier (Midway, des Carrières, des Locomotives)

  • 2 noms d’une famille

  • 2 noms mixtes hommes et femmes (viaduc Rosemont-Van Horne et le parc Jean-et-Eva-Tremblay)

  • 1 nom d’une équipe de sport (Club de crosse Shamrock)

  • 1 nom de navire (Pélican)

  • 4 noms à l’origine inconnue

 

Seulement 3 femmes en 2014

Projet Montréal soulevait qu’en 2014 à Montréal seulement trois femmes ont obtenu leur parc ou leur rue contre 17 hommes. Rosemont-La-Petite-Patrie de son côté a nommé deux places en 2014 : la place Michel-Brault et la place Pierre-Falardeau, du nom de deux cinéastes masculins.

« Rosemont » en hommage à une femme

Ce n’est pas parce que la vie ici est plus rose qu’ailleurs que le quartier s’appelle Rosemont. On doit ce patronyme à une femme, Rose Phillips, la mère d’Ucal-Henri Dandurand, un des fondateurs du quartier. On en parlait dans notre article « Rose Phillips, celle qui a nommé Rosemont ».

Rosemont ne pourrait pas être aussi fier de son 10 % si ce n’était d’un blitz de dénominations féminines dans le nouveau développement Angus, derrière le Loblaws, en 1998. Cette année-là, neuf nouvelles rues et parcs du même quadrilatère ont été baptisés de noms de comédiennes, poètes, musiciennes comme Rose Ouellette, Rina Lasnier ou Mia Riddez-Morisset.

La vieille « Rachel »!

La plus vieille rue de Rosemont à être nommée d’après une femme est la rue Rachel. Elle a obtenu sa désignation en 1834! Les rues Davidson, Casgrain et Cuvillier, ont également été désignées pour des femmes au courant des années 1800.

Notre article Les plus vieilles rues féminines de RPP porte sur le sujet.

 

En complément :

Le communiqué de Projet Montréal Toponymie : où sont les femmes?

Latest comment

leave a comment

Publicité