Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 17 juillet
HomeMémoires de RosemontLes plus vieilles rues féminines de RPP : Rachel et Casgrain
Publicité

Les plus vieilles rues féminines de RPP : Rachel et Casgrain

À peine 10 % des noms des rues dans Rosemont-La Petite-Patrie ont été nommées en hommage à des femmes. Les plus vieilles ont été désignées dans les années 1800,  comme Rachel (1834), Casgrain (1879), Cuvillier (1887) et Davidson (1887).

La vieille Rachel

La rue Rachel a été désignée aussi tôt que le 20 octobre 1834 du nom de Rachel Cadieux, fille d’un des plus riches notaires montréalais de l’époque, Jean-Marie Cadieux.

Elle a 20 ans lorsque la succession de son père fait lotir sa terre. On y trace des rues auxquelles on donne des noms des membres de la famille du défunt notaire : sa fille Henriette (rue aujourd’hui disparue), sa belle-soeur Marie-Anne, son petit-fils Napoléon, sa femme née Roy et bien sûr Rachel.

Carte et document des Archives municipales des Montréal résumant le lotissement de la terre du notaire Cadieux (4 avril 1950).

À 18 ans, en 1832, Rachel épouse à Montréal l’avocat Jean-Baptiste Chamilly de Lorimier. Il est un Fils de la Liberté, comme son frère Chevalier de Lorimier et participe à la Rébellion de 1837-1838. La soeur de Rachel, Henriette, est l’épouse de Chevalier qui a été exécuté en 1839.

À la fin des années 1830, Rachel s’enfuit à Dubuque en Iowa aux États-Unis avec son mari afin qu’il échappe à l’emprisonnement. Elle y rejoint sa belle-famille qui y habite. Elle donne alors naissance à son 3e fils, Charles-Chamilly de Lorimier. Le couple revient à Montréal vers 1843 et de Lorimier reprend la pratique du droit.

Mais dire que Rachel est la plus vieille rue féminine de Rosemont serait un peu tricher. La portion de la rue Rachel qui se trouve actuellement dans Rosemont s’appelait jadis Nolan.

L'actuel rue Rachel portait le nom de Nolan Street comme on le voit sur cette carte des Shops Angus en 1915.

L’actuelle rue Rachel portait le nom de Nolan Street comme on le voit sur cette carte des Shops Angus en 1915.

Casgrain, la femme de Beaubien

C’était semble-t-il une mode de désigner des rues du nom des membres de sa famille puisque le docteur et ancien député Pierre Beaubien fait la même chose en 1879! Il cède une grande terre à la municipalité de la ville Saint-Louis et s’inspire de sa famille pour nommer les rues : Maguire, de Gaspé, Beaubien, Lauretta, Alma. La rue Casgrain est le nom de son épouse, Marie-Justine Casgrain qui a alors 75 ans. La rue est située actuellement dans la Petite-Patrie, près du Marché Jean-Talon.

On en sait peu sur la vie de Justine Casgrain (si vous avez fait des recherches plus poussées sur elle, il nous ferait plaisir de publier vos informations).

À 15 ans, elle se marie avec le docteur Charles-Bulter Maguire, un chirurgien de marine. Elle devient veuve à 24 ans avec un bambin de 2 ans. L’année suivante, elle épouse en seconde noce le docteur Pierre Beaubien. Elle donne par la suite naissance à plusieurs enfants, dont Louis Beaubien, journaliste, homme d’affaires et homme politique.

 

Autres anciennes rues dans Rosemont dénommées en l’honneur d’une femme

  • La rue Cuvillier, en hommage à Marie-Angélique Cuvillier, rue située au sud de Rachel près de St-Michel.
  • La rue Davidson, en hommage à Mary Davidson, rue située au sud de Rachel près de St-Michel.

Article à venir sur ces deux rues.

Voyez notre compilation des 268 noms de rues dans Rosemont-La Petite-Patrie par thématique.

Photo : Une réunion de la famille Beaubien, dans les jardins de leur résidence d’Outremont, en 1914. Louis Beaubien, fils de Justine Casgrain, alors le patriarche, est au centre (BAnQ). (La famille Beaubien et la gare du Mile-End dans le site Mémoires du Mile-End)

Carte des Shops Angus en 1915 tirée de « The Canadian Pacific Railway’s Legendary Angus Shops »

Latest comments

  • Je crois que le nom est écrit Charles Butler Maguire, pas Charles-Bulter.

    Selon le site toponymique de la ville, « Le 26 mars 1876, le docteur Pierre Beaubien dépose au bureau d’enregistrement un plan de subdivision de terrains dans le village de la Côte-Saint-Louis qui comprend plusieurs voies dénommées d’après les membres de sa famille: Lauretta, Alma, Casgrain, de Gaspé, Beaubien et Maguire. Cette dernière voie rappelle son beau-fils, alors établi en Louisiane, le docteur Hannibal Dellagenga Maguire, né du premier mariage de sa femme Marie-Justine Casgrain avec le docteur Charles Butler Maguire. »

    Dellagenga? Il y a une histoire là-dedans, certainement…

  • On peut aussi mentionner que sur la carte des Shops Angus de 1915, ce qui se trouve au sud (en dessous) du pointillé rouge, les Shops Angus et les rues Nolan (Rachel), Cuvilliers et Davidson, faisaient partie du quartier d’Hochelaga.

  • Réponse à Kate qui demande « pourquoi Dellalonga? »: Bien que Justine Casgrain ait eu cinq enfants avec le docteur Maguire, un seul était vivant lors de son remariage au docteur Pierre Beaubien. C’était un petit garçon de trois ans répondant au prénom invraisemblable d’Annibale della Genga conféré par son oncle curé en l’honneur du pape Léon XII. Élevé avec amour par son beau-père, Annibale (Hannibal par la suite) devint médecin lui aussi, et partit s’installer en Louisiane. (d’après « Écrin d’amour familial » de Chs-Philippe Beaubien).

leave a comment

Publicité