Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 18 novembre
HomeHabiter RosemontL’asphalte, le moins écologique des matériaux de toitures
Publicité

L’asphalte, le moins écologique des matériaux de toitures

Chez Écohabitation, on applaudit à l’idée de bannir les toits d’asphalte, un matériau dont le cycle de vie ne serait pas du tout écologique. Par contre, ce n’est pas en les remplaçant par des membranes ultra-blanches qu’on luttera efficacement contre les îlots de chaleur.

Cet article est le troisième d’une série sur l’interdiction imminente des toitures en asphalte et gravier dans Rosemont-Petite-Patrie.

« Simplement pour des raisons de pollution atmosphérique et de cycle de vie peu écologique, notre organisme félicite l’arrondissement pour le bannissement des toitures en asphalte », a déclaré en entrevue Emmanuel Cosgrove, le directeur de l’organisme montréalais de sensibilisation à l’habitation écologique.

Les remorques qui chauffent l’asphalte à épandre entre les couches de papier-feutre consomment du propane et émettent des polluants, souligne M. Cosgrove.

Tous les autres types de membranes – TPO, EPDM, ou élastomère – sont aussi à base de pétrole, reconnaît-il. Cependant, elles sont beaucoup moins épaisses. « On préfère les membranes qui utilisent moins de pétrole et qui ont moins d’impact en fin de vie.»

Actuellement, au Québec, les vieux toits en asphalte et gravier ne sont pas recyclés, alors que les autres types de membranes sont recyclables.

« L’industrie de l’asphalte, ce sont des dinosaures d’une autre époque, soutient Emmanuel Cosgrove. Les toits en asphalte n’ont plus leur place. On connait les impacts écologiques en début et en fin de vie et ça ne tient pas la route. »

Les prix des membranes blanches que devront installer les résidents de l’arrondissement qui changeront leur toiture à partir du 1er janvier sont plus élevés que celui de l’asphalte et le gravier, observe-t-on chez Écohabitation. Le grand bénéfice pour les occupants serait essentiellement une moins grande chaleur au dernier étage pendant l’été.

Les frais de climatisation sont inférieurs avec un toit blanc, mais quand arrive l’automne, la facture de chauffage ne devrait pas nécessairement augmenter, avance Emmanuel Cosgrove. Selon son analyse, il est peu probable que la chaleur du soleil captée par un toit d’asphalte en période froide se communique aux aires habitables.

Îlots de chaleur

Au chapitre de la réduction des îlots de chaleur, notre interlocuteur tient le même discours que l’Association des maîtres couvreurs du Québec. Les membranes blanches se salissent et deviennent grises après seulement deux ans, dit-il. Leur indice de réflectance solaire (IRS) chute de beaucoup, au point de devenir équivalent à celui des membranes grises.

« Ce n’est vraiment pas avec les toitures blanches qu’on peut avoir des gains (de réduction des îlots de chaleur), estime Emmanuel Cosgrove. Dans le programme de certification LEED, on vous donne un point si un arbre est planté, mais il n’y a pas de point pour les toits blancs. »

Toute membrane pâle, grise ou jaunissante, procurera le même effet rafraichissant, lorsque comparé à un toit d’asphalte et gravier gris. Il ne serait donc pas pertinent de payer un supplément pour obtenir la plus blanche des membranes.

Si l’on veut atténuer les îlots de chaleur, croit M. Cosgrove, il faut se tourner vers les trottoirs, les stationnements asphaltés et les façades de briques, des éléments urbains qui ont de très grosses masses thermiques, capables d’émettre de la chaleur toute la nuit.

André Dumont est résident de Rosemont et auteur de la chronique Monsieur L’Inspecteur dans La Presse+.

Latest comments

  • Les toits graviers asphalte ne sont pas plus anti-écologique que les autres types de couvertures, dans les faits aucune couverture pour toit plat est écologique. Un asphalte gravier 5 plis peut durer plus de 30 ans, j’en ai vu de 35 ans encore en bon état. Les bitumes modifié peuvent durer plus de 30 ans si bien posée par un expert. Si elle ne sont pas posée à la torche (dangereux pour le feu) elles utilisent autant d’asphalte qu’une 5 plis gravier. Il faut prendre garde au fanatisme environnementale. Le mieux est l’ennemie du bien car l’asphalte gravier est recyclable.

  • Je ne savais pas que l’asphalte est le moins écologique des matériaux de toitures. De plus, je ne savais pas que les remorques qui chauffent l’asphalte à épandre entre les couches de papier-feutre consomment du propane et émettent des polluants. Alors, quel matériel pensez-vous est le meilleur matériel pour construire un toit ? J’ai entendu dire que les toits végétalisés sont très avantageux, alors je me demande si cela est le meilleur type de toit.

  • Merci pour ce partage, il m’étonne que l’asphalte soit le moins écologique des matériaux de toitures. Je ne savais pas que toute membrane pâle, grise ou jaunissante, procurera un effet rafraichissant. Alors je me demande quel matériel est le meilleur pour construire un toit. Il faut que je remplace mon toit comme il est très vieux. Avez-vous des conseils pour moi ?

  • Il est important de faire attention aux matériaux que nous utilisons dans la construction et la toiture. Afin de créer un monde plus renouvelable, il faut des efforts de tout le monde. Il est bon qu’il y ait beaucoup de gens qui travaillent à produire des meilleurs produits que ceux que nous avons utilisés pendant beaucoup d’années. Merci pour l’article intéressant !

  • Dans la maison où j’ai grandi, on avait un toit d’asphalte. La chaleur qu’il attrapait était incroyable ! J’ai aidé mon père à y faire quelques petits travaux et la chaleur était insupportable ! Je ne doute pas que cela a aussi rendu l’intérieur de la maison bien plus chaud aussi.

  • Nous avons de petits trous dans notre toiture. Nous devons la réparer, mais c’est difficile de savoir le faire! L’asphalte parait être une bonne alternative et je vais faire des recherches sur ça!

leave a comment

Publicité