Trop de condos, pas assez de logement social?

Par -

Des condos qui ne sont pas accessibles aux personnes les plus pauvres, moins de logements locatifs qui coutent plus cher, une augmentation importante de personnes qui consacrent plus de 80 % de leur revenu pour se loger. C’est quelques constatations faites par le porte-parole du Frapru et résident de Rosemont François Saillant.

Voir notre tableau sur les mises en chantier de condos et logements locatifs dans le texte.

Le 18 novembre dernier, plusieurs citoyens se sont réunis à l’invitation du comité logement Rosemont pour écouter sa présentation sur la situation du logement dans Rosemont. Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau était présent et a fait quelques interventions.

Les citoyens présents se sont entendus pour dire qu’il y avait trop de construction de condos, trop de reprises de logement pour des conversions en condos, pas assez de construction de logements locatifs et de logement social.

François Saillant a présenté le Dossier noir du logement et de la pauvreté de 2014 et a parlé des problèmes du manque de logement locatif, en particulier pour les personnes plus pauvres qui doivent consacrer une partie toujours plus importante de leur revenu pour se loger.

Consacrer 80 % de son revenu à son logement

François Saillant a souligné que le chiffre le plus percutant dans le quartier est l’augmentation de 19 % de ménages locataires qui consacrent 80 % de leur revenu à payer leur loyer. Il s’agit surtout de personnes qui habitent seules. « On a négligé les personnes seules. C’est bien qu’on offre des programmes pour les familles avec enfant, mais il y a très peu de programmes et d’aides pour les personnes seules », lance François Saillant.

D’ailleurs, ces personnes seules sont de plus en plus âgées dans Rosemont. « On remarque un vieillissement des personnes seules dans Rosemont alors que c’est un rajeunissement dans Petite-Patrie », a souligné le maire Croteau.

Baisse du nombre de logements à louer

Lors de la recherche du Frapru pour ce dossier, il a été constaté une baisse de 3,2 % logements locatifs en 2011 dans Rosemont, par rapport à 2001.

« Plusieurs causes possibles, les conversions en condos, la transformation de duplex en unifamiliale notamment », souligne François Saillant.

Voir notre tableau sur les mises en chantier de condos et logements locatifs entre 2002 et 2014 dans quatre arrondissements : Rosemont-La Petite-Patrie, Parc-Extension-Villeray-Saint-Michel, Plateau-Mont-Royal et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

 

 

Pas vraiment de gentrification

Comme il l’avait souligné lors de notre dossier sur l’embourgeoisement dans notre premier magazine papier, François Saillant ne pense pas que Rosemont soit embourgeoisé, mais quelques signes sont à surveiller.

Une citoyenne a quand même fait remarquer qu’à l’est de Saint-Michel plusieurs duplex étaient achetés par des familles avec enfants qui reprenaient le logement du haut pour agrandir ou pour y installer leurs parents.

Une autre soulignait que les propriétaires ne sont pas tous des gros méchants

Trop de condos

Unanimement, les personnes présentes ont es gens disent qu’il faut arrêter les condos avant qu’il n’y en ait trop et surtout qu’il faut bloquer complètement la conversion en condos par le biais de l’indivise. Présent, le maire François Croteau a souligné que l’Arrondissement n’en a pas les pouvoirs, mais a demandé à Québec de prendre des mesures.

François Saillant a rappelé que pour lui le logement social est le seul moyen d’y arriver avec un financement adéquat. « Mais on ne se bat pas à armes inégales avec les promoteurs privés ».

Le maire a également rappelé que l’Arrondissement a baissé le nombre de logements (de 200 à 50) pour que 20 % de logements abordables soient inclus. « On a aussi demandé 13, 5 millions dans le PTI pour acheter des terrains et Coderre a refusé. Il y aura seulement 3 millions », a expliqué François Croteau.

François Saillant a ajouté que 20 % de logements sociaux n’étaient pas assez et que logement abordable ça ne voulait rien dire.

« Seulement quatre arrondissements favorisent la construction de logement social. LaSalle a de gros projets, mais n’inclut pas de logement social. Il faut une politique pas une stratégie pour obliger les arrondissements à inclure le logement abordable », a ajouté François Croteau.

Une citoyenne a terminé en soulignant que la pauvreté quand tu n’es pas touché, ça ne t’intéresse pas.

Quelques autres chiffres

-Taux de logement inoccupé plus bas dans Rosemont : 2,1%. Le taux d’inoccupation moyen est de 3 % à Montréal.

-56 % des locataires de Rosemont habitent seuls.

-Plus de femmes payent plus de 30 % de leur revenu pour leur loyer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>