Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 14 novembre
HomeVie de quartierLe petit train de Noël dans la boulangerie
Publicité

Le petit train de Noël dans la boulangerie

Si les décorations de Noël sont légions depuis quelques semaines chez les commerçants, certains en profitent pour réaliser leurs rêves. Suspendu à 2,5 mètres au dessus du sol, un train miniature déambule fièrement dans la boulangerie de Froment et de Sève, rue Beaubien. Pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

Le train de la boulangerie Froment de Sève. Photo : James Desauvage/Boulangerie Froment de Sève

Le train de la boulangerie de Froment et de Sève. Photo : James Desauvage/Boulangerie Froment de Sève

Un souvenir est à l’origine du pari un peu fou du propriétaire. : « Un ami avait installé un petit train dans son commerce du quartier des Halles à Paris, j’avais trouvé l’idée fabuleuse. Qui n’a pas eu de petit train enfant ? », lance Jean-Yves Callies. Une idée qui ne l‘a plus quitté. « Et puis, on est au temps des fêtes. Pour changer du sapin traditionnel, je voulais quelque chose en mouvement qui fasse penser à Noël. »

Accrocher ce train a été tout un défi. « La complexité, c’était d’avoir quelque chose de sécurisé, qui fonctionne et qui puisse être vu autant à l’intérieur qu’à l’extérieur », poursuit-il. Un système de lampes LED fixées aux rails éclairent le train par en dessous. C’est ce qui lui donne toute sa luminosité.

Et pour plus de visibilité, il a fallu voir les choses en grand. Des trains de taille significative ont été privilégiés. « C’est un modèle G, c’est la plus grand taille des trains miniatures », explique le propriétaire l’œil pétillant.

Deux mois auront été nécessaires pour l’installer. Max Trains, un fabriquant de train miniature, a aidé à la conception des plans. Puis, Denis Morissette, responsable de l’entretien de la boulangerie et bricoleur dans l’âme, s’est chargé de la réalisation et du montage.

Le talent et la débrouillardise auront permis de réduire les coûts de ce projet ambitieux. « Ça nous a coûté 3 000 $ mais ça valait la peine, confie Jean-Yves Callies. Les fins de semaine, c’est spectacle, les parents et les enfants viennent ici pour voir le train, c’est amusant ! »

Si tout a été pensé pour sécuriser la structure, un seul danger subsiste. « Les papas qui portent leurs enfants pour essayer de toucher le train, ça peut être risqué. Des petits panneaux ‘ne pas toucher’ devraient permettre d’éviter les accidents », explique-t-il.

Pour le moment, le train transporte des baguettes, croissants et chocolatines miniatures. D’autres décorations devraient finir d’agrémenter les wagons d’ici Noël. Et après ? « Le train est installé de façon permanente, assure Constance Callies, la fille du propriétaire. Il sera décoré au gré des envies et des saisons. »

Monsieur Froment, emblème de la boulangerie, est pour le moment l’unique voyageur à bord du petit train. « Pour la Saint-Valentin, on ne sait pas encore mais on pourrait créer une Madame Froment », lâche Constance Callies

Latest comments

  • Étonnant, ça fait plusieurs articles que je lis sur ce site et je suis fort déçu qu’il y en ait d’avantage sur les commerces qui ne sont PAS sur la Rue MASSON…

  • Nous sommes un média et nous couvrons Rosemont, pas uniquement la rue Masson. Rien d’étonnant. On fait des articles quand il y a une nouvelle.

leave a comment

Publicité